Historic Tour de Ledenon Samedi : Sur la bonne pente

Le Championnat de France Historique des Circuits (l’Historic Tour) a entamé son ultime meeting de l’année sur les pentes du très vallonné circuit de Lédenon. On connaitra officiellement le nom des deux nouveaux champions de France ce dimanche.

LE FILM DE LA JOURNEE
Challenge Formula Ford Historic (Courses 1 et 2 / 20 et 25 mn)
Le top 5 – course 1 : 1.Belle (Lola T540), 2.Genecand (Crosslé 25F), 3.Michel (Crosslé 32F), 4.Sanjuan (Van Diemen RF90), 5.Vaglio-Giors (Crosslé 32F).
Course 2 : 1.Genecand, 2.Michel, 3.Vaglio-Giors, 4.Faggionato (Van Diemen RF81), 5.Michel.

En deux mots : Riche d’un respectable plateau de 28 monoplaces (toutes d’avant 1982), le Challenge Formula Ford Historic est le seul à proposer ses deux courses durant cette seule journée du samedi. En milieu de matinée, la première s’élance sur une piste balayée par un froid Mistral. Parti de la première ligne, Gislain Genecand prend immédiatement la course à son compte avec le ‘poleman’ François Belle blotti dans ses roues, tandis qu’Alain Girardet s’installe durablement à la troisième place. Au cap de la mi-course, c’est au tour du Drômois de s’emparer du commandement. Le duel Belle/Genecand est finalement écourté par le drapeau rouge à deux tours du but du fait de l’huile laissée par la casse moteur d’Alain Girardet. Ainsi figé au terme du dixième passage, le classement scelle la victoire de François Belle devant Gislain Genecand et Xavier Michel, auteur d’une formidable remontée après s’être élancé bon dernier !

Quelques heures plus tard, le match retour clôture cette première journée de courses de l’Historic Tour de Lédenon. Gislain Genecand l’aborde avec la ferme intention de prendre sa revanche. Leader dès le départ, le pilote suisse passe la mi-course avec trois secondes d’avance sur son rival préféré (François Belle bien sûr !), alors qu’un autre Suisse, Christian Vaglio-Giors pointe à la troisième place. La course s’achève sur cet ordre, François Belle s’inclinant pour 2 »5. Septième, Pierre-Alain Lombardi est le vainqueur de la classe A des Formule Ford les plus anciennes.

Asavé Racing 65 et Racing 75 (Course 1 / 45 mn)
Le top 5 – Asavé 75 : 1.Derossi (Elva MK7), 2.Valinho/Mathon (Datsun 240Z), 3.David/De Murard (Lola T70), 4.Regnier (Porsche 910), 5.Excoffier/Excoffier (Chevrolet Corvette).
Asavé 65 : 1.Kohler (Shelby Cobra), 2.Deleplanque (Lotus Elan), 3.Maverick/De Beaumont (Shelby Cobra), 4.Favrao (lotus Elan), 5.Beltramelli (TVR Griffith).

En deux mots : Sur son format habituel de 45 mn avec un retour aux stands obligatoire entre la 15ème et la 30ème minute pour un éventuel changement de pilote, la première course de l’Asavé tourne immédiatement à l’avantage de la Lola T70 Spyder de Josserand De Murard. Au stade de l’ouverture de la fenêtre des arrêts, celle-ci compte une trentaine de secondes d’avance sur la TVR 400 Griffith de José Beltramelli, alors que l’Elva MK7 de François Derossi et la Shelby Cobra de Damien Kohler complètent le quatuor de tête. Passé la séquence des arrêts, un contact entre l’Elva de François Derossi et la TVR de José Beltramelli envoie la seconde dans le bac et entraine l’entrée en piste du Safety Car. Peu après, c’est au tour de la Lola T70, désormais aux mains de Jean-Marc David, d’écoper d’un Drive through qui lui coûte la victoire au profit de François Derossi. Reléguée à la troisième place, la Lola est précédée au classement final par la Datsun 240Z de l’excellent duo Jean-Charles Valinho/Dominique Mathon.

Trophée Lotus (Course 1 / 25 mn)
Le top 5 : 1.Cazalot, 2.Jacquet, 3.Vulliez, 4.Beloou, 5.Delhaye (tous sur Lotus Seven).

