Dakar Étape 10 : Paroles de Pilotes…

A deux jours du but, le brouillard est toujours aussi épais que ce soit à moto ou en autos ! Sur deux roues, Kevin Benavides et Ricky Brabec les équipiers du Monster Energy Honda sont au coude à coude séparés par 00’51 ! Le troisième, le rescapé du KTM Racing, le britannique Sam Sunderland (+10’36) demeure l’arbitre du duo si, les deux compères parvenaient à fauter… « Pas de consignes d’équipe » selon Honda mais, la sagesse et la prudence sont les maîtres-mots de l’équipe pour porter les couleurs japonaises au plus haut de l’affiche à Jeddah comme ce fut la cas l’an dernier avec Brabec.

En autos, même incertitude mais, l’avance de Stéphane Peterhansel et Édouard Boulanger sur Buggy Mini est plus conséquente. Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel victimes de 16 crevaisons jusqu’ici regardent avec appétence les 17 minutes qu’ils rêvent d’avaler d’un trait d’ici vendredi. Le pourront-ils ? Réponse demain soir au terme de l’étape 11 qui permettra certainement d’y voir plus clair dans cet épais brouillard !

 

Ricky Brabec : Le tenant du titre a mis la main sur le classement général en remportant sa troisième spéciale (prologue compris), pendant que Nacho Cornejo subissait une chute.
« Je suis sûr que Nacho a beaucoup de pression. Mener le Dakar, ce n’est pas facile. Il ne s’agit pas de pression venant de l’équipe, mais à titre personnel. C’est un jeune garçon, il a super bien roulé toute la semaine, il a surpris tout le monde, c’est le meilleur navigateur du rallye. On sait dans l’équipe que tout le monde veut gagner, c’est ce qu’il y a de meilleur. Il n’y aura pas de consigne d’équipe.

Sam Sunderland : Troisième du général au départ de l’étape, le pilote KTM a uniquement conservé sa place sur le podium à la faveur de l’abandon de Cornejo.
« J’ai fait quelques erreurs. Je suis un peu déçu, mais j’essaie juste de faire de mon mieux, comme tout le monde. Le road-book est super difficile. J’étais en tête d’un groupe à un moment, et à un moment j’ai perdu le chemin, j’ai essayé de rouler au cap, je me suis retrouvé en hors-piste et j’ai mis du temps à retrouver la trace, j’ai fini par tourner en rond. Devant, ils ont fait un bon boulot et il n’ont pas perdu beaucoup de temps. »

 

Joan Barreda : Deuxième de l’étape du jour à 3 minutes de Ricky Brabec et alors qu’Ignacio Cordejo a été contraint à l’abandon, Joan Barreda se maintient à 15 minutes du nouveau leader, Kevin Benavides. L’Espagnol conserve intactes ses chances de finir sur le podium final.
« Je suis parti en troisième position et c’était plutôt difficile de doubler à cause de la poussière. On ne voyait pas grand-chose… Au final je réalise une bonne journée, surtout après ma chute d’hier. J’avais un bon feeling avec la moto, je fais une bonne étape. »

 

Stéphane Peterhansel : Le leader du classement général abordera demain une étape décisive avec 17 minutes d’avance sur Nasser Al Attiyah.
« La navigation était faite pour essayer de perdre les pilotes, ce n’était pas évident. On n’a pas vraiment tourné, mais on a pas mal hésité. On perd très peu de temps sur Nasser, c’était le principal pour nous. Dès qu’on a des hésitations, on sent qu’on se tend et c’est là qu’il faut rester le plus calme possible. La pression est là constamment du matin au soir. Quand on fait une bonne étape, on sait que ce serait dommage de tout perdre ! La meilleure position est quand même celle du leader, mais c’est aussi celle où on a tout à perdre. »

 

Yazeed Al-Rajhi : Le pilote saoudien a gagné sa deuxième étape sur le Dakar 2021, en relevant un pari risqué en fin d’étape.
« On a bien roulé et Dirk a fait un super boulot aussi. Mais à 30 km de l’arrivée, on a eu une crevaison. On a décidé de continuer en se disant qu’il ne restait plus beaucoup de distance, puis le pneu a été complètement déchiqueté mais on a terminé comme ça. C’était risqué, mais on voulait gagner. On s’est dit que si on s’arrêtait, on allait perdre 1’20, et si on ralentissait juste un peu, on ne perdrait peut-être que 45. »

 

Nasser Al-Attiyah : Dans la peau du chasseur, Nasser Al Attiyah a un retard de 17 minutes à combler sur Stéphane Peterhansel.
« La navigation n’était pas facile, mais je suis plutôt content d’avoir fini l’étape sans problème. Pour moi, la clé du Dakar ce sera demain, l’étape sera compliquée mais on fera de notre mieux. Il n’ y a pas de stratégie, on va juste continuer à un bon rythme. C’est sûr que Stéphane a plus de pression puisqu’il est le leader, mais moi j’en ai aussi : si je n’y arrive pas, je vais finir à la deuxième place. »

 

Martin Macik : Homme en forme de cette fin de rallye, Martin Macik enchaîne une deuxième victoire de suite alors qu’il ouvrait aujourd’hui la piste. Le Tchèque consolide sa cinquième place au classement général.
« C’était difficile au début, mais après on s’est fait plaisir. On a fait quelques erreurs de navigation et on a ainsi montré le chemin à nos adversaires car les ordres de départ étaient aujourd’hui très resserrés. »

 

Pablo Copetti : Vainqueur à l’arrivée de l’étape reliant Neom à Al Ula, Pablo Copetti conforte sa quatrième place au classement général. A moins d’un coup de théâtre, l’Argentin aura du mal à aller chercher le podium final.
« C’était une étape longue et rapide. J’étais cinquième jusqu’à mi-parcours, et puis quand j’ai rejoint les autres j’ai attaqué à fond. Je me suis mis en mode motocross. Je suis heureux de remporter ma seconde victoire sur le Dakar. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*