Dakar Etape 8: Peterhansel, la 40ème rugissante

© DR

Aujourd’hui, entre Uyuno et Tupiza en Bolivie, la journée fut corsée pour toutes les catégories du ralley-raid. Cette étape de 498 km en secteur sélectif, le plus long de l’édition, a donné des sueurs foides à bien du monde ! 

Cette secone partie de l’étape marathon permet à la caravane de quitter l’Altiplano, elle descend vers une altitude plus raisonnable, tels sont les points forts de cette journée.

 

L’œil dans l’objectif…
Avec près de 500 km de spéciale, les concurrents font face à la plus longue étape du Dakar 2018 et donc par voie de conséquence à l’une des plus difficiles. D’autant que la météo pluvieuse dans l’Altiplano bolivien n’a pas arrangé les choses et des passages à plus de 4 800 mètres d’altitude ont de quoi sérieusement calmer leurs ardeurs. Une fatigue des pilotes à laquelle il faut ajouter l’usure des véhicules qui n’ont pu recevoir les soins d’une assistance avant le départ de cette deuxième moitié d’étape marathon.

L’essentiel
Antoine Meo commence à prendre son rythme. Et l’allure imposée par le pilote KTM à Tupiza était, comme lors de son premier succès jeudi, impossible à suivre pour ses adversaires. Ricky Brabec a bien tenté de contester la victoire au Français mais s’incline finalement pour une grosse minute. Adrien Van Beveren conserve lui les commandes du général pour 22 petites secondes face au dangereux Kevin Benavides.

En auto, Stéphane Peterhansel a remis les pendules à l’heure après sa grosse désillusion de la veille en s’imposant de justesse au bout d’un splendide duel avec son coéquipier Cyril Despres qui termine à 49 secondes. Un nouveau doublé Peugeot devant la Toyota de Nasser Al-Attiyah qui ne perturbe pas la marche en avant de Carlos Sainz au général. Un classement provisoire également survolé par Ignacio Casale en quad, même si le Chilien laisse aujourd’hui les honneurs de la victoire à Simon Vitse qui s’impose pour la première fois sur le Dakar au lendemain de son compatriote Axel Dutrie.

La perf du jour
Neuvième à Tupiza, Laia Sanz a signé son meilleur classement sur le Dakar depuis bien longtemps. Une performance d’autant plus belle que les 500 km (!) du jour étaient rendus particulièrement piégeux par les conditions météos. Il faut remonter à l’édition 2015 pour trouver trace d’un Top 10 de la pilote espagnole sur une spéciale. L’officielle KTM avait alors terminé le rallye à la neuvième place finale.

Coup dur du jour
Xavier de Soultrait manque décidément de réussite sur le Dakar. Après deux premières éditions très prometteuses, le Français avait dû abandonner sur casse moteur en 2016 à 3 jours du but avant d’être à nouveau victime de sa mécanique l’an passé. Mais c’est cette fois une faute au kilomètre 171 de la spéciale qui a mis fin aux espoirs de l’officiel Yamaha. Une double fracture du coude et une entorse du genou gauche forcent ce soir le sixième du général à quitter la course.

La stat du jour
Véritable légende vivante du Dakar avec ses 13 titres cumulés en moto puis auto, Stéphane Peterhansel est arrivé avec cette deuxième victoire en 2018 au compte rond de 40 victoires d’étape en auto. ‘Monsieur Dakar’ n’a désormais plus que le grand Ari Vatanen et ses 50 succès devant lui dans les livres d’histoire. Il est surtout imprudent de totalement l’éliminer de la course à un 14ème sacre…

La réaction du jour
Nasser Al-Attiyah : « Je n’ai pas eu de problèmes avec l’altitude, mais c’était vraiment une longue étape, avec beaucoup d’herbes à chameaux. Alors je suis content d’être là et nous ferons tout ce que nous pourrons jusqu’au dernier jour. Si Carlos fait une erreur, on pourra peut-être le rattraper, mais sinon il est à plus d’une heure, c’est difficile. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*