Dakar SSV: Le monde y croit !

Les deux premiers titres de la catégorie SSV ont été remportés par des pilotes Brésiliens, puis c’est l’ancien motard chilien ‘Chaleco’ Lopez qui a fait l’année dernière un retour gagnant en s’imposant au Pérou et affichera le numéro 400 sur son véhicule. L’Espagnol Gerard Farrés, le Russe Sergei Kariakin, le Sud-Africain Conrad Rautenbach, le Kazakh Artur Ardavichus, le Tchèque Josef Machacek ou le Français Eric Abel se présentent comme de sérieux rivaux pour le titre. Pour compléter le tableau ultra-cosmopolite des favoris, les États-Unis sont représentés par Casey Currie, mais aussi par une équipe montée par Red-Bull pour faire émerger de jeunes talents américains : Blade Hildebrand et Mitch Guthrie Jr. sont les premiers pilotes enrôlés dans ce programme.

Avec 47 duos attendus au départ à Jeddah, la catégorie SSV continue de grossir, les constructeurs impliqués dans la discipline répondant à un besoin largement exprimé de trouver des véhicules à la fois propice à l’apprentissage du rallye raid et plus accessible que les 4×4 ou les buggys les plus rapides du plateau. Un autre record est battu avant le départ de la course, puisqu’il s’agit de la catégorie qui compte le plus haut pourcentage d’anciens vainqueurs du Dakar, chacun ayant son mot à dire dans la bataille du podium et la chasse aux étapes. L’ancien motard Francisco ‘Chaleco’ Lopez a trouvé en janvier dernier la voie du succès en se lançant en SSV, tandis que son prédécesseur Reinaldo Varela était parvenu à conserver une place sur le podium (3ème) et se présente auréolé du titre de champion du monde de la catégorie. Concernant les champions venant d’autres horizons, le Russe Sergei Kariakin, vainqueur en quad en 2017, s’était montré convaincant dans son nouvel engin en remportant une étape avant de dégringoler en raison d’un accident (10ème). C’est l’écueil que tentera d’éviter l’ancien maître des quads Josef Machacek, lui aussi désireux de tenter l’aventure du SSV.

Ceux qui n’ont pas encore goûté aux délices du sommet seront peut-être les plus ambitieux de ce peloton de petits buggys. Gerard Farrés, 2ème l’année dernière après avoir aussi fréquenté le podium à moto (3ème en 2017), fera partie des hommes à suivre, tout comme Casey Currie, 4ème en 2019 pour son baptême du Dakar et vainqueur du récent rallye du Maroc. Il faudra aussi garder un œil sur Conrad Rautenbach, qui s’était classé dans le Top 10 des autos dès sa première participation en 2017, et n’a été battu que par Nasser Al Attiyah en SSV au Merzouga au printemps dernier. Certains parieront aussi peut-être sur un transfuge de la catégorie camions, puisque Artur Ardavichus (3ème en 2012, 4ème en 2018), se lance avec appétit dans un nouveau défi.

Les arbitres de la partie sont peut-être également à chercher du côté du Red Bull Off-Road Team USA, qui table sur de jeunes pilotes américains capables de s’illustrer. Avec la volonté d’accompagner le développement des SSV, l’écurie débute son programme avec Blade Hildebrand, 21 ans et déjà présent l’année dernière (41ème en auto), ainsi que son coéquipier de 23 ans Mitch Guthrie Jr, tous les deux au volant d’un OT3 conçu par Overdrive. Les deux minots de la catégorie affichent déjà de sérieuses références sur le circuit américain. Il leur reste encore à conquérir la planète rallye raid.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*