Dakar Prologue : Des chronos révélateurs…

L’essentiel
Les conséquences chronométriques des événements du jour sont peut-être anecdotiques mais donnent tout de même le ton avant de se lancer réellement dans la compétition. Sans forcer son talent, Ricky Brabec a fait valoir son statut de tenant du titre en s’imposant sur le prologue, où le rookie Dani Sanders est allé chercher son premier podium.

Carlos Sainz, ralenti par une crevaison lente a été beaucoup moins convaincant : Nasser Al Attiyah verra peut-être un signe dans sa 36ème victoire de spéciale… soit exactement le même nombre que son rival espagnol.

Alexandre Giroud peut se réjouir d’avoir devancé le reste des quadeurs, tandis que la catégorie des véhicules légers a été dominée par le Britannique Chris Meeke, qui débute en fanfare sa reconversion au rallye raid.

En camions, il est rarissime de ne pas voir un Kamaz dans le Top 10 d’une spéciale. C’est ce qui se produit aujourd’hui, dans un classement dominé par les Biélorusses Sarhei Viazovich et Aliaksei Vishneuski, leurs cousins de chez Maz.

Sur un air de Classic
La première édition du Dakar Classic est lancée… la confrontation des époques est mise en évidence entre la Porsche 911 qui a remporté le Dakar 1984 dans les mains de René Metge et maintenant pilotée par l’Américaine Amy Lerner, et le stade du Roi Abdallah, inauguré trente ans plus tard.

La perf’ du jour
Cinq ans après sa dernière apparition, Brian Baragwanath signe un retour fracassant. Éloigné des compétitions après une lourde blessure au coude alors qu’il venait de terminer sur le podium du Dakar en quad avec trois victoires étapes dans sa besace, l’ingénieur sud-africain a manifestement conservé une vitesse et un coup de volant intacts. De quoi surprendre tous les favoris lors d’un prologue propice aux coups d’éclats et venir signer le même chrono que le vainqueur du jour Nasser Al-Attiyah !

Une performance d’autant plus impressionnante que Baragwanath évolue au sein de la structure Century, dans le baquet du buggy CR6 qu’il développe lui-même tout au long de l’année. Pour couronner le tout, le natif de Polokwane fait équipe avec la jeune Taye Perry, qui a achevé son premier Dakar à moto l’an dernier mais débute au copilotage.

Le coup dur
Romain Dumas espérait certainement débuter son quatrième Dakar d’une autre manière. Le 8ème de l’édition 2017 restait déjà sur une énorme désillusion l’an passé après avoir dû abandonner au bout de 71 km seulement en assistant impuissant à l’embrasement de son Buggy Rebellion ! Et les 11 km du prologue du Dakar 2021 se sont déjà révélés pénibles pour le pilote français engagé au volant de sa propre voiture, un buggy deux roues motrices nommé DXX. Dumas termine en effet la spéciale dans le fond du classement avec un temps deux fois supérieur au vainqueur Al-Attiyah, après avoir semble-t-il peiné en navigation. Ce n’est qu’un avertissement.

La stat du jour : 23
À 41 ans, et avec un palmarès en rallye déjà bien rempli derrière lui, Kris Meeke n’a pas attendu longtemps pour se mettre en valeur sur le Dakar. Le Britannique remporte sa toute première étape pour ses débuts sur le plus grand rallye du monde, au sein des véhicules légers, où l’expérience ne fait manifestement pas tout. Son dauphin Seth Quintero, également rookie sur le Dakar, n’a en effet lui que 18 ans et pourrait donc être son fils ! En dépit de leurs 23 années d’écart, les deux hommes ne sont séparés que de deux secondes après le prologue.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*