Ultimate Cup Series : Estoril pour clore la saison 2021 en beauté

C’est là où tout a véritablement commencé. Le 22 mars 2019, l’Ultimate Cup Series prenait son envol sur le circuit d’Estoril. Ce week-end, le tracé portugais qui a vu les pilotes légendaires de la Formule 1, tels qu’Alain Prost, Niki Lauda ou encore Ayrton Senna, accueille la sixième et dernière manche de cette saison
2021.

Les six plateaux – NAPA GT-Touring Endurance, Endurance Proto, Monoplace, GT-Touring Sprint, 208 Racing Cup et Relais 208 – ont fait le déplacement.

L’enjeu sera de taille pour ceux qui se disputent le titre puisque cette manche finale compte double et qu’un décompte de leur course la moins fructueuse en points. Le suspense est donc total à l’aube de cette fin de saison.

Les infos clés à retenir :
Plateau NAPA GT-Touring Endurance :
– Avec 19 voitures engagées et l’arrivée, ou le retour, de certaines équipes, au sein des différentes catégories (GT Classe 3A, GT Classe 3B, GT Classe 5A, Porsche Cup et UTCR.), la grille de départ aura fière allure dimanche, à 9h15, pour la dernière confrontation.
– Les vainqueurs au Mans, en septembre dernier, Raymond Narac et Pierre Arnaud reviennent au volant de la Porsche 911 GT3 R #76 d’IMSA Performance.
– IMSA Performance alignera également une Porsche Cup, type 992 dernière génération, tout comme le team CLRT, qui en alignera deux.
– Cette dernière, championne en titre de la Porsche Carrera Cup France, confiera d’ailleurs un exemplaire au champion Porsche France, Marvin Klein, aux côtés de Tugdual Rabreau.
– L’écurie allemande PROsport Racing fera ses débuts en Ultimate Cup Series avec une Aston Martin Vantage GT4 en GT Classe 5A. Une autre GT britannique sera engagée, il s’agit de celle du Team Virage, avec un équipage inédit composé de José Antonio Ledesma, Xavier Follenfant et Jase Gleichberg.
– Le ‘traiteur intraitable’, Pierre Martinet, retrouvera son acolyte Gérard Tremblay, tous deux accompagnés par Inès Taittinger.
– La lutte pour le championnat sera au cœur des attentions :
Avec une victoire et quatre autres podiums au total, Franck Dezoteux et Stéphane Tribaudini mènent le classement général et GT Classe 3A, du NAPA GT-Touring Endurance, avec seulement 7 points d’avance sur Franck Thybaud et Eric Cayrolle, 9 sur Jean-Paul Pagny, David Hallyday et Jean-Bernard Bouvet et 27 sur les derniers vainqueurs en date, Charles-Henri Samani et Emmanuel Collard.
– Au classement des équipes, AB Sport Auto possède seulement 5 points d’avance sur Visiom, 13 sur Racetivty.

Plateau Endurance Proto :
– Trois constructeurs LMP3 seront représentés ce week-end à Estoril : Duqueine, Ginetta et Ligier.
– L’écurie Konrad Motorsport, qui bat pavillon allemand, engage une Ginetta G61-LT-P3 pour la première fois de son histoire. Le propriétaire, Franz Konrad la pilotera avec Tim Zimmermann.
– Team Virage fait son grand retour après avoir manqué l’épreuve à Magny-Cours. Les deux Ligier JS P320 #77, pilotée par Stéphane Adler et Alessandro Bracalente, et la #88, de Mathis Poulet, Julian Wagg et Miguel Cristovao, seront en piste.
– Miguel Cristovao est d’ailleurs le seul pilote local de tous les pilotes inscrits ce week-end.
– DB Autosport alignera sa Duqueine D08 pour Jordan Perroy, Nicolas Melin et Mathias Beche.
– Côté championnat, malgré quatre victoires et 100 points obtenus, Team Virage et les pilotes de la #88 tenteront d’accrocher un cinquième succès et donc le titre. Même si les cartes peuvent être rebattues compte tenu de la double distribution de points, DB Autosport doit néanmoins combler un déficit de 28,5 points.
– Huit autres prototypes sont alignés, six CN et deux Evo. ANS Motorsport remporte une nouvelle fois la victoire du nombre face à Palmyr.
– Alexandre Yvon, leader du championnat, pourra compter sur le propriétaire de l’équipe et le redoutable pilote qu’il est, Nicolas Schatz pour l’aider dans a quête du titre. Profitant de l’absence de ses équipiers chez ANS, Xavier Fort et Nicolas Marroc, Alexandre Yvon devra rester sur sa garde, pour ne pas laisser entrevoir le titre à Philippe Mondolot et Christophe Kubryk, troisièmes, à 20 longueurs. Le duo s’était imposé en ouverture de la saison, au Castellet et va tout tenter ce week-end.
– Habitué de la monoplace, Jacopo d’Amato laissera le volant de la F3R pour celui de la CN #1 d’ANS, aux côtés de David Droux, dont l’expérience en prototype est grande.
– La course d’Endurance Proto, d’une durée de 3 heures, viendra clore le week-end, dimanche après-midi.

