Dakar/Peterhansel : « Il peut se passer plein de choses ! »

Stéphane Peterhansel durant la journée de repos © Red Bull

Alors qu’il collait au train de Nasser Al-Attiyah depuis le début de l’étape 5, Stéphane Peterhansel est parti à la faute à une trentaine de kilomètres de l’arrivée. Bilan : 24 minutes lâchées au leader du rallye. A mi-parcours, le pilote Mini occupe la deuxième place du classement général à 26 minutes d’Al-Attiyah.

Une occasion de voir ses chances pour la victoire, il les calculent en regrettant son erreur : « A 30/40 km de l’arrivée, je suis sorti large dans une épingle. Il y avait un mètre de fesh-fesh que les concurrents avaient retourné la veille. On s’est posé sur le ventre. Impossible de sortir avec les vérins et les plaques, c’est Nani (Roma) qui nous a tirés d’affaire en nous sortant à la corde. Tout ça pour être sorti trois mètres trop large… »

Il poursuit en regardant sa première semaine dans le rétroviseur : « J’ai commis trop d’erreurs sur cette première partie de rallye pour être devant. Mais, il n’y a qu’une Toyota qui nous précède, celle de Nasser, elle n’est pas toujours fiable à cent pour cent. Il peut encore se passer pas mal de choses. A nous d’être au top tous les jours en pilotage et en navigation. Des écarts de plus de vingt minutes à remonter, par le passé ils se sont parfois gommés. Je ne dis pas que cela va être le cas sur cette édition mais avec David, nous avons la ferme volonté de nous y employer! »

C’est du ‘Peter’ qui ne laisse jamais place au pessimisme. Il a déjà beaucoup donné sur les Dakar précédents pour savoir mieux que quiconque que rien n’est perdu avant de monter sur le podium ! Monsieur Dakar connait la musique mieux que quiconque. Dès l’étape 6 de ce jour, un deuxième point s’imposera. Le match entre Nasser et Stéphane côté volant, entre Matthieu et David côté navigation, vont donner du suspense et des frissons !

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*