Dakar : Marseille, premier bivouac…

Le port de Marseille a accueilli les 1er, 2 et 3 décembre une grande partie des véhicules de course, d’assistance, de presse et d’organisation qui s’engagent dans un premier temps dans une croisière en direction de Jeddah, où sera donné le départ du rallye le 3 janvier prochain.

75 autos, 42 camions, 110 motos et quads inscrits en course, pour un total de 679 véhicules auxquels on peut ajouter 8 hélicoptères et 15 containers, ont été réceptionnés par les équipes d’organisation du Dakar et les dockers marseillais.

Les nombreuses restrictions de circulation qui affectent l’Europe et au-delà ont contraint les équipes participant au Dakar à une gymnastique particulière. Les concurrents, soulagés de parvenir au parc de déchargement et de voir le rallye prendre forme, avaient déjà des histoires à se raconter… sans galéjades, bien sûr !

Il flottait sur le port de Marseille comme un air d’arrivée de spéciale cette semaine. Particulièrement sur le terminal Med-Europe, où étaient convoqués la plupart des véhicules du Dakar, en partance dans quelques jours pour Jeddah dans les entrailles du Garnet Leader. Car en temps de pandémie, la complexité de rassembler des convois venant de 19 pays au total tient de l’exploit administratif ! Et si la plupart des pilotes ont sagement choisi de rester à domicile, les membres de leurs équipes ont dû faire preuve de talents de navigateurs pour rejoindre la Provence, munis de leurs visas, tests PCR ou encore attestations de déplacement réservées aux sportifs de haut niveau, afin de pouvoir finalement circuler sur les routes françaises. Sachant que les réglementations nationales de protection face au virus Covid-19 varient à travers l’Europe et au-delà, c’est un roadbook d’un style tout à fait particulier qui leur avait été transmis par les services du Dakar pour arriver… à bon port. Et pour beaucoup, c’est l’anticipation et la prudence qui ont été privilégiées. Dans ce domaine, l’Indien Ashish Raorane a été le plus appliqué, puisqu’il a quitté Mumbai il y a un mois pour l’Europe afin d’éviter tout problème de mise à l’isolement, par exemple. Les Biélorusses du Team Pitlane ont eux aussi été bien inspirés de prévoir une marge dans leur emploi du temps, puisqu’ils ont été refoulés à la frontière polonaise et ont dû faire leur entrée dans l’espace Schengen en passant par la Lituanie… un détour finalement sans conséquences mais qui a déjà augmenté légèrement le kilométrage.

Chez Kamaz, on ne craint pas les kilomètres. Leurs camions, de course comme d’assistance, ont déjà parcouru près de 5 000 km pour venir du Tatarstan, avec leur patron Vladimir Chagin comme chef de convoi, particulièrement prolixe en anecdotes à son arrivée à Marseille : « c’est la 43ème édition du Dakar, et le chiffre 43 a toujours été un porte-bonheur pour moi. D’ailleurs l’année de mes 43 ans, nous avions trois de nos camions sur le podium à l’arrivée du Dakar. Cette année, c’est notre 30ème participation, j’espère que nous pourrons faire aussi bien ». En Arabie Saoudite, le ‘Tsar’ pourra poursuivre ses récits, par exemple lors de son anniversaire le 5 janvier, qu’il a si souvent fêté par une victoire d’étape au bivouac. Il y a fort à parier que les camions bleus joueront à nouveau les premiers rôles pour les 50 ans de Chagin…

Les prochains rendez-vous :
– 30 et 31 décembre : récupération des véhicules au port de Jeddah
– 1er janvier et 2 janvier matin : vérifications administratives et techniques à Jeddah
– 2 janvier après -midi : prologue et podium
– 3 janvier : départ de la 1ère étape
– Rallye du 3 au 15 janvier
– 9 janvier : journée de repos à Hai’l
– 15 janvier : dernière étape et podium arrivée à Jeddah

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*