Maroc Etape2: Al Attiyah grignote, Sainz plonge…

Le Toyota Hilux de Al-Attiyah et Baumel © AP PhotoSport

Du coté des autos cette courte journée (étape 2) du Rallye du Maroc fut-elle aussi… noyée de rebondissements sportifs et réglementaires. Au terme d’une courte spéciale et d’une longue attente, il fut finalement décidé, en milieu de soirée par le collège des commissaires de course de calculer les chronos du secteur sélectif non pas à CP1 mais au point le plus éloigné où s’étaient rendus 11 des 12 premières voitures ayant franchi le contrôle de passage.

Un point atteint par Nasser Al Attiyah et Mathieu Baumel (Toyota Hilux Overdrive #300) avec quelques 4:32 d’avance sur Martin Prokop et Jan Tomanek (Ford Raptor #303) et le Buggy Two Wheels Drive #343 de l’Italien Eugenio Amos et de Sébastien Delaunay.

Les MINI John Cooper Works de Nani Roma et Vladimir Vasilyev complètent le top 5.

Pointé en 7ème position, les leaders Sébastien Loeb et Daniel Elena (Peugeot 3008 DKR #312) concèdent près de huit minutes et voient leur avantage au général fondre de plus de moitié sur Al Attiyah qui ponte désormais à 5:02. Autre mauvaise nouvelle pour le Team Peugeot Total : lorsqu’il aurait pu être déclaré vainqueur de la spéciale au passage à CP1, Carlos Sainz (Peugeot 3008 DKR #310) s’arrêta avant le point d’arrivée choisi à postériori, visiblement pour cause de problèmes mécaniques. Le pilote madrilène se voit donc infliger une pénalité de 50h00 le plongeant dans les abîmes du classement (ces 50 heures furent corrigées à 2 heures du matin !!!!)

Paroles de Pilotes
Nasser Al Attiyah (Qat/Toyota Hilux Overdrive #300) :
« C’était une spéciale vraiment compliquée à gérer dans ces conditions. Les pièges étaient partout et les situations rencontrées ne correspondaient plus trop à ce qu’indiquait le road book. Je suis un peu déçu que le classement ne soit pas établi au km 160 où nous nous sommes finalement arrêtés car là, j’avais déjà repris plus de 6 minutes à Loeb… »

Sébastien Loeb (Fra/Peugeot 3008 DKR #312) : « Déjà on est là. C’était vraiment chaud sur la piste. Il y avait des endroits qui ne passaient pas du tout. Il a fallu un peu improviser. Pas simple donc. Sur un grand chott on est passé, mais vraiment tout juste. C’était très délicat d’ouvrir la piste dans ces conditions car l’eau avait effacé les petites pistes. On a galéré vachement à retrouver le bon chemin. Finalement on s’en est pas trop mal sorti. La neutralisation à CP1 est une décision logique car c’est quasiment le seul endroit où la grande majorité du rallye est passé. Nous on a franchi le chott et c’est juste après que Nasser m’a arrêté en me disant que l’oued suivant était infranchissable… Au final, si on prend le seul point de vue tactique et arithmétique, cette neutralisation me convient plutôt bien car je partais dans une position plus désavantageuse sur la piste… »

Carlos Sainz (Esp/Peugeot 3008 DKR #310) : « Tout s’est bien passé pour nous aujourd’hui jusqu’à ce que malheureusement la course soit neutralisée. Je suis très content de la voiture. C’était bien mieux qu’hier lorsque nous avons dû ouvrir la piste. Ce sera à nouveau le cas demain, donc nous verrons bien comment cela se passe. Il y a eu pas mal de pluie dans la région voici quelques jours, et ça a pas mal endommagé le parcours… »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*