Les MICHELIN Pilot Spot EV retrouvent le Maroc pour une manche qui s’annonce particulièrement exigeante

MICHELIN Pilot Sport EV during Diriyah E-Prix 2021 - Diriyah, Saudi Arabia - 24/02/2021 © Jerome Cambier / MICHELIN

– Le Championnat du Monde ABB FIA Formula E retourne pour la 5ème fois sur le circuit Moulay El Hassan de Marrakech. C’est ici, à la fin du mois de février 2020, que s’était déroulé le dernier E-Prix avant la crise sanitaire.
– Huit MICHELIN Pilot Sport EV : c’est la dotation de chaque pilote pour l’ensemble de la journée de course. La chaleur, la poussière et l’abrasivité de la piste seront les défis du week-end.
– Un circuit familier mais exigeant : les pilotes apprécient ce tracé rapide où les pneumatiques Michelin leur permettent de s’exprimer en toute confiance.

Après Jakarta (Indonésie) que la série a découvert début juin, le championnat retrouve un lieu plus familier. C’est la cinquième fois que Marrakech accueille un E-Prix, avec toutefois une particularité : la course va se dérouler le 2 juillet, alors qu’en 2020 elle avait eu lieu le 29 février, et l’année précédente le 12 janvier. Or, pendant l’été la température peut être particulièrement élevée en Afrique du Nord…

Le circuit de Marrakech propose un développement de près de trois kilomètres pour seulement 12 virages. Il est composé de lignes droites entrecoupées de virages assez lents. Il présente la particularité d’être semi-permanent, étant composé en partie d’un tracé utilisé le reste de l’année pour diverses activités sportives ou éducatives. Pour la Formula E, il y ajoute des voies de circulation d’ordinaire ouvertes au public, comme l’avenue Mohamed VI et la Route de l’Ouraki.

« En janvier 2019, nous avions relevé seulement 5°C au sol lors de la première séance d’essais libres », indique Mirko Pirracchio, manager de Michelin en Formule E. « C’est un record qui n’a toujours pas été battu. En revanche, cette année nous pourrions nous approcher des températures au sol maximales pour la série. Avec des prévisions météo qui donnent une évolution du mercure entre 16°C le matin et 37°C l’après-midi, on pourrait facilement dépasser les 50°C au niveau de la piste au moment du départ de la course. Heureusement les MICHELIN Pilot Sport EV ont été conçus pour offrir confiance et efficience dans toutes les conditions. Par temps froid comme sous la canicule ils bénéficient d’une mise en régime très rapide, et délivrent des performances égales quelles que soient les conditions. Grâce à notre solution connectée, nous pourrons en outre être informés des pressions de chaque pneu à tout moment, et les écuries pourront adapter leur stratégie pneumatique en fonction des paramètres météo. Pour ce qui est du circuit, que les pilotes emprunteront dans un sens anti-horaire, c’est le même que celui des années précédentes. Les premiers passages seront plus délicats car nous sommes proches du désert et il y aura du sable sur la piste. Les voitures évolueront également sur deux asphaltes différents, mais le niveau de grip, faible au départ, devrait évoluer au fil des passages. Comme à Jakarta, la température et l’usure concentreront notre attention, mais nous sommes confiants quant au comportement de nos pneus. »

Véritable concentré de technologies, le MICHELIN Pilot Sport EV est aussi le premier pneu connecté dans une compétition de niveau mondial. Son capteur, qui envoie en temps réel des informations sur les pressions aux bases de Michelin Motorsport, à la direction de course et à la FIA, est au service de la performance et du respect de la réglementation en vigueur. En dehors d’un contexte de sport automobile, cette technologie est également un élément de confort et de sécurité pour les automobilistes. Le pneu connecté fait en effet partie intégrante des projets ‘Smart Cities’ (villes intelligentes) sur lesquels travaillent aujourd’hui les plus grandes métropoles.

A Marrakech, 10ème manche de la saison, chaque pilote aura à sa disposition deux trains de MICHELIN Pilot Sport EV (quatre pneus avant et autant pour l’arrière) spécialement développés pour la série. Avec cette dotation qu’il faudra roder et utiliser à bon escient, chaque pilote devra assurer les deux séances d’essais libres, les qualifications et bien entendu l’E-Prix, programmée pour 45 minutes plus un tour. Alors que les conditions de course sont attendues comme éprouvantes pour les pilotes comme pour leurs machines, Michelin sera aux côtés des écuries pour les aider performer au cœur de cette ancienne cité impériale de l’ouest marocain.

Alessandro Barlozzi,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*