Formule E : Les MICHELIN Pilot Sport EV prêts pour une nouvelle aventure au Royaume-Uni

MICHELIN Pilot Sport EV during Diriyah E-Prix 2021 - Diriyah, Saudi Arabia - 24/02/2021 © Jerome Cambier / MICHELIN

– Le Championnat ABB FIA Formula E retourne pour la première fois sur le sol britannique depuis l’été 2016
– Les deux E-Prix, prévus les 24 et 25 juillet, se dérouleront sur un circuit inédit, dont une partie du tracé est ‘indoor’
– Les MICHELIN Pilot Sport EV saisissent une nouvelle opportunité pour démontrer leur polyvalence et leurs performances dans un nouveau lieu

Lors des saisons 2014-2015 et 2015-2016, les monoplaces 100 % électriques du Championnat ABB FIA Formula E s’étaient affrontées dans les allées de Battersea Park, un espace vert de 83 hectares situé sur la rive sud de la Tamise. Des courses situées en fin de saison, qui avaient consacré en 2015 le pilote brésilien Nelson Piquet Junior (NEXTEV TCR), puis en 2016 le pilote suisse Sébastien Buemi (Renault e.dams). Comme toujours depuis les débuts de la discipline, les monoplaces étaient toutes deux chaussées de pneumatiques MICHELIN.

Mais, depuis 2014 les voitures ont évolué. Le championnat 2018-2019 a vu naître les ‘Gen 2’, des machines plus puissantes et plus performantes qui sont aujourd’hui aux mains des pilotes. Au fil du temps, les pneus ont quant à eux opéré une petite révolution : les MICHELIN Pilot Sport EV utilisés aujourd’hui en Formula E sont non seulement plus légers (-9 kg pour un train de quatre pneus en comparaison de la première génération) mais aussi plus performants tout en offrant une moindre résistance au roulement (-16%), élément-clé pour l’autonomie.

Un circuit en partie ‘indoor’
La grande nouveauté du week-end, c’est sans aucun doute la typologie du tracé sur lequel vont s’affronter les pilotes lors des deux courses de Londres. D’une longueur de 2 252 mètres pour 22 virages, le circuit britannique a été tracé dans le London ExCeL. Il s’agit d’un parc des expositions et d’un complexe sportif construits en 2000 dans le quartier de Newham, sur les anciens docks du Royal Victoria, au bord de la Tamise. Durant les Jeux Olympiques d’été de 2012, le lieu a été le théâtre d’épreuves de lutte, de boxe, d’escrime, d’haltérophilie ou de tennis de table. Ce week-end, il accueillera pour la première fois des courses automobiles, avec une partie du circuit –environ 25 % du tracé- est située en intérieur. Cela constitue également une première pour le championnat.

« Depuis 2014, nous avons fréquenté avec cette discipline un nombre de lieux très variés et insolites », indique Jérôme Mondain, manager de Michelin en Formula E. « Depuis les abords du stade olympique de Pékin en passant par les rues de Miami, le centre de Paris ou l’aéroport historique de Berlin, nous avons affronté un grand nombre de configurations urbaines. Côté météo, nous avons aussi fait le grand écart avec des températures record au Chili, ou proches de zéro au petit matin à Marrakech. Et tout ça avec le même pneu ! Aucune discipline de niveau mondial ne peut se targuer d’une telle performance. A Londres, sur un circuit que personne ne connait, nous allons découvrir pour la partie intérieure un sol recouvert d’une résine dont nous ignorons tout en termes d’adhérence. Mais, les relevés effectués sur toutes les pistes du monde depuis maintenant sept ans nous permettent de rester confiants. Le fait de rouler ‘indoor’ ne changera rien, en revanche les changements de grip et de température entre intérieur et extérieur seront forcément des sujets. Mais les MICHELIN Pilot Sport EV ont toujours démontré une excellente capacité à s’adapter. Nous sommes impatients d’avoir les premiers retours des pilotes, après le shakedown et la séance d’essais libres numéro 1 ! »

Après les deux courses de New-York, sur un circuit déjà fréquenté à plusieurs reprises par les équipes, la Formula E bascule une nouvelle fois dans l’inconnue, avec un circuit inédit très nouveau, pour lequel les équipes n’ont pas eu beaucoup d’informations. Londres ne sera toutefois pas la dernière ville fréquentée par championnat, comme ce fut le cas lors des saisons 1 et 2. Comme l’an dernier, son épilogue aura lieu à Berlin, sur les pistes de l’aéroport historique de Tempelhof, les 14 et 15 août prochains. Un endroit que les écuries et les hommes de Michelin Motorsport connaissent bien, la capitale allemande étant la seule ville à figurer au championnat depuis la saison inaugurale.

Huit pneus au lieu de seize pour les deux courses !
Selon le règlement du Championnat ABB FIA Formula E, cette saison les pilotes n’ont le droit d’utiliser que huit pneus pour les deux journées de course incluant les essais, les qualifications et les deux E-Prix. C’est la moitié de la saison 2018-2019, quand chacun d’entre eux disposait de deux trains de pneus (soit huit enveloppes) pour une seule journée de course ! « Nous aurions pu, comme cela a déjà été le cas à plusieurs reprises cette saison, demander à augmenter la dotation de quatre pneus » continue Jérôme Mondain. « Cela s’est justifié sur des circuits permanents, comme par exemple Valence ou Puebla. Pour Londres, même si la piste est nouvelle, nous savons néanmoins que la partie située en extérieure, soit près de 75 % du tracé, sera recouverte d’un enrobé classique. C’est pour cette raison que nous avons choisi de maintenir la nouvelle dotation en place, en accord avec les organisateurs du championnat et la FIA. »

Alessandro Barlozzi,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*