Porsche/V.Beltoise: Se préparer encore pour gagner en confiance

Vincent Beltoise à Magny-Cours © DR

Le travail acharné mené par Vincent Beltoise et son équipe SAINTéLOC paye c’est une évidence ! La performance pure montrée à Magny-Cours le démontre.

Mais quelques efforts sont encore nécessaires pour que tout le potentiel du duo Vincent Beltoise / Team SAINTéLOC se concrétise et remonte sur le podium. En tout cas, le tandem ne baisse pas les bras et prépare déjà les deux derniers meetings.

 

La Porsche Carrera Cup France a repris la direction du ‘Lycée’, dernier virage du circuit de Magny-Cours. Oubliées les grandes vacances, les choses sérieuses ont recommencé sur les chapeaux de roues avec un enjeu de taille : valider les Unités de Valeur pour déterminer qui sortira major de la promotion Pilotes 2017 dans six courses seulement.

Pendant ces – très – grandes vacances de plus de 2 mois depuis Dijon, l’appétit de Vincent Beltoise n’a cessé de grandir… d’autant plus que le premier meeting bourguignon de 2017 l’avait laissé sur sa faim.

En passant à l’ouest du Morvan, pour ce second rendez-vous en Bourgogne de la saison, Vincent espérait concrétiser et remonter sur le podium provisoire du Championnat. Tous les espoirs étaient permis sur ce tracé nivernais qu’il connaît par cœur et qu’il apprécie, encouragé en plus par les essais prometteurs du début de saison ici même et les essais libres de ce meeting. Mais après coup, Vincent qualifie cette rentrée comme étant ‘un peu difficile…’ avant d’ajouter « Nous avons beaucoup travaillé depuis Dijon où nous avions souffert d’une voiture délicate à conduire… dont les réactions étaient parfois imprévisibles. Nous avons cherché un comportement plus satisfaisant et travaillé beaucoup sur la performance. Les résultats sont là… en partie. En termes de perfo, nous sommes dans le coup et la voiture répond mieux. En revanche, nous devons encore progresser : nos adversaires sont forts et rapides. Et nous sommes un peu moins bien qu’eux dans certaines phases comme dans les gros freinages…et la relance. Pour lutter avec eux, il faut vraiment batailler au risque de faire quelques erreurs. »

Parfaitement dans le rythme des qualifications disputées en fin de matinée, Vincent Beltoise a gagné sa place en 3e position, sur le second rang de la grille, dans les échappements du pole man. Une place stratégique lorsque l’on connait la vivacité du pilote-ingénieur pour se mettre en action.
 
Course 1. Samedi 9 septembre 2017.
D’ailleurs, à l’extinction des feux, Vincent n’a fait aucun détail, se faufilant entre les deux détenteurs de la première ligne pour prendre immédiatement le commandement de la course.

Placé sur la bonne trajectoire à l’entrée de la courbe d’Estoril, la Porsche #7 du SAINTéLOC Racing s’est ruée dans la longue droite qui conduit à l’épingle d’Adélaïde mais sans jamais pouvoir distancer son poursuivant Julien Andlauer.

Avec une voiture particulièrement efficace dans les phases de freinage, Andlauer profitera d’une deuxième approche, toujours à Adélaïde, pour se porter à hauteur de Vincent. Côte à côte à la relance, la monture de son ex-équipier s’est montrée dans cette phase aussi la plus véloce, chevauchant en plus généreusement le vibreur pour obliger Vincent à céder son leadership.

Maintenant aux prises avec Joffrey de Narda, la Porsche #7 a de nouveau concédé quelques mètres au freinage dans le tour suivant et toujours au niveau de l’épingle. Une légère touchette sur la toute fin de la phase de freinage a pu paraître insignifiante en n’impactant que l’esthétique de la carrosserie mais elle a été lourde de conséquences : le contact a engendré une petite fuite du système de refroidissement qui s’est écoulée sur la roue avant droite rendant la Porche 911 Cup difficile à maîtriser…surtout en bagarre au sein du peloton.

Sans solution pour disputer le podium de cette première course nivernaise, Vincent est parvenu malgré la difficulté à garder sa voiture sur la piste pour couper la ligne d’arrivée en 7ème position.

Course 2. Dimanche 10 septembre 2017.
Une nouvelle fois le duo Vincent Beltoise / Porsche #7 du SAINTéLOC Racing a montré sa pointe de vitesse lors de la qualification dominicale.

Si cette séance a été moins rapide que celle de la veille car programmée en tout début de matinée sur une piste plus fraîche, elle a été également plus disputée : parmi les 5 premiers, 4 concurrents se sont ‘tenus’ en en un peu plus de 1 dixième, Vincent auteur du 5e chrono se classant même à 19 millièmes de son prédécesseur.

Installé sur le 3ème rang de la grille, le Gardois a chipé de nouveau une place au départ pour s’installer au 4e rang de la course.

Engagé dans un bras de fer de tous les instants entre Hasse-Clot et Hambrecht, Vincent s’est affirmé comme le plus rapide de ces deux vis-à vis jusqu’à un coup du sort à la fin du 3ème tour… Là en escaladant la bordure de la chicane située avant la ligne droite des stands, l’Alésien a effleuré le ‘pit limit’, c’est-à-dire le limiteur de vitesse pour circuler dans la voie des stands. Le temps de le désactiver, ses poursuivants sont revenus à son contact et ont profité d’une meilleure vitesse pour prendre l’avantage sur la Porsche #7. Compté maintenant 7ème, Vincent ne pourra malgré toutes sa hargne et ses efforts reprendre son bien.

La réaction de Vincent après le meeting de Magny-Cours : « Je suis toujours en lice pour le championnat mais il ne reste plus que 4 courses.

« Je suis satisfait de la réaction que nous avons eu avec le team SAINTéLOC depuis Dijon. Nous avons remis beaucoup de choses à plat, repris et analysé tous les acquis.

« Un gros travail qui porte ses fruits, c’est certain. Nous avons progressé mais les autres teams également… et nous devons encore redoubler d’efforts pour les rejoindre. Je ne doute pas que nous en ayons les capacités.

« Nous devons travailler sur les phases de freinage. A Magny-Cours, je dois freiner 5 mètres plutôt que les deux vainqueurs à Adélaïde. Etant donné les écarts infimes entre nous c’est beaucoup.

« Ensuite sur les phases de relance, il semble qu’ils aient plus de motricité que nous. J’ai cherché à aller plus loin, à compenser mais je fais de mon côté deux erreurs.

« Un léger contact qu’honnêtement je ne ressens pas et qui a pour conséquence une fuite au radiateur. Ensuite lors de la seconde course dans la bagarre au volant de déclenche le limiteur en escaladant le vibreur. Je ne sais pas comment… mais c’est très dommage et j’en suis désolé pour l’équipe. Je fais rarement des erreurs, mais là les deux sont pour moi.

« C’est aussi une conséquence d’une prise de risque plus importante pour se mettre au niveau des autres. La marge d’erreur acceptable se réduit ce qui impacte un peu la confiance.

« Tout cela me fait penser à une réflexion d’Arthur Ashe « Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. » Alors nous allons nous remettre au travail avec SAINTéLOC pour finir cette saison en beauté ! Pour le prochain meeting de Barcelonne, une des clés sera aussi de bonnes qualifications… »

Tanguy Buisson – Quart de Tour,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*