Dakar : Les mésaventures de Joan Font et Sergi Brugué

Joan Font termine son troisième Dakar consécutif, le deuxième avec une voiture de série. Le pilote espagnol considère cette édition étant la plus difficile de celles disputées jusqu’ici. « Nous sommes très heureux de notre travail et d’avoir terminé à nouveau le Dakar. Nous avons fait aussi bien que nous l’avons pu. J’accorde une grande valeur au fait d’être en Arabie Saoudite cette année, ce qui a été particulièrement difficile », a expliqué Font quelques minutes après avoir terminé la dernière étape de cette édition qui se terminait à Djeddah.

Joan Font et son copilote Sergi Brugué en ont vu de toutes les couleurs sur ce Dakar se sortant de certaines journées vraiment compliquées après avoir occupé l’habitacle durant 10, 11 et même 13 heures, sans compter les liaisons. L’une des plus délicates a été la première partie de l’étape marathon, lorsque leur T2 en panne électrique au milieu de la spéciale frôla le hors-course.

Heureusement, les mécaniciens de l’équipe ont réussi à réparer le Toyota Land Cruiser de Font à temps afin qu’il puisse disputer les 3 dernières étapes et atteindre Djeddah. « Durant la majeure partie du rallye, l’équipe bénéficiait d’un camion d’assistance qui nous a bien aidés. Malheureusement, il a cassé le moteur avant le terme de l’épreuve, nous avons dû fournir un travail supplémentaire lorsqu’un souci intervenait », explique Sergi Brugué.

Sur l’avant-dernière étape, à 100 km de l’arrivée, l’équipage a passé plus de 6 heures à aider le SSV de Pablo Olivas et Raúl Ortiz, sérieusement endommagé dans un cordon de dunes. Après cet incident, ils ont terminé l’étape et sont arrivés au bivouac après 4 heures du matin. Ils ont passé 17 heures interminables dans la spéciale. Un court repos réparateur, avant de repartir en direction de Jeddah: « La dernière étape était très, très difficile, avec des cordons de dunes, du sable très fin complété par des zones de pierres. Mais au final, nous en sommes sortis et sommes arrivés », déclare Font.

Une fin heureuse pour le duo au volant d’un Toyota Land Cruiser du FN Speed ​​Team. « Ce Dakar a vraiment été très difficile, et je suis extrêmement reconnaissant du travail que Sergi a accompli pour sa première édition », a déclaré Font.

Quant à Brugué il qualifie sa découverte du Dakar comme une expérience extrême : « elle fut brutale et impressionnante. Je m’attendais à ce que ce soit difficile, mais peut-être pas si dur. Je suis très heureux de ce que nous venons de réaliser et de l’avoir partagé avec Joan. J’ai hâte d’être de nouveau ici l’année prochaine. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*