Objectifs Dunes, une équipe qui ne cesse de grandir !

Deux Buggys, deux équipages, sept hommes tous employés chez Airbus à Toulouse, l’amitié est la base de la relation de l’équipe Objectifs Dunes. Toutes les joies et les plaisirs du rallye-raid, ils les partagent en évoluant avec les ‘grands’ de la discipline. Cette incomparable équipe ne passe jamais inaperçue quel que soit l’endroit où elle se trouve. Que ce soit sur la Baja Aragon à Teruel en juillet dernier, récemment au Rallye du Maroc ou à l’Africa Eco Race en janvier 2020… Ces amateurs au cœur tendre ont quelque chose de particulier qui se dégage de chacun d’eux. La simplicité et la spontanéité d’une part, l’humilité et la sincérité de l’autre, de quoi fasciner. Leur point fort : vivre de bonnes et intenses aventures qu’il se partagent entre camarades passionnés et actifs et répondre par la ‘positive’ aux partenaires qui leur font confiance. Leurs classement honorables dans la manche FIA marocaine a collé la banane à tous d’autant que les Buggys sont rentrés à l’atelier propres et sans maux.

Benoît et François ouvrent toutes les portes
Benoît Maurice et François Ganache profitent de tout ! Que ce soit du passage de Nasser Al-Attiyah, de Matthieu Baumel sous la structure… ou encore de ceux qu’ils vivent sur la piste. Beaucoup de monde passe chez Objectifs Dunes pour échanger. Les marques de sympathie affluent surtout quand l’équipe rencontre des soucis, le cas sur l’étape 1 après une surchauffe inattendue du moteur vite gommée le soir même par la triplette des techniciens, Fredo, Liam (20 ans) et Manu. « Des petits soucis de vapor-lock sans incidence si ce n’est du temps perdu par des arrêts fréquents. Cet imprévu a été résolu au bivouac et ensuite, plus rien ! Nous avons roulé durant les cinq jours avec beaucoup de plaisir sur tous les terrains proposés. Souvent dans les pelotons. Notre constat, le niveau est encore monté d’un cran ! Tenir le rythme fut difficile, doubler le fut principalement dans la poussière » conclut Benoît jamais avare de commentaires.

« Nous sommes super contents d’avoir participé à cette superbe course » ajoute François Ganache. « Cela faisait longtemps que nous en avions besoin. Revenir au Maroc : génial ! David (Castera) a réalisé un véritable challenge et nous l’en félicitons et l’en remercions. Cela faisait un an et demi que nous attendions de pouvoir rouler en rallye. »

Des Frédéric exemplaires
Le second équipage n’a pas démérité. Les ‘Frédéric’ Dubois et Dessillons roulaient avec un Buggy SMG. Sur leur visage marqué par les efforts se lisait leur satisfaction. Que ce soit Dubois ou Dessillons, les avis se croisent et, pour ces deux copains qui en sont aux balbutiements et à la découverte, le Maroc restera une révélation. « Pour nous, ce rallye fut difficile. J’ai été impressionné par le niveau. En termes de connaissance, seule la Baja de Teruel est notre repère. Une véritable découverte ce rallye du Maroc. Nous rentrons impressionnés. C’est extraordinaire d’avoir pu vivre ces grands moments… » avoue Fred Dessillons.

Les journées des ‘Fred’ furent légèrement compliquées : « le deuxième jour, un module électronique a lâché au km 17, ce fut réparé le soir même nous permettant de repartir. Dans la dernière spéciale, la cinquième, des petits soucis de gonflage nous ont freinés mais nous sommes passés sous l’arche de l’arrivée » ajoute Dubois.

L’alternance fut à l’ordre du rallye, un jour un Fred derrière le volant, le lendemain le même Fred à la navigation. La tablette ? « J’ai bien aimé. C’est pratique. Même si, elle m’a lâché dans le premier tiers de la spéciale de l’étape 2, j’ai repris le papier, ce qui me permet de constater que la tablette : c’est mieux !… » précise Dessillons.

Liam, 20 ans, la dernière recrue !
Liam Dessillons, 20 ans a intégré l’équipe mécanique sur le Maroc : « Je viens de vivre quelque chose d’incroyable ! Je suis resté dans la bulle pour tout découvrir, tout regarder, tout vivre. Rien à voir avec ce que j’avais imaginé ! Une belle expérience personnelle. Une découverte que j’ai appréciée. Travailler le soir et parfois de nuit ne m’a pas dérangé. Dans la journée, je me suis baladé dans le bivouac, curieux de tout ce que je voyais. C’est très instructif… » Liam garde en son for intérieur un secret : celui – un jour – de passer à son tour derrière un volant ! Mais chut, ne le dites pas à son Papa, Frédéric Dessillons il n’est pas au courant !

Marie-France Estenave

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*