Dakar Quads : Le retour du Boss

Après une impasse qui a retardé sa découverte de l’Arabie Saoudite, le vainqueur autoritaire de l’édition 2019, Nicolas Cavigliasso, tentera probablement de montrer dès le départ de Jeddah qu’il n’a rien perdu de son coup de guidon. Les candidats au titre en quads sont ainsi invités à l’excellence pour viser les sommets. Ce sera le défi à relever pour quelques autres pilotes sud-américains qui ont choisi de faire le voyage au Moyen-Orient, mais aussi pour le Français Alexandre Giroud ou le Polonais Kamil Wisniewski.

Il n’y a qu’un seul ancien vainqueur de la catégorie parmi les 19 pilotes engagés… mais pas n’importe lequel. Nicolas Cavigliasso a connu le succès sur le Dakar en 2019, à sa deuxième participation au rallye, en ayant surtout exercé une domination absolue sur la course, remportant neuf des dix étapes au programme et atteignant Lima avec près de deux heures d’avance sur son premier poursuivant. Dans l’euphorie de sa victoire, le jeune homme avait poussé la célébration jusqu’à demander en mariage sa fiancée, Valentina, sur le podium où il recevait son trophée. Très certainement occupé à prolonger sa lune de miel, Cavigliasso a fait l’impasse sur la première édition saoudienne du Dakar, mais annonce sans ambiguïté son retour aux affaires à quelques semaines du départ : « Je viens récupérer ma couronne ». Durant son essor pendant la dernière décennie, la catégorie des quads a évolué sous la conduite autoritaire des latinos, supérieurs en nombre et en qualité, avec huit titres sur onze éditions remportés par des Argentins et un Chilien sur leur continent. On parlera beaucoup moins espagnol cette année dans ce petit peloton, même si le futur patron est peut-être déjà identifié et que des rivaux comme ses compatriotes Manuel Andujar (5ème en 2019, 4ème en 2020) et Pablo Copetti (3ème en 2017) ou le Chilien Giovanni Enrico (vainqueur d’étape en 2020), tenteront d’apporter la contradiction.

Les cartes sont rebattues, et la nouvelle donne pourrait être mise à profit par les pilotes français, qui ont su percer dans les récentes éditions et pourraient poursuivre leur progression. Alexandre Giroud, qui a connu les joies de la victoire d’étape l’année dernière avant d’abandonner alors qu’il pointait en 2ème position du général, prendra peut-être le relais de Simon Vitse (2ème derrière Casale à l’arrivée), engagé cette année dans un autre défi en tant que copilote de Dominique Housieaux. Romain Dutu pourrait lui aussi avoir quelques arguments à faire valoir pour s’inviter dans la bataille des chefs, mais il lui faudra s’affirmer face à un autre front, venant des pays de l’Est. Son représentant le plus prometteur sera le Polonais Kamil Wisniewski, vainqueur d’étape en fin de course en janvier dernier, et qui cherchera à améliorer sa 5ème place finale obtenue à Riyadh. Dans cette confrontation, il n’est pas certain que l’avantage du terrain dont bénéficiera Abdul Majeed Al Khulaifi lui soit suffisant pour exister à ce niveau. Il avait été en janvier 2020 le premier Saoudien à tenter sa chance dans la catégorie, avec une apparition remarquée mais trop courte dans les classements. L’occasion lui est donnée de créer la surprise.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*