Formule E e-dams: Trois questions à Yannick Hubert

Yannick Hubert © DR

Nous avons demandé ses impressions à Yannick Hubert, chef ingénieur, en amont de la course de New York.

– Nous nous dirigeons pour la toute première fois vers New York, au port de Brooklyn. Que pouvez-vous nous dire de cette nouvelle piste ?
Yannick Hubert : « Le circuit de New York est l’un des circuits les plus lents de la saison et l’une des plus petites pistes puisqu’elle ne fait que 1,953 km. Pour l’occasion, le sol a été re-surfacé donc nous nous attendons à avoir des utilisations de pneus différentes. Nous sommes néanmoins ravis de pouvoir découvrir une nouvelle piste, qui plus est dans une des villes les plus renommées du monde. »

 

– Quels vont être les challenges techniques de ce circuit ? Y a-t-il de belles opportunités pour dépasser ?
Yannick Hubert : « Le circuit de cette année a été modifié par rapport à celui de 2015. Il faut savoir que cette piste est différente du reste des circuits. Certes, il s’agit d’une piste avec des murs mais elle est assez large et surtout, elle est en béton contrairement aux autres circuits en asphalte. C’est ce qui en fait sa spécificité. Il y a deux ans, nous avions un peu souffert pour monter les pneus en température. La clé de ce weekend sera d’avoir une voiture performante et d’en tirer le maximum. »

– Comme à Berlin, nous aurons deux courses dans le weekend. Y a-t-il un enjeu technique pour la voiture de courir deux fois ?
Yannick Hubert : « La difficulté sera davantage pour les pilotes compte tenu du décalage entre le nombre de tours : il y a 43 tours le samedi et 49 le dimanche. Cela n’est pas habituel, il y aura donc deux stratégies à appliquer et il faudra que les pilotes adaptent leur niveau de consommation avec le rythme en course. Nous sommes impatients de retrouver la piste. »

Communiqué e-dams,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*