ELMS : Bilan LMGTE, titre sur le fil !

Malgré un début de saison 2020 reporté à la suite de la pandémie de COVID-19, la catégorie LMGTE de l’European Le Mans Series (ELMS) a offert l’une des plus belles luttes sportives jamais vues sur les circuits du monde entier. La saison 2020 est entrée dans les annales du championnat.

En fin de compte, cette catégorie a été tellement serrée que les deux premiers du classement général affichent un nombre de points identique à l’issue de la cinquième course. Les victoires n’ont pas pu davantage les départager, car chacune des deux voitures ont signé le même nombre de victoires, de deuxièmes places et de pole positions.

Le titre de champion s’est finalement décidé sur l’identité du vainqueur de la première course, à savoir la Porsche #77 d’Alessio Picariello, Michele Beretta et Christian Ried. Etant vice-championne LMGTE de l’ELMS, la Ferrari #74 de Michael Broniszewski, Nicola Cadei et David Perel (Kessel Racing) s’est assurée la très convoitée invitation pour les 24 Heures du Mans 2021.

Le plateau 2020 présentait 8 voitures engagées pour l’intégralité de la saison : six Ferrari 488 GTE EVO et deux Porsche 911 RSR. Certaines équipes du Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC) les ont rejointes au fil de la saison, élargissant le plateau. Les courses ELMS permettaient ainsi à ces dernières de revenir à la compétition après cette longue pause forcée.

Parmi les équipes Ferrari, une voiture était engagée par Kessel Racing, la #74 de Broniszewski / Cadei / Perel. Iron Lynx alignait deux 488 : la #60 pour Claudio Schiavoni, Sergio Pianezzola et Andrea Piccini, la #83 pour le trio entièrement féminin Rahel Frey / Michelle Gatting / Manuela Gostner, qui disputait au sein de cette nouvelle écurie italienne sa deuxième saison ELMS.

La Ferrari #55 de Spirit of Race présentait un équipage inchangé, avec Duncan Cameron, Aaron Scott et Matt Griffin. Champion LMGTE en 2017, JMW Motorsport faisait courir une 488 avec au volant Gunnar Jeannette, Rodrigo Sales et Finlay Hutchinson. AF Corse engageait également une voiture pour trois pilotes Bronze, Christoph Ulrich, Alexander West et Steffen Görig.

Les deux Porsche étaient engagées sous la bannière de Proton Competition, avec Picariello / Ried / Beretta sur la #77, tandis que la #93 a particulièrement attiré l’attention des médias. Richard Lietz (ancien lauréat de la Coupe du Monde des Pilotes GT en WEC) et Felipe Laser avaient pour coéquipier l’acteur hollywoodien Michael Fassbender, qui faisait dans le cadre de l’ELMS ses débuts en endurance.

Course 1 : 4 Heures du Castellet
Pour cette première course 2020 disputée au Castellet en juillet, les équipes sont impatientes de reprendre la compétition. Le plateau voit pour la circonstance l’adjonction de la Vantage AMR #98 de Paul Dalla Lana et Mathias Lauda (Aston Martin Racing), titrés dans la catégorie LMGTE Am du WEC en 2017 et associés à Augusto Farfus.

La Ferrari #74 marque le premier point de la saison grâce à la pole position de Cadei, mais à l’issue des quatre heures de course, le drapeau à damier du vainqueur salue la Porsche #77 de Picariello. Le pilote belge mesurera pleinement l’importance de cette victoire tout début novembre lors de la dernière course au Portugal. La Ferrari #74 est deuxième à 15 secondes et la troisième marche du podium revient à la Ferrari #51.

Course 2 : 4 Heures de Spa-Francorchamps
La manche suivante se déroule en Belgique sur le magnifique circuit de Spa-Francorchamps. Une fois encore, le plateau est augmenté par des concurrents du WEC, avec quatre voitures supplémentaires : une deuxième participation pour l’Aston Martin #98, les Ferrari #88 et #54 de AF Corse, ainsi qu’une troisième 488, la #62 de Red River Sport.

