GT Challenge Europe: Satisfaisante 5ème place pour Sainteloc Racing

– 5ème place pour Winkelhock, Boccolacci et Hasse
– Podium en Pro-Am pour Blanchemain, Seyler et Rougier

Qualifiée 11ème sur la grille, l’Audi R8 LMS #25 de l’équipage Pro de pointe du SAINTéLOC Junior Team a mené une course régulière dans le top 10, pour conclure son premier résultat de la saison par une belle 5e place finale, après avoir traversé sans problème les faits de course occasionnant pas moins de cinq neutralisations. Cette course de 3 heures, disputée par une forte chaleur, s’est en réalité assimilée à une addition de six sprints où les écarts serrés n’ont jamais été importants. A l’image des qualifications, à l’issue de laquelle pas moins de 26 voitures, au cumul des chronos de leurs pilotes, étaient classées dans la même seconde.

Après un très bon premier tour, Markus Winkelhock gagnait deux places et pointait en 9ème position, avant de tenir ce rang en bouclant un superbe relais sans histoire. Suite au changement de pilotes, effectué pendant la deuxième neutralisation, Dorian Boccolacci se trouvait au 7ème rang dans une bataille très serrée. En tentant de dépasser un Porsche à la chicane haute, le Niçois se faisait enfermer et perdait une place, puis une autre en fin de relais. Christopher Haase partait alors en reconquête et se retrouvait déjà 8ème, puis 7ème au moment de la quatrième neutralisation causée par un accrochage. En fin de course, le dépassement sur Bachler offrait la 6ème place à la #25, et même la 5ème quand Parente purgeait une pénalité.

La 42ème place de qualification décevante de l’Audi R8 LMS #26 s’explique par un souci technique ayant touché son amortisseur arrière droit pendant la Q2. Après un relais solide et régulier de Michaël Blanchemain, Clément Seyler, qui avait réussi à signer le meilleur chrono de tous les pilotes ‘Bronze’ en qualification, prenait le volant de la #26 bleue et blanche en 35ème position, la 6ème de la catégorie, avant de commettre deux petites fautes transformées en tête-à-queue, sans autre dommage que de perdre des places. Puis le Luxembourgeois trouvait un bon rythme pour reprendre sa 6ème position. Arthur Rougier pouvait ensuite entamer un troisième relais de haute volée, lequel il mettait à profit, en évoluant à un tour de la tête, mais pour aller chercher la 3ème place de sa catégorie. Avec la récompense d’un premier podium en catégorie Pro-Am pour Blanchemain et ses deux jeunes équipiers effectuant leur première course en GT3.

Ils ont dit :
Clément SEYLER – Audi R8 LMS #26: « Avant de découvrir l’Audi à Spa pour une quarantaine de tours, je n’avais encore aucune idée du pilotage d’une GT3, hormis qu’il y avait un peu plus d’aéro, de puissance de freinage et de moteur. N’ayant qu’une année d’expérience en GT4, c’était assez compliqué. La découverte d’Imola ne fut pas facile, notamment dans le trafic, et je devais apprendre tout du fonctionnement de l’équipe et de mes coéquipiers, très professionnels, qui m’ont beaucoup aidé. Comme le plaisir était immense, mon intégration s’est accélérée, notamment quand ils m’ont dit que j’avais franchi un gros ‘step’. J’étais aux anges tout le week-end, en réalisant que je roulais avec une bonne partie des meilleurs pilotes du monde.
« J’ai eu du mal à me mettre dans le rythme en qualification, puis quand ce fut le cas, la voiture était plus difficile, avec un fort survirage en entrée. J’ai fait mon chrono dans mon dernier tour, à 1 » du meilleur de la catégorie, mais avec l’amortisseur arrière droit détérioré, ce que l’on a compris plus tard. En fait j’avais pris trop franchement des vibreurs ‘banane’ en sortie d’une chicane. Malheureusement, Arthur est reparti en Q3 comme cela et l’amortisseur fragilisé a cassé.
En course, j’avais beaucoup de pression pour faire les choses correctement. J’ai commis deux erreurs et fait deux tête-à-queue. La première en étant déstabilisé par un vibreur dans une chicane. A Imola, il faut vraiment bien prendre les vibreurs pour être très rapide, mais pas trop ! La seconde, en remontant du mieux possible, j’ai eu un petit contact dans un dépassement. J’étais à côté mais il a pris sa trajectoire comme si je n’y étais pas là. En recommençant à remonter, j’étais dans un rythme similaire à celui de la Porsche de Louis Delétraz, qui roulait derrière moi. Je suis content, car ces deux incidents, sans dégâts, m’ont fait apprendre et mon rythme était constant et assez satisfaisant. Et je suis ravi du podium, pour ma première course en GT3. »

