Dakar Auto/Yazeed Al-Rajhi : « L’objectif reste le même : gagner cette course »

Que ce soit lors des reconnaissances ou au cœur même du bivouac, les Saoudiens n’ont d’yeux que pour Yazeed Al Rajhi, au point d’inspirer une génération de pilotes. La venue du Dakar chez lui a fait basculer le natif de Riyadh dans une autre dimension. Au volant de 4X4 dans les déserts, on se prend désormais pour Yazeed. Malgré la déception de ne pas monter sur le podium du dernier Dakar, le pilote a évolué et a fait preuve d’une belle régularité lors de son 6ème Dakar. Sur l’ensemble des spéciales, Al Rajhi n’a jamais terminé au-delà de la 9ème place, terminant même six fois sur 12 dans le Top 5 des étapes. Il n’y eut pas de ‘jour sans’ comme c’eut été le cas par le passé.

D’ailleurs, à partir de la troisième journée, il n’a jamais quitté sa 4ème place au général, sa meilleure performance sur un Dakar. Arrivé sur le rallye en 2015, il avait immédiatement fait sensation, s’offrant au volant, déjà, d’une Toyota Hilux une première victoire en spéciale dès la 8ème journée, avant d’être contraint à l’abandon, en liaison, pour problème mécanique, alors qu’il occupait la 3ème place.

Pour sa deuxième expérience à domicile, Al Rajhi aura un atout de poids supplémentaire : la présence à ses côtés de Dirk Von Zitzewitz, ancien vainqueur du Dakar en 2009 avec Giniel De Villiers. Initialement prévue il y a un an cette collaboration avait dû être repoussée après le grave accident en SSV du copilote allemand. Parfaitement remis, Von Zitzewitz apportera toute son expérience (18 Dakar dont 7 places sur le podium) au fougueux Saoudien. Si pendant sept mois, Al Rajhi a dû rester confiné en famille sans toucher un volant, il a eu l’occasion de se tester au rallye d’Andalousie achevé à la 3ème place et à domicile juste avant le Dakar lors du Rallye de Ha’il empruntant des pistes similaires, si ce n’est identiques, à celles du prochain Dakar.

Yassid Al-Rajhi : « Enfant, j’ai toujours été intéressé par tous les différents sports mécaniques. Le Dakar a toujours été particulier pour moi avec cette touche d’aventure. Je rêvais d’en faire partie un jour. Le Dakar est une course exigeante avec une incroyable histoire. D’en faire partie signifie que vous vous battez contre les meilleurs mais aussi contre les éléments et contre vous-même.
« La première expérience en Arabie Saoudite a été très belle. Tout était parfaitement organisé avec de belles étapes. Je pense que tout le monde a apprécié. Vous savez, même moi, j’ai été surpris par les paysages, c’était si beau. Vous vous rendez compte, je suis Saoudien et après le Dakar je suis retourné dans ma famille pour leur dire à quel point certains endroits étaient incroyables. La crise du Covid est maintenant sous contrôle en Arabie Saoudite. Je ne m’attendais évidemment pas à ce que cela prenne une telle ampleur. « Je suis resté isolé chez moi pendant environ 7 mois, donc sans entrainement du tout. Bien sûr, cela a compliqué les choses pour le Dakar mais on a pu reprendre l’entrainement et un semblant de rythme. Nous sommes maintenant prêts pour le prochain Dakar. Nous avons pu faire pas mal d’essais et l’objectif reste le même : de gagner cette course. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*