WTCR Budapest: Michelisz, l’enfant du pays !

© DR

Trois courses et un concentré d’action ont marqué le départ d’une ère extrêmement excitante du sport automobile international alors que le WTCR – FIA World Touring Car Cup présenté par OSCARO a été lancée au Maroc au début du mois. 

Alors que Gabriele Tarquini a remporté deux courses sur trois dans les rues de Marrakech au volant de sa Hyundai du BRC Racing Team, son équipier, et héros national Norbert Michelisz visera à son tour les lauriers lorsque le Hungaroring accueillera le WTCR du 27 au 29 avril.

 

Michelisz, qui vit à Pécs, au sud de la Hongrie, a connu un week-end compliqué en Afrique du Nord, avec un début d’incendie en qualifications, et une roue détachée de sa Hyundai i30 N TCR parmi les problèmes rencontrés. Mais, avec la perspective de courir devant des tribunes bondées de fans enthousiastes qui applaudiront chacun de ses mouvement – ou qui feront sonner des cornes de brume -, le pilote de 33 ans sera plus déterminé que jamais à se remettre en piste dans la course au titre. « J’ai connu un week-end assez malchanceux au Maroc, mais j’ai quand même réussi à marquer des points importants », a commenté Michelisz. « Il nous reste 27 courses à disputer, et rien n’est perdu. Je suis très motivé pour ma course à domicile. »

Michelisz contre Muller : Episode 3
En plus du double vainqueur de Marrakech, Tarquini, Michelisz aura à cœur de battre un autre pilote en particulier sur le Hungaroring, en la personne de Yvan Muller. Le quadruple Champion du monde de WTCC a énervé une large majorité des fans de sport automobile en Hongrie, lorsqu’il a semblé permettre à Tiago Monteiro de le dépasser lors de la finale de la saison 2016 au Qatar, une manœuvre qui a effectivement permis au Portugais – un ami proche de Muller – de décrocher la troisième place du championnat aux dépens de Michelisz.

Et les choses ne s’arrangeaient pas 12 mois plus tard lorsque Muller était intégré à l’équipe officielle Volvo Polestar pour aider son pilote de pointe Thed Björk pour le titre. Même si un week-end fait de complications a mis Michelisz hors du coup pour être champion, la présence de Muller sur la grille a suffi à contrarier des milliers de fans hongrois. Et leur mécontentement s’est encore accru il y a trois semaines lorsque Michelisz et Muller rentraient en contact au départ de la course 3 à Marrakech, alors que Muller retrouvait un statut de pilote à plein temps, au top de sa forme.

Respectez tous les pilotes, a dit le champion Björk
Mais le champion du monde de WTCC, Thed Björk, a pris les fans de montrer du respect envers tous les pilotes alors que la fièvre monte en vue de la WTCR Race of Hungary. L’équipier d’Yvan Muller ne veut pas que les fans ‘dépassent les limites’ dans leur soutien à Norbert Michelisz envers les autres pilotes, particulièrement envers son équipier en WTCR et patron d’écurie, qui a reçu un grand nombre de commentaires en ligne.

« Tous les fans en Hongrie qui suivent le sport automobile sont vraiment bien », a indiqué le Suédois. « Ils sont tellement passionnés pour Norbert, l’atmosphère est fantastique avec les cornes de brume, et c’est ça que j’aime. Mais certains fans sont un peu trop fanatiques. Ils devraient pousser leur soutien à un certain niveau, mais sans aller trop loin.’

LA WTCR RACE OF HUNGARY EN CHIFFRES
7 : Les pilotes qui s’apprêtent à courir sur le Hungaroring comptent sept titres WTCC.
2 : Zsolt Szabo courait en ligne il y a deux ans mais a effectué de rapides progrès depuis que le Zengo Motorsport lui a offert une opportunité de rêve en lui permettant de courir en vrai.
4 : Yvan Muller a remporté plus de courses en WTCC sur le Hungaroring que n’importe quel autre pilote, avec quatre succès.
11 : Onze nationalités différentes seront représentées sur la WTCR Race of Hungary.
24 : Les pilotes seront autorisés à utiliser 24 pneus Yokohama sur la WTCR Race of Hungary.

EN BREF
1 : Après 30 ans d’utilisation, le Hungaroring a finalement été resurfacé en 2016. Et pour prouver à quel point la nouvelle surface est lisse, cinq pilotes de WTCC ont mangé du goulash assis sur la piste pour une séance photo.
2 : L’un des temps forts de la WTCC Race of Hungary est la parade de Nagy Futume dans les rues de Budapest, qui se tient cette année le mardi après l’épreuve (1er mai).
3 : Le héros local, Norbert Michelisz, est le pilote le plus rapide sur le Hungaroring au volant d’une voiture TCR – à la fois en qualification et en course. Signé en juin dernier au volant d’une Honda Civic Type R TCR, le chrono de Michelisz en qualifications était de 1’52″740, alors que son tour le plus rapide en course était de 1’54 »252.
4  : La Hongrie est l’un des plus vieux d’Europe. Il a été fondé en 896, avant que la France et l’Allemagne ne deviennent des entités séparées, et avant l’unification des royaumes anglo-saxons.
5 : Parmi les inventions venues de la Hongrie, on citera le Rubik’s Cube (Erno Rubik), le stylo à bille (Laszlo Biro) et la théorie de la bombe à hydrogène (Edward Teller).

