24 Heures du Mans: Le service après-vente des constructeurs

© DR

Les constructeurs sont présents au Mans pour apporter un soutien technique aux équipes auxquelles ils ont fourni des voitures. Décryptage avec Oreca.

Douze Oreca 07 et deux Alpine A470 étaient au départ des 24 Heures de Mans 2017, réparties en 9 écuries dans la catégorie LMP2.

La marque est présente sur le paddock elle aussi, avec une la quinzaine d’intervenants techniques de son support clients. Parmi eux, des mécaniciens et des ingénieurs.

Lorsqu’on dit, dans le jargon de l’automobile, qu’Oreca fournit les châssis, il s’agit en fait du châssis et de la carosserie. « Chaque équipe a son propre ‘spare’, ses pièces de rechange, mais nous avons aussi un stock de pièces détachées, explique Olivier Loisy, en charge de la communication chez Oreca. On a le nécessaire pour les problématiques courantes et on refabrique sur place au fur et à mesure les pièces qui sont consommées par les équipes. Evidemment on a un nombre plus restreint de grosses pièces comme les arrières de voitures, qui coûtent entre 40 et 50 000 euros. »

Les techniciens Oreca communiquent entre eux par radio, afin de pouvoir intervenir vite là où il y a urgence. « Outre les ingénieurs, il y a a minima un technicien dévolu à chaque équipe. C’est essentiel, car si les mécaniciens de chaque team connaissent bien leur voiture, ceux d’Oreca l’ont construite et apportent donc une expertise supplémentaire. Sans exagérer, s’ils voient un boulon d’Oreca par terre, il savent d’où il vient ! » Il est parfois possible de réparer sur place certaines pièces endommagées. C’est alors Oreca qui s’en charge.

Quatre constructeurs sont agréés par les 24 Heures du Mans pour fournir les prototypes LMP2. Toutes les voitures de la catégories sont équipées du même moteur, un V8 Gibson 4200cc. Le prix des prototypes est lui aussi règlementaire : 490 000 €.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*