24H du Mans: André Lotterer dans la peau d’un outsider

André Lotterer © DR

Après avoir défendu les couleurs de deux équipes officielles ces huit dernières saisons (Audi de 2010 à 2016 puis Porsche en 2017), André Lotterer est de retour aux 24 Heures du Mans au sein d’une équipe privée : Rebellion Racing. Le pilote allemand se plaît dans la peau d’un outsider.

 

Pour cette 86ème édition des 24 Heures du Mans, André Lotterer pilotera la Rebellion R13 – Gibson #1 de l’équipe suisse Rebellion Racing aux côtés de Neel Jani, victorieux dans la Sarthe en 2016, et de Bruno Senna. Dimanche, lors de la Journée Test, ce prototype non-hybride a réalisé le quatrième meilleur temps en 3’21 »344 à 2,2 secondes de la Toyota TS050 Hybrid #8. Le vainqueur des 24 Heures du Mans 2011, 2012 et 2014 commente cette performante et dresse le bilan de cette journée d’essais : « Le bilan de notre Journée Test est très positif. Nous avons une voiture performante, bien équillibrée et nous n’avons pas rencontré de problèmes mécaniques. Nous avons recolté beaucoup de données qu’il faut analyser pour la course et qui nous permettront d’apporter quelques améliorations sur la voiture. Il y a eu quelques interruptions durant la journée et c’est toujours ennuyeux parce que nous aurions aimé rouler plus mais c’est pour tout le monde pareil. »

La Rebellion R13 – Gibson est donc une voiture qui semble bien née. Ses premières performances sur le circuit des 24 Heures du Mans donnent satisfaction aux pilotes et à l’équipe. « Il y a des domaines dans lesquels elle doit encore progresser. Nous allons passer en mode optimisation. Nous devons encore comprendre le comportement des pneumatiques, puis améliorer la traction parce que dans certains virages comme Mulsanne ou Arnage, la réaccélération n’est pas encore optimum », fait remarquer André Lotterer.

La Journée Test a donc donné lieu à la première confrontation directe avec les autres prototypes de la catégorie LMP1 sur le circuit des 24 Heures du Mans. Rebellion Racing peut se satisfaire de figurer au rang de première équipe privée à l’issue de cette journée d’essais. « En premier lieu, nous nous concentrons sur nos performances, mais c’est vrai que nous regardons aussi où nous nous situons par rapport à la concurrence. Notre package est figé désormais et d’ici la course, à part modifier les réglages, nous ne pourrons rien faire d’autre », explique t-il.

Revenir aux 24 Heures du Mans au volant d’un prototype dépourvu de système hybride, c’est l’occasion pour André Lotterer de retourner à un pilotage plus élémentaire. Il dresse les différences entre un prototype hybride et non-hybride en terme de pilotage : « Le pilotage d’une voiture non-hybride est plus sportif par rapport à celui d’une hybride. Par exemple, sur une LMP1 hybride, il y a plusieurs systèmes qui permettent de ne pas bloquer les roues durant les phases de freinage. Ce n’est pas le cas sur une non-hybride. Les ressources en terme de puissance ne sont pas les mêmes également. Techniquement, une LMP1 hybride est plus complexe, mais pour le pilote, c’est plus facile. »

Au regard des performances affichées par la Rebellion R13 – Gibson et de ce que la course peut réserver comme surprises, André Lotterer est impatient à l’idée que les choses sérieuses commencent. « J’ai hâte d’y être et je pense que c’est assez fun d’être dans une position d’outsider. Sur le papier, la Toyota est gagnante. Nous verrons comment la course se déroule pour eux. Je trouve que c’est une situation intéressante », confie celui qui sait bien que les 24 Heures du Mans n’épargnent personne, pas même les favoris.

Mickael Choplin,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*