Africa Eco Race: François Borsotto retrouve son ‘Magna’

François Borsotto © MFe

Après deux ans d’infidélité à Thierry Magnaldi, François Borsotto rentre dans le droit chemin et réintègre l’habitacle de son ami, dès cet Africa Eco Race. Une infidélité compréhensible, pendant que Thierry, sans volant, restait dans le Var, François sollicité par Romain Dumas est parti sur le Dakar.

 

Après deux virées en Amérique du Sud avec le pilote d’endurance – chez MD sur un Optimus en 2015 et avec une Peugeot 2008 en 2016 – François retrouvera les joies d’un Buggy, le 2WD confié par Eric Mozas. « Deux ans sans rouler avec Thierry, n’est pas grand-chose, le temps passe si vite… » a réagi Borsotto.

François ne pensait pas qu’un jour, il serait emmené à revenir en Afrique, et cette opportunité à une influence positive sur le navigateur : « C’est mon premier Africa Race, les circonstances font que j’y reviens… »

Sur un Buggy 2 roues motrices, face à une adversité de taille, Borsotto se prépare à vivre le meilleur : « Ce projet est motivant. Nous bénéficions d’un Buggy performant, d’une équipe super professionnelle et manifestement Thierry n’a pas perdu la main donc, nous pouvons espérer des étapes heureuses en Afrique ! Je ferai le maximum pour l’aider dans une bonne navigation. »

Le couple Magnaldi-Borsotto a satisfait à un galop d’essai sur le circuit du Creusot balayé par un vent froid et du brouillard. « Cet essai, nous a prouvé que la voiture avait la patate. Des petits réglages ont été nécessaires pour la mettre à notre goût. »

Navigateur de renom, François va retrouver les dunes, le sable, la navigation dans sa vraie définition. François plisse son visage : « Je ne peux pas dire que je suis au top ! Disputer une course par an, on en perd les automatismes et, revenir directement dans une grande course sans faire d’essai véritable,  sans aller dans les dunes, sans rouler très vite sur les pistes, n’est pas aussi évident que vous pouvez le pensez, c’est même compliqué ! Le Maroc va me servir de remise en route. J’y ai roulé il y a deux ans et j’y étais bien. Le Maroc est un pays que j’aime énormément, intéressant, c’est encourageant de débuter par lui. »

Puis ce sera La Mauritanie et ses étendues de sable, ses dunes, ses goulets… « Les dunes ne sont pas mon kif, je préfère les pistes rapides avec beaucoup de changements. Rouler au cap dans les dunes, n’est pas ma tasse de thé ! » conclut François Borsotto avant de déguster un thé… à la menthe !

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*