Plateau Monoplace :
– Le plateau des monoplaces est l’un des plus qualitatifs et quantitatifs de cette 2021 de l’Ultimate Cup Series.
– Après une première pige à Magny-Cours, Carmen Jorda, ancienne pilote de développement Lotus et Renault en F1, retrouvera le volant de la F3R engagée par l’écurie française CMR.
– Au sein de cette dernière, Shannon Lugassy, jeune pilote âgé de 15 ans, fait son retour au volant d’une FR2.0 après avoir décroché plusieurs succès. On retrouvera également Nicolas Prost dont le titre est l’objectif après avoir remporté six des quinze courses cette saison.
– Laurens van Hoepen, jeune Néerlandais en devenir, ne pense pas au titre mais aux trois dernières cours qu’il pourrait remporter au volant de la F3R du Graff, afin de marquer un peu plus les esprits.
– Deuxième du championnat F3R, Théo Vaucher reste sur quatre podiums consécutifs et est en quête un premier succès avec la #51 du Graff.
– La lutte est très serrée et indécise chez les F3R Gentlemen où Christophe Hurni (Sports Promotion) et Luis Sanjuan (Graff), séparées par quelques unités. En ayant manqué deux épreuves, Eric Trouillet, grâce à ses huit succès en neuf courses, est toujours en lice pour le titre avec ses 40 points de retards.
– La domination écrasante de Franck Seemann (Race Motorsport) en FR2.0 se traduit par une avance quasiment impossible à rattraper, ce que ce soit au classement général ou en Gentleman.

Plateau KENNOL GT-Touring Sprint :
– Le format des courses du GT-Touring Sprint évolue quelque peu pour cette finale. Quatre courses de 25 minutes, et non plus 20 minutes, sont au programme.
– Plus de temps de course pour un plaisir encore plus grand à admirer les passes d’armes en piste.
– Marc Waechter vs Bernard Delhez. Au volant de leurs Renault R.S. 01 respectives, le Suisse et le Belge se livre un duel sans précédent dans l’histoire du GT Sprint. Le pilote du G2 Racing AG, Marc Waechter a repris l’avantage à Magny-Cours face au pilote AB Sport Auto. Les deux hommes ne sont séparés que 5 points, autant dire que chaque position sera déterminante vendredi et samedi.
– Une troisième Renault sera engagée ce week-end, sur les quatre courses, par Clairet Sport avec, à son bord, Gilles Colombani.
– PROsport Racing jouera sur les deux tableaux, Endurance et Sprint, avec son Aston Martin Vantage, partagée par Nico Verdonck et Rodrigue Gillion.
– Jimmy Clairet est en bonne position pour décrocher le titre en 308 Cup, mais ne devra pas baisser la garde, notamment face à Sébastien Thome.

Rencontres Peugeot Sport :
– Malgré la distance, les concurrents des plateaux 208 Racing et Relais 208 sont venus en nombre, saisissant l’opportunité exceptionnelle de s’affronter sur ce magnifique tracé.
– Pas moins de 25 pilotes se livreront bataille sur chacune des quatre courses au programme ce weekend.
– Chacune des catégories – Général, Junior et Gentleman – verra une lutte âpre se produire pour cette dernière ligne droite du championnat.
– L’un des spécialistes de la discipline, Alexandre Finkelstein (GPA Racing) est néanmoins assuré du titre au classement général après une domination nette et sans bavure, malgré un week-end nivernais en demi-teinte.
– Thierry Blaise est également sûr d’être sacré champion Gentleman.
– Joran Leneutre est le mieux placé pour triompher en Junior.
– En Relais 208, Gemo Sport et FG Sport by New Team sont les seules à pouvoir encore prétendre mathématiquement au titre. La première citée possède seulement 3 points d’avance sur la deuxième.
– (Le décompte et le double de points ne s’appliquent pas à ces deux plateaux).

Après une journée d’essais privés ce jeudi, les hostilités s’accentueront dès vendredi avec les premières courses sprint.

Florian Defet,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*