GT4 Nogaro course 1: Tension, indécision, pression…

Podium de la course 1 GT4 à Nogaro © André Breton

Après des qualifications fortes en rebondissements, avec la sortie de deux drapeaux rouges, la première course de GT4 a mis beaucoup de temps a désigner ses champions. Jusque dans les derniers instants et le retour de Parisy sur Demoustier, l’issue demeurait incertaine.

Pourtant, avant le changement, Alain Ferté avait pris une belle avance sur ses concurrents en « appuyant le moins possible sur le frein, le plus possible sur l’accélérateur ! ».

Il pointait alors à 10 secondes de son poursuivant Olivier Jouffret.

Après la prise du volant par son coéquipier Grégoire Démoustier, l’écart s’est considérablement réduit et le binôme termine sur la troisième marche. « Evidemment j’aurai préféré finir premier, concède le relayeur. J’étais en délicatesse avec les pneus tout au long du relai. Plutôt que prendre beaucoup de risque j’ai décidé d’essayer de faire le maximum pour finir la course. »

Une attitude à l’avantage du palois Mike Parisy (2ème aux côtés de Vannelet) pour un final à suspense et une belle bagarre : « Cette remontée s’est construite dès le début, analyse Parisy. Je pense clairement que la clé de ce championnat est la gestion des pneumatiques. On sait à ce niveau les Ginetta redoutables. »

Effectivement, la place de leader n’a pas mis bien longtemps à se dessiner, et tombe dans l’escarcelle d’une… Ginetta ! Car si Ferté a largement dominé les débats du premier acte, c’est Castelli qui en a pris les rennes après la demi-heure. « C’était dur, dans la voiture il faisait assez chaud, confie le vainqueur. On a une voiture performante, on essaie de tout faire pour être devant et on a réussi. On a eu pas mal de petits soucis techniques sur la voiture donc on va essayer de les régler pour qu’elle soit fiable. Mais les performances sont là donc on va essayer de continuer comme ça. »

Demain, l’ordre des relais est inversé. C’est donc Castelli qui prendra le départ : « Il faudra assurer pour faire un bon début de course. On va tout faire pour ! »

Le trio de tête n’est, cependant pas le seul où la bataille a fait rage. La guest-star de cette édition anniversaire, David Hallyday, a réalisé une belle performance en conservant, sans concession, une 8ème place que son relayeur n’est pas parvenu à bonifier. Les deux hommes terminent toutefois leur journée sur un top 10, à la 9ème place.

L’écurie Martinet by Alméras, qui affichait de grandes ambitions avant la compétition, n’est pas parvenu à concrétiser son objectif et décrocher des poles. Son meilleur équipage (Hassid/Palette) se classe 7ème. Mais dès la veille, Steven Palette, auteur d’une belle entrée en matière, le pressentait : « Sur un circuit comme Nogaro, qui est relativement court, il va y avoir beaucoup de monde en piste. Les chronos sont serrés, ça va se battre à tous les niveaux. Je pense qu’il va vraiment falloir tout donner et être propre pour faire un bon chrono. »

Le local de l’épreuve Eric Trémoulet est loin d’avoir démérité, même s’il a dû se résoudre à concéder son bon classement (3ème) à Parisy. En tout état de cause, la paire Jouffret/Tremoulet termine au pied du podium. Peut-être le début d’une rivalité énième rivalité : entre béarnais et gersois ?

Classement Course 1 : 1. Wallgren/Castelli, les 37 tours en 1:00:14.888 ; 2. Vannelet/Parisy à 15.152 ; 3. Ferté/Demoustier à 17.747 ; 4. Jouffret/Trémoulet à 26.516 ; 5. Clément/Iannetta à 35.384 ; 6. Leutwiler/Vilarino à 39.354 ; 7. Hassid/Palette à 39.951 ; 8. Soave/Monti à 48.725 ; 9. Hallyday/Moullin-Traffort à 50.691 ; 10. Cayrolle/Santamato à 56.341..

Romain Perchicot

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*