WEC Spa: Passionnante endurance pour les fans

© DR

Après une ouverture de saison particulièrement passionnante en Grande-Bretagne, tous les regards sont désormais tournés vers le légendaire circuit de Spa-Francorchamps (Belgique) pour la deuxième manche du Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC) 2017. 

Une course qui a toujours su offrir son lot de rebondissements, et où les conditions météo imprévisibles ne manquent jamais de bouleverser la situation.

Une course à ne pas manquer, où Porsche tentera de revenir à égalité au nombre de victoires, tandis que Toyota aura pour objectif de prendre la tête du classement général provisoire.

Rendez-vous favori des équipes et des pilotes, les WEC 6 Heures de Spa-Francorchamps (samedi 6 mai) accueilleront plusieurs milliers de passionnés d’endurance, venus de tous les pays, qui rallieront le circuit des Ardennes pour la traditionnelle répétition générale du troisième rendez-vous de la saison : les 24 Heures du Mans. Après Silverstone, le plateau de 30 voitures comprendra une troisième Toyota TS050 HYBRID en vue de la préparation des 24 Heures du Mans, ainsi que deux LMP2 supplémentaires.

Les essais libres et les qualifications auront lieu durant deux jours précédents ce grand rendez-vous. Les spectateurs pourront profiter d’extraordinaires animations aussi bien sur la piste qu’en dehors, avec les courses des World Series Formula V8 3,5, la TCR International Series et la Porsche GT3 Cup Benelux. Pour l’occasion, cette dernière compétition accueillera les concurrents de la Porsche Carrera Cup France.

LMP1 : vitesse, appui aérodynamique et stratégie
Les 6 Heures de Silverstone ont démontré à ceux qui en doutaient que deux voitures peuvent suffire à entretenir le suspense tout au long d’une course. A Spa, on retrouvera à la lutte pas moins de cinq prototypes LMP1 hybrides – deux pour Porsche LMP Team et trois pour Toyota Gazoo Racing. Les configurations aérodynamiques différentes, la gestion des pneumatiques et la régularité seront les principaux paramètres de ces 6 heures de course. Les Champions du Monde en titre Porsche tenteront de s’imposer afin de maintenir leur avantage en tête du classement général provisoire.

Les fans belges suivront tout particulièrement André Lotterer, pilote de la Porsche 919 Hybrid #1, qu’il partage avec le Champion du Monde en titre des Pilotes d’Endurance Neel Jani et le vainqueur des 24 Heures du Mans 2015 Nick Tandy. Elevé en Belgique, le pilote allemand roule quasiment à domicile, tout comme lors 6 Heures du Nürburgring.

Malgré la victoire de Buemi/Davidson/Nakajima (Toyota TS050 HYBRID #8) en Grande-Bretagne, l’accident de la seconde voiture du constructeur japonais, pilotée par José Maria Lopez, a eu pour conséquence une 23e place finale au classement et un demi-point marqué. Cette mésaventure permet à Porsche, deuxième et troisième à Silverstone, d’occuper la tête du classement provisoire des constructeurs.

Même si Yuji Kunimoto, nouveau venu en WEC, a couvert de nombreux kilomètres en vue de ce premier engagement de la TS050 HYBRID #9, l’expérience de Stéphane Sarrazin et de Nicolas Lapierre sera incontestablement précieuse au pilote nippon pour trouver son rythme au fil de ce week-end.

Le team ByKolles Team revient à Spa avec un trio de pilotes inchangé. Oliver Webb, Dominik Kraihamer et James Rossiter tenteront d’accumuler un maximum de kilomètres avec la ENSO CLM P1/01 #4, après une préparation de saison difficile.

