24 Heures du Mans: Au cœur de la direction de course

Stéphane Donnet, le 'Maître du Temps' © Bernard Larvol

Responsable du PC opérationnel, Stéphane Donnet nous invite à découvrir le saint des saints du circuit des 24 Heures. Visite guidée.

Il est surnommé le ‘Maître du temps’ car il veille minute par minute, seconde par seconde, sur la plus grande course automobile au monde. Comme un capitaine de navire, il ne quitte jamais son poste et, pour la durée de l’épreuve, accueille dans son antre les membres de la FIA, les chefs de piste ACO, les bénévoles, etc. : tous ceux qui font que la course a lieu.  

 

« Dès qu’il y a une chaise, il y a une personne, annonce d’emblée Stéphane Donnet. Le jour de la course, nous arrivons le samedi matin vers 6 heures et nous repartirons dimanche soir à 18 heures. Dans le bâtiment, nous avons de quoi nous laver, nous restaurer et dormir. Au bout du couloir, il y a une salle de repos où nous pouvons nous reposer quelques heures. Ici, j’ai un bouton que j’actionne avec une clé. En cas d’alerte, je le presse et tout le monde est sur le pont en deux secondes. »

En cette veillée d’armes des 24 Heures, l’endroit est désert. Demain, par contre, il comptera une trentaine d’âmes des plus concentrées et rompues à l’exercice.

« Commençons par le sportif, enchaîne l’homme de l’ACO. Sur le côté gauche, devant les écrans, nous avons la direction de course de la FIA qui assure toutes les épreuves du WEC : Lisa Crampton et Eduardo Freitas, ainsi que le directeur de course des 24 Heures, Patrick Morisseau, qui agit sous l’égide de la FFSA. A côté sont placés tous les opérateurs qui sont des chefs de piste et dont j’ai la charge en qualité de responsable du PC opérationnel. Toute l’année, nous assurons la sécurité des pistes lors des roulages privés et des courses sur le circuit Bugatti. Notre rôle est la gestion et le transfert des informations de la direction de course vers les moyens de secours, les commissaires, les voitures médicales, les dépanneuses, etc. En fait, tous les moyens autour du circuit pour la sécurité. Nous avons aussi la gestion du déclenchement de la zone SLOW quand elle est décidée. Le décompte mutuel pour les pilotes et les commissaires doit être synchro – ce qui n’est pas toujours facile sur un circuit de plus de 13 km. Tous les autres réseaux disposent d’un système d’intercom : liaison radio avec les commissaires, tous les moyens de sécurité. Nous avons également la gestion vidéo. »

Devant nous se dresse un imposant mur de 36 écrans, opéré par deux pupitres vidéo. « Nous les commandons tous, explique Stéphane Donnet. Quand les commissaires nous signalent un incident, instantanément, nous allons chercher l’image. Dès qu’une caméra est appelée, l’image apparaît sur le grand écran situé à droite. Cela attire l’attention des directeurs de course. Sur le côté droit, deux autres personnes s’occupent exclusivement de la gestion de la voiture de sécurité. Derrière, nous avons le starter, qui est la personne qui s’occupe de tous les drapeaux à damier et procédures de départ. Nous avons aussi un lien avec tous les commissaires via un système de liaison radio intérieur et extérieur au circuit. Quatre personnes sont mobilisées sur ce poste : deux en faction et deux au repos qui tournent toutes les deux ou 3trois heures. Un système de messagerie renvoie les demandes vers les différents services. »

Le poste suivant, c’est la main courante où toutes les informations qui arrivent à la direction de course sont répertoriées. « Nous avons cette main courant informatique depuis 1999, précise le responsable. A côté, sont assis les deux directeurs de course adjoints, français, qui aident les directeurs de course FIA. Le dernier poste est médical, avec le médecin chef de l’ACO, le Dr Vivier, et le médecin de la FIA.

 « Dans le coin à gauche se trouve le poste WEC qui a en charge les ‘limites piste’. Les débordements sont signalés à la direction de course qui peut décider de sanctions pour les pilotes ne les respectant pas. Enfin, nous avons nos amis qui gèrent tous les feux, SBG pour la partie informatique et logiciels, et Météo France. »

Demain, à la même heure, il régnera le même calme – sauf que trente personnes seront assises. A la direction de course, toutes les chaises seront occupées !

jean-Michel Desnoues,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*