OU REGARDER LE WTCR
La première qualification et la course 1 seront diffusées en direct sur Facebook dans la plupart des pays, ainsi que sur OSCARO.COM en Belgique, France, Italie, Portugal, Espagne, Suisse et Etats-Unis. Eurosport diffusera en direct la seconde qualification, et les courses seront diffusées en direct sur Eurosport Player. La couverture en direct sera également diffusée sur Fox Sports (Amérique Latine), J SPORTS (Japon), M4 Sport (Hongrie), OSN (Moyen Orient et Afrique du Nord) et 2M au Maroc. Un autre accord notable pour une diffusion en direct sera annoncé prochainement.

Un gain d’énergie supplémentaire
En raison de la qualité de la grille du WTCR, Michelisz ne se focalisera pas que sur Muller durant ce programme condensé d’essais, de qualifications, de course, et de nombreuses opérations promotionnelles. « La course devant les fans hongrois est fantastique », a-t-il indiqué. « C’est toujours une grosse pression lors de la semaine qui précède la course. Mais dès que je sors de la voiture après la dernière course je n’ai qu’une hâte, c’est de revenir dans un an devant mes fans. J’apprécie énormément tout ce soutien car c’est vraiment quelque chose de spécial d’avoir tous ces gens derrière moi. Peu importe ce qui arrive, ils sont là à 100% et me supportent. Cela me donne un gain d’énergie complémentaire bien souvent, surtout lorsque les choses ne se déroulent pas forcément bien. »

Une nouvelle ère prend forme
Avec un cahier des charges conçu pour promouvoir les dépassements à tous les virages, une grille fournie et comprenant quatre champions du monde et un paquet de vainqueurs en supertourisme national et international, une abondance de jeunes stars, trois anciens pilotes de Formule 1, et sept divisions compétition client de constructeurs, le décor est planté pour un spectacle excitant lors de la manche disputée sur le théâtre du Grand Prix de Hongrie, qui a accueilli le WTCC de 2011 à 2017.

Dans le cadre d’un changement excitant, le WTCR – le nouveau nom du WTCC -, fera l’objet de trois courses par week-end, en plus d’une seconde séance qualificative. On retrouvera également le trophée TAG Heuer Most Valuable Driver, qui récompense le pilote ayant marqué le plus de
points sur un week-end. On retrouvera également la diffusion en direct sur Facebook de la course 1 sur OSCARO.COM, le site du partenaire officiel du WTCR, et leader mondial de la fourniture de pièces détachées pour automobiles. Les fans en Hongrie bénéficieront d’une couverture en direct de toutes les courses sur M4 Sport, alors que deux jeunes talents locaux – Daniel Nagy et Attila Tassi – se sont vus attribuer une wildcard comme gage de reconnaissance de leur talent et de leur potentiel.

Le challenge en vue
Situé à moins de 20 km au nord-est de Budapest, le Hungaroring est connu pour avoir accueilli le premier Grand Prix de Formule 1 derrière le rideau de fer en 1986. Toujours présent depuis au calendrier de la F1, le Hungaroring est également devenu un rendez-vous incontournable du supertourisme mondial depuis l’émergence de Norbert Michelisz en tant que héros local, surtout depuis sa victoire après avoir mené du départ à l’arrivée en 2015. Resurfacé en 2016, en plus de vibreurs reprofilés, la piste propose à la fois des virages serrés et des courbes rapides, alors que sa situation au milieu d’une vallée amène une descente avant une remontée à haute vitesse pour le virage rapide (numéro 4).

QUI EST SUR LA GRILLE ?
Champions WTCC : Thed Björk, Rob Huff, Yvan Muller, Gabriele Tarquini
Vainqueurs du WTCC Trophy : Mehdi Bennani, Tom Coronel, Norbert Michelisz
Vainqueurs de course en WTCC : Yann Ehrlacher, Esteban Guerrieri, Gianni Morbidelli, Pepe Oriola
Champions BTCC : Fabrizio Giovanardi, Gordon Shedden, James Thompson
Vainqueurs de titre en TCR : Aurélien Comte, Benjamin Lessennes, Jean-Karl Vernay
Jeunes pilotes prometteurs : Denis Dupont, John Filippi, Mato Homola, Norbert Nagy, Aurélien Panis, Zsolt Szabó
Pilotes de course internationaux: Nathanaël Berthon, Frédéric Vervisch
Wildcards: Dániel Nagy, Attila Tassi

LE FORMAT D’UN WEEK-END WTCR EXPLIQUE
Dans le cadre d’un changement majeur au précédent format de week-end de course, chaque épreuve de WTCR consiste en trois courses – une augmentation par rapport aux deux de l’année dernière. Une séance qualificative et une course se disputeront lors de la journée d’ouverture, le deuxième jour étant plus en phase avec l’ancien déroulé du WTCC, avec une qualification en trois phases, et deux courses dont la première utilisant la grille inversée.

Premier jour (28 avril): Essais Libres 1 (30 minutes), Essais Libres 2 (30 minutes); Première qualification (30 minutes); Course 1 (12 laps)
Deuxième jour (29 avril): Deuxième qualification Q1 (20 minutes); Deuxième qualification Q2 (10 minutes); Deuxième qualification Q3 top 5); Course 2 (12 tours, grille inversée pour les dix premiers de la Q2); Course 3 (15 tours, grille déterminée selon le classement après Q3).

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*