Ils parlent de leur Dakar

En fin de journée mercredi, une trentaine de pilotes de pointe du Dakar 2021 ont participé à une visio-conférence, dévoilant leurs ambitions sur la course à venir… mais pas seulement. Leurs propos, captés pour la première fois sur ce format interactif qui a séduit la caravane du rallye, sont à retrouver sur les plateformes officielles du Dakar.

Il reste quelques jours avant de se lancer à l’assaut des pistes et des dunes d’Arabie Saoudite, mais les champions du Dakar ont déjà en quelque sorte découvert un territoire inconnu en se prêtant au jeu de… la conférence de presse digitale. Chacun dans sa chambre d’hôtel en respect de l’isolement imposé à leur arrivée à Djeddah, les principaux favoris ont pu confronter leurs ambitions, recréant surtout par écrans interposés un semblant

Toby Price (AUS) © Flavien Duhamel

d’ambiance de bivouac ! « Nous sommes tous à fond dès que nous mettons notre casque sur la tête, mais dès que nous sommes arrivés nous prenons le même plaisir à parler de ce que nous avons vu dans la journée, des ânes ou des chameaux croisés sur la piste. En réalité, c’est comme une seconde famille », explique Toby Price pour décrire l’état d’esprit qui règne entre les motards. C’est bien aussi ce qui se dégage des propos de Stéphane Peterhansel à l’orée de sa 32ème participation, se rappelant « qu’au début, le Dakar était un rêve et maintenant ce n’est toujours pas un travail, c’est un plaisir ». Tous impatients et soulagés de prendre le départ de la 43ème édition, les acteurs majeurs du rallye, de Carlos Sainz à Ricky Brabec en passant par le revenant Sébastien Loeb, Ignacio Casale qui entame une nouvelle reconversion en camion, Yazeed Al Rajhi qui porte les espoirs de tout un peuple, ou encore Seth Quintero qui plonge dans le grand bain à 18 ans, ont pu s’exprimer sur leur vision du Dakar. Les souvenirs de leurs premières participations, les angoisses consécutives aux chutes, l’envie de se dépasser sur cette compétition qui les motive plus que toute autre ou l’humilité face aux aléas que réserve le rallye… des confidences à savourer et à picorer sur un format d’interview inhabituel. C’est déjà parti pour les surprises !

Ignacio Casale (Chl – camions) : « Mon premier Dakar, en 2010, c’était dans un camion à côté de mon père. C’était tellement dur que je m’étais juré de ne plus recommencer. Mais j’ai accompli et même dépassé tous mes objectifs en remportant trois fois la course quads. Alors quand j’ai reçu la proposition de l’équipe Buggyra, je n’ai pas hésité : c’était oui. »

Ricky Brabec (Usa – motos) : « Qu’on le gagne ou pas, le Dakar change notre vie. La victoire, c’est juste la cerise sur le gâteau. »

Nasser Al Attiyah (Qat – autos) : « Le but, c’est toujours de gagner… et j’ai toujours gagné avec le numéro 301 ! Mais je respecte tous les pilotes et je suis surtout reconnaissant envers tous ceux qui ont pu œuvrer pour que nous soyons réunis afin de prendre le départ de ce Dakar en Arabie Saoudite, parce que cette année é été très dure pour tout le monde. »

Kirsten Matlock (Usa – SSV) : « Le Dakar était au sommet de ma liste de choses à faire dans ma vie. Sur la Baja 1000 aux Etats-Unis, je pilote du début à la fin et ça peut durer 28 heures, j’y suis habituée… mais là, ce sera pendant 12 jours ! Ma principale inquiétude, c’est la peur de l’inconnu. »

 

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*