En deux mots : Avec 41 autos en lice, le Trophée Lotus est le plateau le plus fourni du meeting. Parti de la pole, Nicolas Beloou est toutefois stoppé dans son élan dès le premier tour par une courte neutralisation. Le temps de remettre la piste en sécurité et le pilote manceau repart de plus belle avant de se faire ravir le commandement par Florent Cazalot au cap de la mi-course. En plein duel, les deux hommes sont alors suivis de près par Dominique Vulliez et Xavier Jacquet, eux aussi dans le match pour la victoire. La bataille s’intensifie encore en vue de l’arrivée avec ces deux derniers de plus en plus menaçants pour le leader Florent Cazalot. Celui-ci résiste malgré tout aux ultimes assauts de ses poursuivants et remporte cette course 1. Collés à lui, Xavier Jacquet et Dominique Vulliez coupent la ligne d’arrivée dans la même seconde !

Trophée Saloon Cars et Trophée GT Classic (Course 1 / 30 mn)
Le top 5 – Saloon Cars : 1.Grenet (Dodge Viper), 2.Lefebvre (Audi Quattro), 3.Desmaele (Porsche 996), 4.Danne (BMW M3 GTR), 5.Yvetot (Porsche 964).
GT Classic : 1.Mathieu (Porsche 964), 2.Hals (De Tomaso Pantera), 3.Rosembly (BMW Z3), 4.Tedeschi (BMW 320), 5.Faure (Porsche 964).

En deux mots : Meilleur performer des qualifs à bord de sa Dodge Viper, Julien Grenet confirme sa suprématie dès le début de course, tandis que Fabrice Lefebvre lui emboite le pas au volant de son Audi Quattro. Débarrassé des autres Porsche de Patrick Delannoy et de Laurent Sabatier, auto-éliminés dans un accrochage, Sébastien Mathieu est, lui, le solide leader du GT Classic. A mi-course, Julien Grenet a déjà pris ses aises en bénéficiant d’une vingtaine de secondes d’avance sur Fabrice Lefebvre, bientôt pénalisé d’un Drive Through pour non-respect de la route de course. De quoi permettre à la Porsche de Michaël Desmaele d’intégrer le trio de tête. Au terme des 18 tours, la course se termine sur la victoire sans surprise de Julien Grenet, 43 secondes devant la Porsche 964 de Sébastien Mathieu. En remportant le GT Classic devant la De Tomaso Pantera du Belge Patrick Hals (vue aux 24 heures du Mans 1994) et la BMW Z3 de Geoffroy Rosembly, Sébastien Mathieu s’assure le titre de champion de France en GT/Tourisme. Côté Saloon Cars, Fabrice Lefebvre et Michaël Desmaele complètent le podium aux côtés de Julien Grenet.

Trophée F3 Classic et Trophée Formule Renault Classic (Course 1 / 30 mn)
Le top 5 : F3 : 1.Rouvier (March 783), 2.D.Leone (March 783), 3.Châteaux (Ralt RT3), 4.Martin (Martini MK39), 5.V.Leone (Alba AR1).
Formule Renault : 1.Robert (Martini MK48), 2.Vaglio-Giors (Martini MK51), 3.Gobba (Martini MK54), 4. ‘Nelson’ (Martini MK48), 5.France (Martini MK44).

En deux mots : Crédité de la pole vendredi, Davide Leone prend le pouvoir dès l’entame de la course en tenant en respect Matthieu Châteaux et Frédéric Rouvier, ses adversaires directs. Au bout de six tours, Matthieu Châteaux prend l’avantage, puis l’italien reprend son bien à la mi-course, tout cela sous les yeux d’un Frédéric Rouvier à l’affut. A ce stade, Eric Martin et Valerio Leone emmènent le reste du peloton, mais déjà à plus d’une dizaine de secondes. Alors que la lutte bat son plein entre les trois belligérants, l’entrée en scène du Safety Car réduit une bonne partie des écarts à six tours de l’arrivée. Deux boucles plus tard, la course est relancée pour quatre derniers tours. Passé en tête, Frédéric Rouvier fournit son effort et parvient à conserver 356/1000 d’avance sur Davide Leone sous le drapeau à damier. Matthieu Châteaux suit une seconde plus loin. Septième au général, Lionel Robert remporte haut la main la catégorie Formule Renault avec une quinzaine de secondes d’avance sur ‘Nelson’, finalement pénalisé d’un Drive Through, et un peu plus sur Christian Vaglio-Giors, ralenti par un tête-à-queue. Le Manceau s’ouvre ainsi la voie du titre de champion de France Monoplaces/Protos 2021.

Youngtimers GTI Cup et Maxi 1300 Series (Course 1 / 30 mn)
Le top 5 – GTI Cup : 1.Quagliozzi (Honda Civic), 2.Vivas (AX Coupe), 3.Benjamin (Honda Civic), 4.Hervé (Honda Civic), 5.Mathez (Peugeot 309).
Maxi 1300 Series : 1.Besson (Alpine A110), 2.Calas (Cooper), 3.Gandini (Mini Jem), 4.Falière (Rallye 2), 5.Destombes (Simca CG).

