La photo de DPPI: Les reconnaissances du Dakar

© DR

« Un défi pour ceux qui partent, un rêve pour ceux qui restent » Thierry Sabine

Annoncé officiellement au printemps, le Dakar 2020 va se dérouler en Arabie Saoudite. Pour la plupart d’entre nous, ce pays représente un grand tas de sable gorgé de pétrole avec Riyad et Jeddah comme capitales, à l’instar de Dubaï, Abu Dhabi et autres pays du golfe persique.

Mais au retour des premières reconnaissances, David Castera, le nouveau « boss » du Dakar, me confie combien je vais être surpris par la beauté et la diversité des paysages rencontrés.

Mi-septembre, je me joins à l’équipe d’A.S.O composée d’une douzaine de gaillards d’expérience répartis dans quatre Toyota Hilux et un camion MAN d’assistance. La mission de ce voyage consiste à rédiger le road-book, précieux et secret document destiné à guider les concurrents dans le droit chemin. Il va sans dire que je me suis engagé à respecter la confidentialité des informations recueillies, afin de garantir l’équité sportive pour le bon déroulement de l’épreuve à venir.

Très rapidement, je suis emballé par la beauté des lieux traversés qui me rappellent les « Dakar africains ». Cette impression devient réalité au fil des jours. J’y reconnais la Lybie, l’Egypte, le Maroc mais aussi le Mali, le Niger et même la Mauritanie parfois verdoyante. Tout cela avec la sensation retrouvée d’être au milieu de nulle part.

« Incroyable » est l’expression que j’ai du prononcer au moins une dizaine de fois par jour au détour d’un sommet de dunes, à la sortie d’impressionnants couloirs de falaises ou après avoir traversé d’immenses étendues désertiques.

Je n’ose imaginer la sensation à venir lorsque nous traverserons le fameux « Empty Quarter », immense réservoir de sable dont la superficie est équivalente à celle de la France !

Choisir la photo de la semaine ne fut pas simple tant la diversité des images capturées me donnait le choix. Nous vous proposons ici un instantané de la première semaine, avec les voitures d’ouverture ralenties par une caravane de chameaux sur une piste tracée entre les montagnes, à la lumière du soir.

J’ai hâte d’être en janvier pour cette nouvelle aventure à partager avec tous les photographes de DPPI et vous-même.

Eric Vargiolu,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*