Blancpain Paul Ricard avec le Team AKKA-ASP…

© Patrick Hecq

Cette troisième manche de la Blancpain GT Series Endurance Cup, d’une durée de six heures, disputée pour une bonne partie en nocturne sur le superbe circuit Paul Ricard, a permis aux équipages du Team AKKA-ASP de briller une nouvelle fois. L’équipage de la #88, remanié pour l’occasion avec deux ‘supers remplaçants’, Adam Christodoulou et Thomas Jäger, associés à l’incroyable Raffaele Marciello, s’offre une quatrième place au scratch au terme d’une course épique. Le trio AM, Philippe Giauque, Eric Debard et Fabien Barthez assure son troisième podium d’affilée (3ème) et se maintient en tête du classement du championnat dans la catégorie.

Malgré une course en dents de scie, les pilotes de la #90, Jules Szymkowiak, Jack Manchester et Nico Bastian sauvent la tête de la Blancpain GT Silver Cup. Un week-end à oublier pour l’équipage Pro-AM, victime de casse de suspension à répétition et qui se termine par un abandon pour Jean-Luc Beaubelique, Mauro Ricci et Nico Jamin. Enfin, très belle course et beau résultat à mettre au crédit de la Mercedes-AMG GT3 #35 SMP Racing by AKKA-ASP et de son équipage, Denis Bulatov, Vitaly Petrov et Michael Meadows qui termine à la 7ème place de cette course au long cours…

Les 1000 kms du circuit Paul Ricard ont la particularité de se dérouler pour partie de nuit. Une course longue, six heures, stratégique et où l’endurance prend tout son sens. Pour cette épreuve hors norme, quelques changements ont été opérés sur l’équipage Pro #88. Tristan Vautier étant retenu aux Etats-Unis sur le Grand Prix de Detroit, épreuve du championnat IMSA et Dani Juncadella sur une manche DTM en Hongrie, tout comme à Silverstone, Adam Christodoulou s’est joint à l’équipe, accompagné cette fois d’un pilote Mercedes spécialiste de l’endurance au palmarès éloquent, Thomas Jäger.

Du début à la fin du week-end, ce trio expérimenté s’est montré solide et performant. Sur les Qualifications, le ton est donné. ‘Lello’ Marciello réalise le 4ème chrono absolu et à la moyenne des trois chronos de l’équipage, la #88 s’installe en cinquième ligne (P10).

Pourtant, comme le précise Jérôme Policand, cette course était assez redoutée : « Nous n’étions pas très sereins en arrivant car nous savions que sur le deuxième secteur et particulièrement dans la ligne droite, nous allions rendre de la vitesse. Ce fut le cas avec environ 10km/h de moins. Une position pas franchement idéale quand il s’agit d’opérer un dépassement. »
Sur la #88, le trio adopte une stratégie de double relais. Thomas Jäger assure les deux premiers en prenant un bon envol et en regagnant les stands P7 pour le changement de pilote. Adam Christodoulou enchaine en se maintenant dans le Top 10 malgré une relance toujours un peu compliquée. Enfin, ‘Lello’ parachève le travail en reprenant le volant P9 pour finalement terminer à la 4ème place sous le damier. Le pilote italien avait le podium à portée de roue mais s’est fait piéger par un adversaire plus stratège qui l’a poussé à la faute lors de la relance après un Full Course Yellow (régime de drapeau jaune sur tout le circuit) à seulement 10 minutes du damier.
‘Lello’ assure un gros résultat qui lui permet de pointer à la 3ème place de la Blancpain GT Series pilotes. Chapeau l’artiste !

Du côté de la #89 engagée en catégorie AM, la stratégie est différente. Les pilotes n’optent pas pour des doubles relais, ce qui rallonge d’autant les arrêts au stand. Au fil des courses, le niveau monte un peu plus et la concurrence se fait de plus en plus rude. Sur ces 1.000 kms de course, l’équipage s’est maintenu entre la 2ème et la 3ème place de la catégorie. Philippe Giauque, Eric Debard et Fabien Barthez signent le troisième podium consécutif de la catégorie et conservent la tête au classement général du championnat, tout comme le Team AKKA-ASP.

Du côté Pro-AM, moins de chance sur ce meeting où la #87 a enchainé les casses de suspension. En résumé, trois suspensions cassées sur le week-end et une roue de perdue… Un incident technique jusqu’à présent inconnu sur la voiture mais qui pourrait avoir un lien avec un changement de boite de vitesse et un phénomène de vibrations.
Pourtant, durant la première partie de course, le rythme était plutôt bon et Mauro Ricci se battait pour un podium dans la catégorie. Jean-Luc Beaubelique et Nico Jamin n’ont pas non plus démérité. Ce dernier perdra une roue à haute vitesse, sans conséquence néfaste pour le pilote mais avec un abandon comme sentence.

Si en repartant du Castellet, Jack Manchester et Nico Bastian sont toujours en tête de la Blancpain GT Series Silver Cup, cette dernière course, en compagnie de Jules Szymkowiak, s’est révélée un peu ‘compliquée’.
Dès le premier tour, après un bref mais assez conséquent accrochage, la #90 doit repasser par les stands. Au total cinq tours de perdus pour réparer dès le début de course. Par chance, un Full Course Yellow permet de limiter les dégâts et de se remettre dans la course sur un rythme soutenu. Malgré une stratégie décalée par rapport à ses équipiers, la Mercedes-AMG GT3 noire et argent rejoint l’arrivée, sixième de la catégorie.

Enfin, belle performance de la #35 et de son équipage qui termine à la 7ème place du général. Qualifiée 11ème, c’est Denis Bulatov qui pour la première fois était au volant lors du départ. Bien que sévèrement puni par un stop and go, Vitaly Petrov a recollé aux avant-postes, profitant d’un Safety-Car et d’un arrêt Joker (c’est à dire libre de ravitailler en carburant ou pas, ou de changer de pneus ou pas). En fin de course, Michael Meadows s’est aussi bien battu pour replacer la voiture au 7ème rang.

C’est désormais vers les 24 Heures de Spa que l’attention des équipages endurance se porte. Dès le 3 juillet, c’est à dire dans un mois tout juste, la journée officielle de tests permettra aux pilotes de se mesurer au géant des Ardennes, ce circuit de plus de 7km aussi redoutable que fascinant.

Mais avant de penser à la Belgique, c’est en Italie que les protagonistes de la Blancpain GT Series Sprint Cup se retrouveront, à Misano. Si ce circuit au bord de la mer Adriatique suggère vacances et farniente, tous ne seront pas de cet avis et la bagarre s’annonce une nouvelle fois féroce.
Pour le Team AKKA-ASP, le programme est très chargé car dès mardi, c’est à Barcelone que l’équipe se retrouvera pour une séance de roulage.

Race Com – Lydie Arpizou,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*