Dakar : Le Team Pinch Racing a bien résisté à l’étape marathon !

Comme prévu, la nuit de cette étape Marathon n’a pas été de tout repos pour les équipages du Pinch Racing puisque les trois véhicules avaient bien souffert et qu’il fallait impérativement les remettre en état sous peine de connaître une journée compliquée. Finalement tout s’est plutôt bien passé et tout le monde est sorti de cette 2ème spéciale de l’étape Marathon.

On ne va pas se le cacher, il y a de meilleures façons d’aborder une 2ème spéciale d’une étape Marathon que d’avoir, la veille au soir un véhicule sur trois roues, un autre avec le côté droit abimé et un troisième avec plusieurs soucis mécaniques. D’autant plus quand l’arrivée du camion d’assistance rapide engagé en course est prévu à 23h00 et qu’il arrive finalement à 3h00 du matin. Mais les équipages du Team Pinch Racing sont des guerriers et les trois véhicules étaient opérationnels au départ de la liaison de plus de 300 km.

Obligés de s’arrêter sur la route pour démonter un cardan arrière défectueux, Jean Pascal Besson et Patrice Roissac se sont élancés dans la spéciale de 375 km en ‘trois roues motrices’. Malgré cela, l’équipe du T3RR a réussi à se jouer des difficultés du jour et bien qu’ayant cassé une courroie non loin de l’arrivée, ils ont obtenu le 38ème temps du secteur sélectif. Décidément, rien ne les arrête !

Après également une bonne séance de mécanique nocturne, le CAN-AM de Mathieu Margaillan et Axelle Roux-Decima était parti, une fois encore, pour faire un temps canon. Et ce, alors qu’ils avaient pris le départ dans les profondeurs du classement. Hélas, en deuxième semaine, les véhicules de série que sont les T4 commencent à être ‘fatigués’. Surtout ceux des petites équipes comme peut l’être le Pinch Racing puisque les machines ne sont pas entièrement démontées tous les soirs pour changer systématiquement certaines pièces. Du coup, après une cinquantaine de kilomètres, le pot d’échappement du X3 s’est brisé, endommageant le faisceau électrique, un cardan et quelques autres pièces que, évidemment, ils n’avaient pas avec eux. Mais les ‘Mike Gyver’ de l’équipe se sont encore débrouillés avec les moyens du bord pour réparer et réussir à repartir pour finalement obtenir le 44ème temps. Un nouvel exploit qui leur permet de rester dans le classement général en 43ème position.

Ceux qui avaient néanmoins le plus de travail sur le véhicule avant de pouvoir prendre le départ étaient Philippe Pinchedez et Vincent Ferri. Ce dernier s’est dévoué et c’est lui qui a passé la nuit à attendre les pièces et à mécaniquer pendant que son pilote pouvait tout de même dormir quelques heures. Finalement, tout a pu être réparé en temps et en heure. Tout, sauf les freins puisque les flexibles du circuit avaient été arrachés hier en même temps que la roue avant. Après une journée sans histoire malgré l’absence totale de freins, le T3RR #392 a terminé en 25ème position à 48 minutes du vainqueur. Là encore, un excellent résultat compte tenu des circonstances qui permet aux deux hommes de se hisser en 24ème position au général provisoire.

Ce soir, toute l’équipe se retrouve au bivouac de Neom, au bord de la Mer Rouge, pour deux nuits puisque la 9ème étape de demain sera une boucle de 579 km dont 465 km au chrono. Une spéciale annoncée par l’organisation comme une des plus difficiles de la quinzaine de ce Dakar 2021.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*