Rallye du Maroc/SS: Les étoiles de Fès…

Al-Attiyah/Baumel sur leur Toyot Hilux © Alain Rossignol

Au lendemain des vérifications et avant de quitter Fès pour plonger vers le grand Sud ce vendredi à l’occasion d’une première étape digne des grandes épreuves marathon, il restait aux concurrents du Rallye du Maroc à satisfaire à l’exercice de la Super-Spéciale offrant aux 15 premiers des catégories motos (FIM) et autos (FIA) la priorité du choix quant à leur ordre de départ de la première étape en direction d’Erfoud.

En catégorie moto, c’est le Britannique Sam Sunderland (KTM Red Bull Factory #2) qui décroche finalement ce précieux sésame devant son équipier, l’Autrichien Matthias Walkner (KTM Red Bull Factory #6) et le Chilien Pablo Quintanilla (Rockstar Husqvarna Factory #1). Du côté des voitures, ce sont Nasser Al Attiyah et Mathieu Baumel (Toyota Hilux Overdrive #300) qui signent le scratch devant les MINI John Cooper Works de l’Espagnol Nani Roma (#308) et du Finlandais Mikko Hirvonen (#305).

MOTOS : Méo pressé, Gonçalves perdu
Tracée sur un peu plus de 12 kilomètres au cœur des collines avoisinant les vallées de Fès, la Super-Spéciale offrait un parcours rapide et glissant tant sur deux que sur quatre roues. Ouvrant la piste aujourd’hui, le leader du Championnat du Monde avant cette ultime manche marocaine, le Chilien Pablo Quintanilla (Rockstar Energy Husqvarna Factory #1) concéda une bonne cinquantaine de secondes au Français Antoine Meo (KTM Red Bull Factory #8) et 17 secondes aux deux autres nouvelles KTM d’usine du Britannique Sam Sunderland (#2) et de l’Autrichien Matthias Walkner (#6). Pourtant, le triplé KTM vola en éclat à l’analyse du GPS du pilote français, pris en flagrant délit d’excès de vitesse dans une zone de vitesse. Pénalisé de 6 minutes, il dégringole d’emblée à la 62ème position du classement… Du coup, c’est Sunderland qui empoche la Super-Spéciale devant Walkner, tous deux à égalité, mais départagés par leur ordre de départ et donc leur numéro. Adrien Van Beveren (Yamaha Racing Yamalube #4) et la pilote Espagnole Laïa Sanz (KTM Factory #10) complètent le top 5 du jour. Autre victime parmi les leaders lors de cette Super-Spéciale, le Portugais Paulo Gonçalves (Monster Energy Honda Factory #9), toujours prétendant au titre mondial, concède plus d’une minute sur une erreur de navigation. Le lutin lusitanien, finalement 14ème du jour a même failli perdre le droit choix de sa position de départ du lendemain octroyée aux 15 premiers de cet exercice initial.

Quads : Koolen lance l’attaque
Du côté de quads, c’est le leader actuel du Championnat du Monde FIM, le Néerlandais Kees Koolen (Barren #103) qui a lancé l’attaque devant le Français Sébastien Souday (#101) et l’autre principal adversaire pour le titre, le géant polonais Rafal Sonik (#111). Le Russe Maksimov (#106) et le Péruvien Alex Hernandez (#116) qui étrenne sa nouveau Yamaha, complètent un top 5 très compétitif.

AUTOS : Nasser a eu chaud, Loeb flashé
A tout seigneur tout honneur. En catégorie auto, c’est Nasser Al Attiyah et son binôme français Matthieu Baumel (Toyota Hilux Overdrive #300) qui signent le scratch sur cette Super-Spéciale. Et si, sur la ligne d’arrivée, les vainqueurs de la Coupe du Monde 2017 devançaient la Peugeot 3008 DKR #312 de Sébastien Loeb et Daniel Elena de 18 secondes, ces derniers étaient finalement pénalisés d’une minute pour vitesse excessive dans une zone de vitesse. Tout profit pour les MINI John Cooper Works de Nani Roma et Mikko Hirvonen qui complètent ce podium partiel, malgré quelques problèmes de visibilité pour cause de poussière. Si Carlos Sainz (Peugeot 3008 DKR #310) signe une 4e temps certes prévisible, la surprise du jour nous vient du ‘petit’ Buggy Optimus #323 des Français Pierre Lachaume et Jean-Michel Polato qui s’immisce parmi les grands dans le top 5 du jour.

Comme dans catégorie reine, c’est un Qatari qui s’impose en T2. Adel Abdoula (Nissan Patrol #360) prend aussi les commandes de l’épreuve devant son principal adversaire pour la Coupe du Monde, le Saoudien Yassir Seaidan et sa Toyota LandCruiser.

Vainqueurs de la catégorie Open l’an dernier, Christian Lavieille et Jean-Pierre Garcin (Toyota Land Cruiser Autobody #400) prennent déjà les rênes de la catégorie devant le buggy de Picard/Duplé.

CAMIONS : Villagra le plus véloce
Toujours en catégorie Open, mais du côté de camions cette fois, c’est l’Argentin Federico Villagra et son Iveco qui prennent la tête devant le Renault du Néerlandais Martin van den Brink, et les Iveco du Kazakh Artur Ardavichus et du Néerlandais Van Ginkel, tous pointés en moins de 30 secondes. Moins à l’aise sur ce tracé rapide, le MAN de la Portugaise Elisabete Jacinto complète le top 5 du jour.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*