En deux mots : Dans la parfaite continuité des essais qualifs du matin, Franck Quagliozzi, de retour pour cette finale, hisse sa Honda Civic au commandement dès le début de course. A mi-distance, le champion de France sortant compte déjà une douzaine de secondes d’avance sur l’AX Coupe de Samuel Vivas, alors que suivent derrière eux les autres Honda de Damien Benjamin et de Yoann Hervé. A ce niveau de la course, après l’abandon de Julien Trousse (Cooper), c’est au tour de Sébastien Calas (Cooper) et de Jean-François Besson (Alpine A110) de batailler pour la première place des Maxi 1300, une poignée de secondes devant Philippe Gandini (Mini Jem). La fin de course n’apporte aucune surprise du côté de Franck Quagliozzi, impérial. En revanche, Samuel Vivas doit s’employer pour résister aux dernières attaques de Damien Benjamin et sauver sa deuxième place pour 6/10 de seconde. De son côté, le Charentais Jean-François Besson obtient le dernier mot face à Sébastien Calas en Maxi 1300 Series.

Trophée Formule Ford Kent et Trophée Formule Ford Zetec (Course 1 / 25 mn)
Le top 5 – Kent : 1.Gerarduzzi (Van Diemen), 2.Sanjuan (Tatuus RC99), 3.Zosso (Mygale SJ01).
Zetec : 1.Genecand (Van Diemen RF92), 2.Beloou (Van Diemen RF90), 3.Midy (Van Diemen RF91), 4.Dousse (Van Diemen RF90), 5.Vaglio-Giors (Crosslé 32F).

En deux mots : Ce plateau riche de 33 Formule Ford, en version Zetec ou Kent, connait un début de course tumultueux avec un accrochage entrainant l’interruption des débats dès le premier tour. Une fois les importantes traces d’huile traitées, la course reprend avec les deux Zetec d’Augustin Sanjuan et de Marco Gerarduzzi à la lutte pour la première place. A mi-parcours, ce duo est suivi par Gislain Genecand et Nicolas Beloou, eux-mêmes en pleine bataille pour le leadership des Formule Ford Kent. Ce double duel se prolonge par la suite et annonce une fin de course à suspens. Au « général », le jeune Marco Gerarduzzi s’impose finalement de 723/1000 de seconde, imité par Gislain Genecand en Kent pour 548/1000 ! Septième, Christian Vaglio-Giors s’impose parmi les monoplaces les plus anciennes de la catégorie GHI.

SportProtosCup (Course 1 / 25 mn)
Le top 5 : 1.Nguyen (Lucchini Alfa), 2.Vulliez (Bogani Alfa), 3.Kolly (Lola BMW), 4.Candiani (Lucchini Alfa), 5.De Murard (Merlin Alfa).

En deux mots : Net dominateur lors des qualifications du matin, Stéphane Nguyen hisse sa Lucchini Alfa en tête dès les premiers tours, mais sans parvenir pour autant à se débarrasser de Louis Kolly et de sa très belle Lola T292. A mi-course, les deux hommes sont toujours ensembles, suivis à quelques secondes par la Bogani Alfa de Dominique Vulliez. Poursuivant son effort, Stéphane Nguyen parvient à prendre ses distances à l’approche de l’arrivée. A l’inverse, Louis Kolly finit même par se faire subtiliser la deuxième place par Dominique Vulliez à un tour de l’arrivée. Cinquième, Josserand De Murard (Merlin Alfa) remporte la catégorie C3.

Roadster Pro Cup (Course 1 / 25 mn)
Le top 5 : 1.Fresnais, 2.Castillou, 3.Hergault, 4.Durville, 5.Fady (tous sur Mazda MX-5).

En deux mots : Leader du solide peloton (32 Mazda MX-5) de la Roadster Pro Cup lors des qualifs du matin, Laurent Fresnais conserve l’avantage l’après-midi en dominant les débats dès le début de cette course 1. A mi-parcours, un seul de ses adversaires semble encore en mesure de l’inquiéter : le jeune palois de 22 ans Axel Castillou. Parti de la première ligne, Steeve Hergault suit en troisième position, mais déjà à une grosse poignée de secondes de la tête. Ce tiercé sera le bon. A l’issue du treizième tour, le drapeau à damier s’abaisse sur Laurent Fresnais, vainqueur avec deux petites secondes d’avance sur Axel Castillou. A une quinzaine de secondes, Steeve Hergault décroche le droit d’aller grimper sur la troisième marche du podium.

A SUIVRE DIMANCHE
8 nouvelles courses, de 9h00 à 12h20 et de 13h50 à 15h50.

Jacques Furet,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*