LMP2 : une compétition serrée et indécise
Les 11 engagés de cette catégorie comprennent une concurrente supplémentaire : l’équipe Tockwith Motorsports, arrivée de l’European Le Mans Series (ELMS). Les Britanniques Nigel Moore et Philip Hanson seront épaulés par l’expérimenté pilote indien Karun Chandhok au volant de la seule Ligier JS P217-Gibson présente à Spa. On verra pour la première fois cette année la formation complète et très affûtée des deux voitures de Signatech Alpine Matmut, lauréate 2016 du Trophée Endurance FIA LMP2. Champion du Monde des Pilotes en titre, Romain Dumas rejoint Gustavo Menezes et Matt Rao sur l’Alpine A470-Gibson #36 en remplacement de Nicolas Lapierre, qui fait son retour en LMP1. La deuxième voiture est confiée au duo français Pierre Ragues/Nelson Panciatici et au Brésilien André Negrao, présents au Prologue de Monza et absents des 6 Heures de Silverstone.

Les enseignements ramenés de Grande-Bretagne concernant cette nouvelle génération de LMP2, à la fois fiable et plus rapide, seront mis en pratique en Belgique, avant que les ORECA 07 ne se retrouvent face à d’autres constructeurs. Tous les prototypes LMP2 au départ des WEC 6 Heures de Spa-Francorchamps sont propulsés par des moteurs Gibson et chaussés de pneus Dunlop.

Ces équipes LMP2 représentent des nations diversifiées tel que la Suisse, la Chine, la Russie, la France et la Grande-Bretagne. Parmi les pilotes au palmarès éloquent en quête de victoire figurent Nelson Piquet jr, Nicolas Prost, Bruno Senna, Jean-Eric Vergne, Alex Lynn, Oliver Jarvis et bien entendu Romain Dumas. La compétition sera serrée, la bataille féroce… Un gros travail d’équipe, une bonne gestion des pneumatiques et des relais impeccables seront les clés de la victoire.

LMGTE : le premier round pour Ford et Ferrari
A Silverstone, Ford Chip Ganassi Racing Team UK a remporté une victoire bien méritée et retrouve à Spa une grosse opposition. Respectivement victorieux à Spa en 2012, 2013-2014-2016 et 2015, Porsche, Ferrari et Aston Martin Racing ambitionneront de marquer de leur empreinte victorieuse les tablettes du Championnat du Monde GT, inauguré en cette saison 2017.

Tous les équipages restent inchangés après Silverstone : les deux Ford GT et les deux Aston Martin de la catégorie LMGTE Pro présenteront les trios de pilotes attendus aux 24 Heures du Mans. Pour chacune des 8 voitures LMGTE Pro et les 5 de la catégorie LMGTE Am, le facteur prépondérant pour la victoire sera la stratégie des équipes pour la gestion de l’allocation de pneumatiques qui, pour 2017 est passée de 6 à 4 trains de pneus, à la fois en qualifications et en course.

A Silverstone, la catégorie LMGTE Am a été trépidante jusqu’au drapeau à damier : pour sa première apparition en WEC, la Ferrari 488 GTE #61 de Clearwater Racing a cueilli la victoire après un accrochage dans le tout dernier tour entre Aston Martin et l’autre Ferrari de Spirit of Race. Chacun des engagés de cette catégorie peut prétendre à la victoire. Après leur première course, les nouveaux pilotes du WEC se battront au meilleur niveau de la compétition, forts de cette première expérience acquise à Silverstone.

Les aléas de la météo
Lorsqu’on court à Spa-Francorchamps, la préparation pour ce rendez-vous des Ardennes belges serait incomplète sans une attention toute particulière aux prévisions météo. Teams et fans pareront ainsi à toute éventualité. Dans cette région forestière du sud de la Belgique, les averses fréquentes ajoutent leur piment à la course, créant ainsi une attente supplémentaire. De nombreuses courses WEC s’y sont déroulées dans des conditions sèches et sous des températures chaudes… mais seul l’avenir dira s’il en sera de même en 2017 !

Deuxième manche de la saison WEC 2017, les WEC 6 Heures de Spa-Francorchamps s’élanceront le samedi 6 mai à partir de 14h30, pour s’achever au crépuscule à 20h30.

Fiona Miller,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*