Arthur ROUGIER – Audi R8 LMS #26: « J’avais pour toute expérience d’une GT3 trois journées d’essais à Barcelone ou Paul Ricard avant le confinement. Puis deux à Spa, qui m’ont été nécessaires pour retrouver les bonnes sensations après cette longue pause. Avec la météo changeante et les drapeaux rouges, les premiers essais à Imola ont été compliqués pour moi, d’autant que je n’avais jamais roulé à Imola. Ce fut difficile de construire le week-end. Ce circuit est très sympa et varié, mais un peu extrême pour l’utilisation des différents vibreurs. Quand j’ai signé le 3ème chrono des pré-qualification dans mon ‘run’ en pneus neufs samedi après-midi, j’étais assez surpris d’être en haut du classement, car les conditions étaient loin d’être idéales dans le trafic. Mais assez content, car c’était la première séance où j’ai pu rouler sur le sec dans de bonnes conditions.
« En qualification, la voiture était vraiment instable dans les virages à gauche avant que l’amortisseur casse rapidement. J’étais vraiment déçu. Ce n’est pas très grave, mais cela nous aurait bien aidés pour lutter en course pour la première place en Pro-Am. A cela s’est ajouté la perte d’une cinquantaine de seconde avec un premier ‘pit stop’ pas idéal puis les incidents de Clément. Il a quand même fait un beau boulot malgré son manque d’expérience, et l’on connaissait le risque d’avoir un équipage comprenant deux jeunes débutants. Hormis ce podium de catégorie, cette course m’a donné un aperçu de la course en peloton du GT3. Me retrouver à un tour pour mon relais avec ceux qui se battaient entre la 5ème et la 10ème place au général, c’était la guerre absolue et un bel apprentissage. Apprendre la course et ramener la voiture à l’arrivée étaient le but. Situer le curseur est toujours difficile quand on change de championnat, pour mesurer le niveau d’agressivité des autres. En restant propre tout en ne cassant pas. C’est important aussi de ne pas être trop prudent, sinon les autres nous identifient comme une victime. Maintenant, je vais me préparer au maximum avant Misano (première manche la semaine prochaine de la Sprint Cup, qu’Arthur va disputer en entier avec Christophe HAASE. Ndlr.), un circuit que je ne connais pas encore. »

1/8 – IMOLA – 24/26 July
Audi R8 LMS GT3 #25 (Winkelhocq/Haase/Boccolacci)
Qualification : 11 / Race : 5

Audi R8 LMS GT3 #26 (Blanchemain/Seyler/Rougier)
Qualification : 42 / Race : 24 – Pro/Am: 3
Standings
Endurance Cup Drivers : … 5. Winkelhock / Boccolacci / Haase 10 pts…
Endurance Cup Teams : … 4. SAINTéLOC Racing 12 …
Endurance Cup Pro/Am Drivers : … 3. Blanchemain / Seyler / Rougier 15 …
Endurance Cup Teams Pro/Am : … 3. SAINTéLOC Racing 15 …

Communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*