Dakar Étape 5 : Paroles de Pilotes…

Un nouveau leader à moto, Kevin Benavides sur Honda, lui-même remporta cette étape 5.Le français Xavier de Soultrait se retrouve 2ème au général (+2’31) devant Ignacio Cornejo (+3’42). Attention au méchant loup, Toby Price prêt à avaler ses prédécesseurs…

Toujours le même leader en autos, l’équipage Stéphane Peterhansel – Édouard Boulanger sur Buggy Mini… Une histoire nouvelle tous les jours avec des mécontents aussi, les cas de Carlos Sainz qui ne reconnait plus le Dakar comme un rallye-raid ou encore Sébastien Loeb qui s’est calmé après son coup de gueule de la veille au soir et qui, aujourd’hui encore a tourné en rond et crevé à trois reprises.

Pendant ce temps, tout le monde se régale et prend du plaisir au guidon ou derrière le volant et là, est l’essentiel.

Kevin Benavides : Malgré une sévère chute sur laquelle il s’est peut-être cassé le nez, le pilote Argentin a signé le meilleur temps du jour et prend les rênes du classement général.
« C’était une mauvaise journée pour moi. Au début je me suis perdu, un peu comme tout le monde. Sur une dune, j’ai fait un grand saut puis à la réception je me suis cogné sur mes instruments de navigation, je crois que j’ai cassé le GPS, je me suis coupé et ça a beaucoup saigné. J’ai continué à attaquer malgré la douleur, mais j’ai le nez cassé. J’ai aussi mal la cheville, mais j’ai bien roulé quand même. C’est comme ça, c’est le Dakar. On verra bien comment je me sens demain. »

 

Ignacio Cornejo : Le pilote chilien, réputé pour être un fin navigateur, échoue à une minute de Benavides pour la victoire de spéciale, mais se hisse sur le podium provisoire du Dakar.
« C’était une étape difficile, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu ça, il y avait de tout. La navigation était difficile, tout le monde s’est trompé et j’ai dû ouvrir la spéciale pendant un très long moment. Je suis très content de la façon dont j’ai piloté et navigué. Je suis heureux, je pense que je vais progresser au classement général. »

 

Joan Barreda : Leader de la course au départ de Riyadh ce matin, le pilote espagnol a perdu son avantage et laissé sa place à son coéquipier Kevin Benavides au sommet de la hiérarchie.
« C’était une des étapes les plus exigeantes physiquement, c’est certain. Au début, la navigation était difficile, nous nous sommes perdus et finalement nous avons roulé en groupe. C’est Ignacio Cornejo qui mené la plupart du temps, il a fait un très bon travail. »

Giniel de Villiers : Le vainqueur du jour a assuré son succès grâce à sa prudence dans le domaine de la navigation. Il remporte la 16e étape de sa carrière sur le Dakar.
« Depuis le début, ça n’allait pas dans notre sens, mais là nous avons eu un déclic. Certains secteurs ce matin étaient très difficiles en navigation mais nous ne nous sommes pas trompés trop sérieusement. Il a fallu composer avec une crevaison lente. Les dunes étaient très difficiles aussi. C’était probablement mieux de rouler plus lentement ce matin pour être surs à 100 % de garder le bon cap, parce que c’était très facile de se perdre. Nous avons réussi à faire du boulot, c’était une étape très propre. J’espère que nous ferons d’autres étapes comme celle-là. »

Brian Baragwanath : Après avoir obtenu la 2ème place sur le prologue de Jeddah, le Sud-Africain qui participe pour la première fois au Dakar en auto signe le 2e temps sur une réelle étape de rallye raid… en soignant la navigation !
« Nous avons roulé lentement pour aller vite. Nous nous sommes calmés, parce que c’est la première fois que nous participons à une course de ce niveau tous les deux. La navigation sur ce Dakar est très dure, nous avons perdu 28 minutes sur un way point dans l’étape 2, donc maintenant, il faut se concentrer sur notre rythme et bien travailler ensemble avec Taye (Perry). C’est beaucoup plus difficile que les Dakar que j’ai faits en 2015 et 2016 en quad, c’est très différent. »

Nasser Al-Attiyah : Le 2ème du classement général a concédé environ deux minutes à Stéphane Peterhansel mais leur écart reste faible au sommet de la hiérarchie : 6’11.
« Ce n’était pas facile d’ouvrir aujourd’hui, de nombreuses motos venaient en sens inverse, c’était confusant. Nous avons perdu 8 ou 9 minutes au début de l’étape environ. Stéphane a eu raison de rester derrière moi tout au long, mais demain je pense que ce sera bénéfique pour nous de ne pas partir devant lui. Je pense que nous en sommes à un bon point, parce que la semaine prochaine sera aussi difficile. »

Stéphane Peterhansel : Toujours en tête du classement général, ‘Peter’ doit composer avec la difficulté des étapes et la pression qu’exerce Nasser Al Attiyah, son premier poursuivant.
« Ça a été très compliqué, on a eu beaucoup de stress parce qu’on avait l’impression de perdre énormément de temps, sur des plateaux rocailleux où il n’y avait pas de traces. C’était le cas de tout le monde, et en fait on a retrouvé la route assez rapidement. Ce n’était pas très beau en décor, mais une vraie étape du Dakar, très costaude en franchissement comme en navigation. On va déjà essayer de garder la première place, mais je crois que la deuxième semaine sera encore très compliquée en navigation. Et pour rester au même niveau que Nasser, il faut rouler très vite. Il faut qu’on s’emploie, ce n’est pas simple. »

 

Nicolas Cavigliasso : Le leader du classement général a enfoncé le clou entre Riyad et Al Qaisumah. Vainqueur de l’étape devant Manuel Andujar, Nicolas Cavigliasso repousse à plus de 40 minutes Enrico et Giroud.
« C’était une longue étape avec beaucoup de dunes, mais aussi des portions rapides. C’était difficile mais je sui content de l’écart que j’ai creusé derrière moi. »

Manuel Audujar : Deuxième à l’arrivée de la cinquième étape tracée entre Riyad et Al Qaisumah, Manuel Andujar se hisse à la deuxième place du classement général. L’Argentin pointe désormais à 23 minutes de son compatriote Cavigliasso en devançant le Français Giroud de 24 minutes.
« C’était une étape difficile avec de la navigation compliquée, notamment sur les premiers 150 km. J’ai fait une erreur en début de spéciale mais j’ai pu la récupérer assez vite en reprenant la trace. »

Aron Domzala : 5ème de l’étape remportée par ‘Chaleco’ Lopez, le pilote polonais est surtout en embuscade derrière le Chilien au classement général, à 10’51.
« La navigation était difficile, nous avons perdu du temps au début. Mais ensuite j’ai adoré cette étape, les dunes étaient dures, c’était technique. C’est vraiment du Dakar, les premières étapes étaient pour les touristes, comparées à celle-là. Nous sommes proches de ‘Chaleco’, mais aujourd’hui il a été incroyablement rapide. Il nous a collés 7 minutes, mais il reste beaucoup d’étapes. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*