Silk Way Rally: Overdrive mise sur les Chinois…

© DR

– Yong Zhou et Zhitao He piloteront des Toyota aux couleurs de BP Yong et de Boundless.

– Christian Lavieille, récent vainqueur du Taklimakan Rally, fer de lance d’un team Baic V8 Proto de trois voitures. 

 

Les espoirs de victoire d’Overdrive Racing lors du prochain Silk Way Rally reposeront sur les épaules de deux pilotes chinois et d’une équipe de trois voitures du team Baic, après le retrait de Nasser Saleh Al-Attiyah. L’épreuve s’élancera de Moscou le 7 juillet pour s’achever à Xi’an le 22 juillet.

Tenant du titre de la Coupe du monde FIA, Al-Attiyah en est le leader actuel après ses victoires consécutives au rallye tout-terrain du Qatar et au rallye du Kazakhstan. Mais le succès a toujours tourné le dos au pilote Toyota Hilux au Silk Way Rally et il devra désormais attendre l’édition 2018 pour tenter d’inscrire enfin son nom au palmarès.

Overdrive Racing soutiendra désormais un Toyota Hilux engagé par le team BP Yong pour Yong Zhou et son navigateur français chevronné Pascal Maimon, et un second Toyota aux couleurs du team Boundless Yong dans lequel prendra place un duo 100 % chinois, Zhitao He et Kai Zhao.

Par ailleurs, un nouveau team Keeopower a été créé en Chine et il fera courir des Baic V8 Proto en conjonction avec Overdrive Racing. Trois Baic s’attaqueront au Silk Way Rally : la voiture leader sera confiée aux Français Christian Lavieille et Jean-Pierre Garcin, qui seront accompagnés au départ à Moscou par Xuebin Lu et Hongyu Pan, et Binglong Lu et He Sha.

« Cette épreuve est une vaste entreprise et réclame une planification logistique étendue, comparable à celle du Dakar », souligne Jean-Marc Fortin, le Directeur général d’Overdrive Racing. « C’est une épreuve qui prend du galon chaque année, dans une région du monde importante pour les sports mécaniques. Nous disposons d’une équipe solide, bien équilibrée entre jeunesse, talent et expérience, et tout le monde est impatient de prendre le départ à Moscou pour deux semaines de course qui promettent d’être difficiles. »

Toyota Gazoo Racing Afrique du Sud, qui partage ses infrastructures avec Overdrive Racing, a décidé de ne pas engager Giniel de Villiers et Leeroy Poulter dans l’épreuve afin de se concentrer sur le développement du Toyota Hilux dans la perspective du Dakar 2018. Overdrive Racing a suivi le mouvement en retirant à son tour Al-Attiyah des engagés.

« Cette décision n’a pas été prise à la légère, car nous estimons que le Silk Way Rally est l’une des épreuves les plus difficiles du calendrier », a indiqué Glyn Hall, le patron du team Toyota Gazoo Racing Afrique du Sud. « Mais comme la modification des règles attendue n’a pas été mise en œuvre par la FIA à temps pour la course de 2017, nous avons préféré privilégier le développement de notre voiture pour 2018. Nous ne renoncerons pas à participer au Silk Way Rally à l’avenir, mais pour 2017, nous n’avons plus aucune raison d’y participer par rapport à nos projets de développement. »

Christian Lavieille voit la vie en rose après son impressionnante victoire avec le Baic V8 Proto lors du récent Taklimakan Rally, qui s’est couru sur dix jours dans la province chinoise de Xinjiang. À l’arrivée à Hami, le Français, qui a également remporté le China Grand Rally en 2014, a terminé en tête d’un doublé Baic, puisque Binglong Lu et He Sha ont fini deuxièmes. « Nous avons été ravis de gagner le Taklimakan, a indiqué Christian Lavieille. Jean-Pierre (Garcin) a fait un super boulot. Nous avons dû nous armer de patience car la navigation était très complexe. Le nouveau team Keeopower a également assuré. Nous sommes donc confiants pour essayer de récidiver au Silk Way Rally. »

Cent vingt concurrents avaient pris le départ de la course à Tacheng, mais seuls 63 ont réussi à boucler les dix étapes, au terme d’un périple de 6 000 kilomètres articulé autour du désert du Taklamakan.

L’an dernier, c’est le Français Cyril Despres qui avait remporté le Silk Way Rally à l’arrivée à Pékin. Overdrive Racing était également présent en même temps avec ses équipages de pointe à la Baja Espagne, et le Russe Andrey Dmitriev, 11ème, avait obtenu le meilleur classement des Toyota en Chine. Ivan Shikhotarov avait terminé 12ème, Zhou Yong 17ème et Yuriy Sazonov 35ème. Zhitao He et Kai Zhao avaient complété le tableau d’Overdrive avec une 57ème place, mais Jes Munk et Jean-Pascal Besson n’avaient pas pu aller au bout d’un itinéraire très exigeant.

Cette année, c’est un Silk Way Rally radicalement révisé qui s’élancera de la Place Rouge de Moscou le 7 juillet pour un périple impressionnant à travers la Russie, le Kazakhstan pour la troisième fois, et s’achèvera en Chine le 22 juillet à Xi’an.

Les équipages feront étape à Tchéboksari et Oufa, respectivement les 8 et 9 juillet, avant d’entrer au Kazakhstan et de rallier Kostanaï le 10 juillet. De là, les équipes gagneront les steppes et les vastes plaines reculées du Kazakhstan, et les bivouacs d’Astana, Semeï, Ourdjar et Karamaï, avant de franchir les montagnes du Tian Shan, porte d’entrée en Chine, le 15 juillet.

Après une journée de repos dans la ville d’Urumqi le 16 juillet, l’itinéraire conduira les concurrents dans le désert de Gobi et à travers terres désertiques les plus sauvages de Chine, via Hami, Dunhuang, Jiayuguan, Alxa Youqi et Zhongwei, avant de finir à Xi’an le 22 juillet.

Les équipages seront confrontés à un large éventail de terrains, à de températures extrêmes dans le désert, des canyons, des dunes de sable géantes et à une navigation délicate sur les 4 094 kilomètres de spéciales d’un itinéraire long de 9 599 kilomètres.

D’après communiqué Overdrive,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*