DakarMoto/Toby Price : « On va atteindre un niveau encore plus élevé »

Toby Price seen during Red Bull Dakar line-up in Dubai, United Arab Emirates on November 21, 2020 // Kin Marcin/Red Bull Content Pool // SI202012020220 // Usage for editorial use only //

Être régulier est forcément un gage d’excellence mais seule la victoire est belle pour Toby Price. En six participations, l’Australien a terminé sur le podium à cinq reprises. Bref, à chaque fois qu’il atteint la ligne d’arrivée c’est pour grimper sur la ‘boite’. Et si sa troisième place en Arabie Saoudite est une nouvelle preuve de sa robustesse, ce n’est évidemment pas celle qu’il visait, lui qui a remporté le rallye à deux reprises.

Toby Price © Red Bull

En 2015, ce jeune molosse australien à la carrure de troisième ligne centre débarquait sur le rallye tel un ovni. Toby Price est alors une référence chez lui, mais un inconnu à l’échelle planétaire du Dakar. On le sait rapide, il intègre de plus très vite les subtilités de la navigation, sans jamais craquer en route vers une impressionnante troisième place. Une année plus tard, installé au sein du team officiel KTM, Price fait plus que confirmer en devenant le premier Australien, toutes catégories confondues, à remporter le Dakar, et ce dès sa deuxième participation.

Logiquement favori du Dakar 2017, le pilote subit un terrible coup d’arrêt dès la quatrième étape, se brisant le fémur. Il lui faut alors près d’une année à se remettre, sa troisième place en 2018 à Cordoba étant donc accueillie comme un exploit. Sa deuxième couronne acquise à Lima encore plus, en raison cette fois-ci d’un poignet meurtri. Les années de souffrance semblent à présent derrière lui et à 33 ans, il fera à nouveau figure de candidat à la victoire, ce qui lui permettrait d’égaler Richard Sainct au rang de triple-vainqueur (1999, 2000 et 2003) et de dépasser Hubert Auriol, Gaston Rahier et Fabrizio Meoni.

Toby Price © Red Bull

Après avoir gouté aux joies de l’auto, participant notamment à la Baja 1000 avec Nasser Al Attiyah l’an dernier, Price est pleinement focalisé sur sa KTM. Enfermé pendant des mois en Australie en raison du confinement, c’est en Europe, notamment sur le rallye d’Andalousie achevé à la 4ème place, et à Dubaï qu’il a préparé son Dakar comme un lion en cage.

« 2020 a été une saison évidemment calme. Ça a bien débuté avec le Dakar avec un nouveau podium même si ce n’était pas le résultat que j’espérais, et puis plus rien. A chaque fois que j’ai atteint l’arrivée, j’ai été sur le podium donc c’est quand même une sacrée performance surtout après deux semaines difficiles. Les premiers mois de l’année je savais que rien ne se passerait. Je suis resté au calme sans faire grand-chose. La reprise a été douce avec beaucoup de VTT et de musculation en salle. Depuis nous n’avons pu que nous entrainer et faire des essais en Europe et à Dubai ces 5 derniers mois. Ce qui m’a le plus manqué a été ma famille, mes amis, papa et maman.
« Je n’avais pas été habitué à cela depuis 6 ou 7 ans. C’était plutôt compliqué de s’ajuster, de rester en forme et motivé. Je suis impatient d’être en course. On s’entraine pour la course. Cette longue pause a permis à chacun de recharger les batteries et aux corps de se remettre. Pas mal de gars vont arriver en pleine forme en course. On va encore atteindre un niveau différent, plus élevé. C’est plutôt excitant et j’ai hâte d’être sur cette ligne. Le dernier Dakar en Arabie Saoudite a été une grande première pour tout le monde. On ne savait pas à quoi s’attendre. On ne savait pas comment serait le parcours. On sait maintenant que c’est rapide sur des étendues très vastes.
« On verra ce qui nous attend cette année. Je n’aime pas prédire ce qu’il va se passer en course. Mon but est d’attaquer l’événement avec l’espoir d’un nouveau podium mais on y va tous pour essayer de gagner cette course. Et le but ultime est d’être sur la plus haute marche du podium avec le gros trophée entre les mains. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*