Rallye du Maroc/Etape1: Le Team Sherco avant l’étape marathon

Joan Pedrero © RallyZone

Pour la première étape du Rallye du Maroc, disputée entre Fès et Erfoud, les pilotes du Team Sherco TVS Rally Factory ont été confrontés à une très longue étape difficile.

« Aujourd’hui ce fut une étape très longue avec un départ à 4 heures du matin et presque 900km à parcourir autant en spéciale qu’en liaisons » (au nombre de deux), explique David Casteu, Team Manager.

 

Joan Pedrero se classe 9ème de la spéciale: « Il a bien roulé. Il est parti le couteau entre les dents mais au final il a roulé un peu sur la réserve. Depuis hier, il manque de confiance avec son road-book. Mais il a quand même bien assuré sur la navigation et il a bien ménagé sa moto. Il s’est rendu compte que ça roulait très vite, c’est une épreuve de mondiale. »

Adrien Metge s’est classé 13ème : « Il a ouvert la spéciale ce matin, on sait que c’est très délicat. Il est resté devant longtemps mais en raison d’un petit souci (il a perdu son carénage avant) il a du s’arrêter deux fois s’où s perte de temps. Il a fait les 50 derniers kilomètres au ralenti, mais le rythme est quand même là. Demain, il part de loin, il va pouvoir exploiter la trace, une seule consigne : l’attaque ! »

Santolino s’est classé 17ème : « Il apprend. Aujourd’hui il a découvert les radars et les pénalités. Il est en apprentissage, c’était sa première vraie grosse journée de spéciale. Il se rend compte de la difficulté de la discipline, il va falloir qu’il s’entraine. Mais il garde toujours le sourire et c’est très agréable de travailler avec lui. »

Aravind KP s’est classé 20ème : « Il a roulé avec son compatriote indien, il est resté sur une conduite concentrée en raison de la navigation tout en roulant dans un bon rythme. Il est à sa place. Il ramène la moto en parfait état et c’est important. »
 
David Casteu, Team-Manager du Team Sherco TVS Rally Factory conclut : « Nous sommes partis très tôt ce matin pour couvrir les 800km nous de liaison jusqu’à Erfoud. Nous sommes en place mais il y a toujours autant de stress : les motos sont neuves, ce sont celles du Dakar. Tout le monde est très content et les mécaniciens sont à fond pour bichonner les machines. Demain, la consigne pour Adrien et Joan sera la même : l’attaque pour Avavind (Prabhakar) et Santolino : continuer d’apprendre et de se faire plaisir. »

Pierre Brouard,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*