Richard Lietz s’adjuge la pole position avec la Porsche #93, et Michael Fassbender poursuit son apprentissage en prenant le départ en tête du plateau LMGTE.

Au rythme de neutralisations Full Course Yellow et de deux entrées en piste du Safety Car, le sprint dure jusqu’à la fin de la course. David Perel reçoit le damier du vainqueur avec 13 »6 secondes d’avance sur Emmanuel Collard et sa Ferrari #88. L’Aston Martin d’Augusto Farfus est troisième à un tour. Ces deux dernières voitures n’étant engagées qu’à la course (et non pas à la saison), les points des deuxième et troisième places sont réattribués à des voitures éligibles et engagées sur l’intégralité de la saison ELMS.

Course 3 : Le Castellet 240
Compte tenu de la résurgence du coronavirus dans le nord de l’Espagne, décision est prise de déplacer au Castellet la manche prévue à Barcelone. Les 4 Heures du Castellet ayant déjà figuré au calendrier cette année, cette épreuve est baptisée Le Castellet 240, en référence au nombre de minutes de course.

Pour la deuxième fois consécutive, Proton Competition emmène le peloton, mais il s’agit cette fois de la 911 RSR #77. Sévèrement endommagée lors des qualifications, la #93 est absente de la grille de départ.

La course commence derrière le Safety Car à la suite d’une grosse pluie tombée en début de journée. Celle-ci cause un dilemme pour le choix des pneumatiques, car la piste humide va en s’asséchant. La course est neutralisée par le Safety Car à plusieurs autres reprises et à l’issue des 240 minutes, la Ferrari #55 de Matt Griffin est solide leader avec 25 secondes d’avance sur la Porsche d’Alessio Picariello. Troisième aux mains de Michelle Gatting, la Ferrari #83 signe un nouveau podium.

Course 4 : 4 Heures de Monza
Après les trois premières courses de cette saison European Le Mans Series 2020, la Porsche #77 de Proton Competition et la Ferrari #74 de Kessel Racing sont à égalité de points en tête du classement général. La course de Monza s’annonce donc décisive pour les départager et connaître le nom du leader avant la dernière manche au Portugal.

La Ferrari #60 d’Andrea Piccini offre à l’équipe italienne Iron Lynx sa première pole position en ELMS, qui plus est acquise pour sa course à domicile.

A l’issue d’une course fertile en rebondissements, le drapeau à damier salue la victoire de la Ferrari #74 de David Perel, avec un tour d’avance sur la Porsche #77. Une nouvelle fois troisième, la Ferrari #83 d’Iron Lynx signe son troisième podium en quatre courses.

Course 5 : 4 Heures de Portimão
A la veille de cette dernière course de la saison, la Ferrari #74 de Kessel Racing compte une courte avance de 7 points sur la Porsche #77 de Proton Competition. Chacune des deux équipes mesure toute l’importance du moindre point marqué dans l’optique de remporter les titres Equipes et Pilotes.

Pour la deuxième fois consécutive, le point de la pole position est remporté par Andrea Piccini. L’écart reste ainsi de 7 points entre les deux candidats au titre.

Les Safety Cars et Full Course Yellows ont à nouveau contraint les équipes à des changements de stratégies. A l’approche de la dernière demi-heure, la Porsche #74 dispose en tête d’une solide avance sur la Ferrari #74. Mais un nouveau coup de théâtre survient lorsque Picariello s’arrête au stand pour changer un pneu arrière après que ses compagnons d’écurie de la #93 aient été victimes d’une crevaison. L’avance de la Porsche #77 chute à 28 secondes mais au volant de la Ferrari #74, David Perel ne peut réduire suffisamment l’écart avant le drapeau à damier.

Les deux équipes comptent chacune 99 points, deux victoires, deux deuxièmes places, une quatrième place et deux pole positions en cinq courses. L’équipage de la Porsche #77 – Christian Ried, Michele Beretta et Alessio Picariello – est finalement déclaré champion par le fait d’avoir remporté la première course de la saison sur le Circuit Paul Ricard.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*