Dakar Étape 6 Ronan Chabot : Enfin dans le bon wagon !

Le duo Chabot-Pillot s’est offert une incroyable remontée, de la 27ème à la 17ème place. Au classement général, ils s’insèrent dans le ‘top 30’ et entrevoient avec enthousiasme la suite de la compétition, qui reprendra après la journée de repos de ce samedi.

Le Dakar est un événement à part. Car si des concurrents s’élancent tous les jours, que des centaines de kilomètres doivent être avalés, aucune journée ne se ressemble. Et l’épreuve, qui a connu les fortes chaleurs africaines, les averses et même la neige au Pérou et en Bolivie, doit désormais s’adapter à un froid tenace. À Haïl, lieu du bivouac du soir, le mercure s’était abaissé en-dessous des 10°C en cet fin d’après-midi. Bonnet et veste sont donc de rigueur dès que Ronan Chabot et Gilles Pillot quittent leur cabine.

« La première étape 100% plaisir ! »
Mais cela ne les empêche pas d’arborer un large sourire. Car, enfin, ils sont ‘dans le bon wagon’ ! Finies les journées à batailler dans la poussière des autres pilotes. Désormais, le duo va pouvoir enfin s’exprimer, naviguer et batailler avec le premier tiers des concurrents. Pour y parvenir, il a fallu s’accrocher et tout donner pendant les 471 km de spéciale garantie 100% sables. « À nouveau, c’était magnifique. Avec la lumière du soleil, les dunes changent de couleurs, passent du blanc à l’ocre. Les reliefs changent et il faut constamment s’adapter, trouver la bonne trace, surfer… C’est pour ça qu’on est là ! »

Ce plaisir non-dissimulé se retrouve à la lecture de chacun des points de passage. Parti 27ème, l’équipage #322 a débuté une lente remontée : 25ème au km 108, 22ème au km 202, 19ème au km 404 pour finalement franchir la ligne d’arrivée en 17ème position. « Ça fait du bien, apprécie le pilote. Le plus dur, ça a été de dépasser les camions. Ensuite, dans les dunes et l’herbe à chameaux, on a doublé à n’en plus finir… C’était une journée physique mais particulièrement agréable. » Ronan avoue qu’il s’agit « de la première étape 100% plaisir ! »

« Je n’ai pas vu la semaine passer ! »
Au classement général, leur Toyota se hisse dans le ‘top 30’ à la 29ème place. De quoi leur assurer des positions de départ plus avantageuse pour la suite de la compétition. « On va retrouver des spéciales ‘claires’ avec davantage de marge de manœuvre. » Et avec le sourire, il est forcément plus facile de faire le bilan de cette première semaine : « sans les cinq crevaisons le premier jour, le Dakar aurait été différent, analyse Ronan. Mais nous savons que les Dakar sont tous différents. C’est une course d’endurance, il faut le tenir et il faut éviter les erreurs. » Et le pilote d’insister : « même ce soir, il y a plein de concurrents qui ne sont pas arrivés. » C’était d’ailleurs le cas de Sébastien Loeb ce vendredi soir, englué dans les dunes pour un problème mécanique.

« Tous les jours, on joue à l’ascenseur émotionnel. Ceux qui s’en sortent, ce sont les plus réguliers. La règle, c’est de finir placé tous les jours. » À entendre Ronan, on se dit que les deux hommes pourraient repartir dès demain. Mais ils vont enfin profiter d’un peu de répit avec la journée de repos qui s’annonce à Haïl. « Je n’ai pas vu la semaine passée mais je me sens fatigué. On va essayer de bien récupérer et de profiter de toute l’équipe. »

Cette journée de repos ne ressemblera à aucune autre. Contrairement aux autres éditions, il est impossible de sortir du bivouac afin de respecter les contraintes sanitaires. Ronan hausse les épaules : « on va profiter pour passer de bons moments avec toute l’équipe. » Un état d’esprit – le fameux ‘esprit Dakar’ – qui semble exacerbé cette année. « On sent qu’on est tous très heureux d’être là. Personne n’a oublié le contexte actuel. On va donner le meilleur de nous-mêmes. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*