LS Group au Paul Ricard : Un jour avec et un jour sans !

Sur le circuit Paul Ricard où il avait remporté sa première course en Alpine Elf Europa Cup l’an passé, le pilote LS Group Autosport GP Laurent Hurgon a connu des hauts et des bas et il préfèrera sans doute se souvenir de son podium du samedi que de l’accrochage qui l’a irrémédiablement retardé dimanche !

Vendredi, le séjour dans le Var de Laurent commence dans la douleur. « Je n’avais bouclé qu’un seul tour d’essais libres quand une rotule à cassé au niveau du train arrière gauche. Tout a été arraché, le moyeu, les triangles, la transmission… » Le team Autosport GP réagit avec diligence et Laurent peut prendre part à la deuxième séance, en nocturne, histoire de valider la réparation et de reprendre ses marques avant la qualification du lendemain matin.

Celle-ci ravit le pilote Seine-et-Marnais qui réalise le 4ème temps à seulement 169 millièmes de la pole. Avec un écart aussi faible, il était en droit de se demander ce qui aurait pu se passer avec un peu plus de roulage la veille. Au lieu de se lamenter sur le temps perdu qui ne se rattrape plus, Laurent tourne ses pensées vers la course 1. « J’ai termine 3ème et je pense que c’était ma place. Ma voiture marchait bien mais les deux leaders avaient un meilleur rythme. Je suis légèrement revenu en fin de course mais c’était trop tard. J’ai aussi dû m’employer pour garder l’avantage sur un groupe de poursuivants plutôt virulents et ma foi, je suis content d’avoir tenu la pression. »

Dimanche, Laurent espère donc faire aussi bien, et si possible un peu mieux. Mais la tendance observée lors de la deuxième qualification n’annonce rien de bon. « Je me suis vite rendu compte que la voiture glissait énormément de l’arrière. J’avais l’impression de disputer le championnat de France de Drift ! De plus les roues se bloquaient sur les gros freinages. Je me suis offert un triple tête à queue à plus de 200 km/h dans la courbe de Signes, heureusement sans rien toucher. J’ai fait tout mon possible pour sauver un tour à peu près normal mais qui ne valait pas mieux que le 9ème chrono à une seconde et demi du meilleur temps. » Une efficace intervention sur la répartition de freinage et l’ABS permet à l’équipe technique de résoudre cette énigme dominicale et de regonfler l’optimisme de son pilote.

Hélas, la course 2 ne sera pas moins catastrophique. « Je m’étais fixé pour objectif de dépasser trois pilotes au départ et tout a commencé comme dans un rêve au feu vert, comme s’ils me laissaient volontairement le passage. Mais arrivé au premier virage, un pilote placé derrière moi sur la grille a complètement loupé son freinage. Son Alpine a heurté la roue arrière gauche de la mienne et je n’ai pu que rentrer au stand pour inspecter les dégâts et finalement pouvoir repartir distancé. » Laurent a ainsi pu marquer le point de consolation offert aux pilotes qui terminent au-delà de la 10ème place.

On ne peut pas parler d’une excellente opération au championnat mais celui-ci n’est pas terminé. Il pourrait offrir 44 points à celui ou celle qui, à Portimao les 23 et 24 octobre, gagnerait les deux courses, signerait les deux pole positions et les deux meilleurs tours en course. Actuellement 4ème, Laurent peut donc envisager de monter sur l’une des trois marches du podium final de l’Alpine Elf Europa Cup 2021.

Romane Didier,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*