Forces en présence, tracé, nouveautés… Les choses à savoir du Dakar 2021

Les plus de 300 véhicules engagés dans le Dakar 2021 courent le prologue, ce samedi, à Djeddah. Mais la compétition débutera réellement ce dimanche, et les concurrents s’élanceront pour plus de 7000 kilomètres à travers l’Arabie Saoudite, qui accueille le rallye pour la deuxième fois consécutive.

Des difficultés dès l’entame
Les près de 300 participants à l’édition 2021 du Dakar vont prendre la route, ce dimanche 3 janvier, de Djeddah, pour effectuer une boucle de 12 étapes et revenir au point de départ le 15 janvier. Au programme: 7 646 kilomètres de course, dont 4 767 km de spéciale, sur les bords de la mer Rouge, dans les dunes du Quart Vide, en passant par les temples nabatéens de Al Ula. Le rallye se disputera pour la deuxième année consécutive en Arabie Saoudite, après onze éditions en Amérique du Sud. Par rapport à l’année dernière, le parcours est inversé, avec des dunes compliquées dès l’entame.

Sébastien Loeb de retour, Stéphane Peterhansel toujours là
Pour sa 14ème participation, Carlos Sainz, vainqueur l’an dernier, tentera de remporter son quatrième Dakar, au volant du buggy Mini. L’Espagnol fera partie des favoris, tout comme la qatari Nasser Al-Attiyah et son coéquipier français Mathieu Baumel, ainsi qu’un autre tricolore, Stéphane Peterhansel, recordman de victoires sur le Dakar, avec 13 succès, et coéquipier de Sainz chez Mini. L’édition 2021 est aussi marquée par le retour de Sébastien Loeb. Le nonuple champion du monde WRC sera accompagné de son fidèle coéquipier Daniel Elena.

En moto, il faudra compter sur le tenant du titre, l’Américain Ricky Brabec, sur Honda, mais aussi sur Pablo Quintanilla, son dauphin l’année dernière, et Toby Price, sur KTM. Côté français, sur Yamaha, Adrien Van Beveren, triple vainqueur de l’Enduropale du Touquet, devra composer avec les dunes saoudiennes pour faire mieux que lors des trois précédentes éditions, qu’il a abandonnées.

Une édition sous ‘bulle’
Avec l’apparition d’une nouvelle souche du coronavirus, l’Arabie Saoudite a décidé, le 21 décembre, de fermer ses frontières. Une complication pour les concurrents qui avaient prévu de rejoindre le pays par des vols réguliers plutôt que par les charters (vols organisés en dehors des lignes à horaires réguliers) mis en place par l’organisation. Mais le royaume a indiqué qu’il mettait tout en œuvre pour que les participants au Dakar puissent le rallier.

A leur arrivée sur le sol saoudien, les concurrents ont dû se plier à un isolement pendant 48h et à plusieurs tests PCR. L’un d’entre eux s’est avéré positif pour Dani Oliveiras, le copilote de l’Espagnol Nani Roma. Celui-ci a donc fait appel en urgence au Britannique Alex Wincocq pour l’épauler.

Comme pour beaucoup de compétitions, le Dakar sera placé sous ‘bulle’, avec plus de 2000 personnes autorisées à pénétrer sur le bivouac, et les interactions avec l’extérieur seront limitées au strict minimum. Le bivouac sera doté d’un laboratoire mobile pouvant pratiquer des tests PCR, et les espaces communs comme les douches ou les toilettes seront désinfectés très régulièrement, d’après l’organisation.

Les road-books deviennent électroniques
Les équipages autos et camions inscrits en élite bénéficieront cette année d’un road-book électronique, sur tablette. Une nouveauté qui va certainement changer la façon de travailler des pilotes, puisqu’ils découvriront le parcours 15 minutes avant le départ des spéciales. Auparavant, les pilotes disposaient de rouleaux en papier, qu’ils étudiaient et annotaient la veille au soir. Désormais, ils devront interpréter les informations données pendant la course. Les motos conservent le road-book papier, l’objectif étant de généraliser la tablette sur l’ensemble des véhicules en 2022.

Le Dakar Classic, une nouvelle catégorie pour les nostalgiques
Les Range Rover, Toyota Land Cruiser, Nissan Patrol et Buggy Sunhill sont de retour sur le Dakar. Pour la première édition du Dakar Classic, 26 véhicules, autos et camions, ayant participé au rallye entre 1978 et 2000 reprennent du service dans le désert saoudien. Dans une épreuve de régularité, ils prendront le départ aux côtés des autres catégories, mais leur parcours est adapté, avec des étapes de 200 à 300 kilomètres.

France TV – Hortense Leblanc,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*