F2 Monaco/Norman Nato: Abandonne sur rupture mécanique

Norman Nato © DR

– Norman Nato était installée en sixième position de la course quand une dfaillance mécanique l’a contraint à l’abandon.

« Le départ a été très chaud. Il y a eu, comme d’habitude, embouteillage à Sainte-Dévote. Matsushita est venu me frotter à l’avant-gauche. Dans le choc, j’ai senti que ma direction avait un peu souffert. Doublements et redoublements dans le peloton n’ont pas bouleversé le classement et j’ai bouclé ce premier tour en sixième position.

Dans le deuxième tour, faute de pouvoir tirer le maximum de la voiture en raison d’une direction que je sentais délicate, j’ai cédé une place.

« Je suis resté à la septième place jusqu’à la première sortie de la Voiture de Sécurité au début du huitième tour. Le jeu des changements de pneus a alors commencé mais je suis resté en piste : ma stratégie était d’emmener mes ‘soft’ le plus loin possible, puis de passer les ‘super-soft’ en fin de course pour terminer très fort. J’ai pu alors récupérer la sixième position. Mon problème de direction ne s’atténuait pas. Je ne pouvais pas attaquer autant que je l’aurais souhaité. Je gérais mon handicap.

« A la fin du 21ème tour, lorsque le Safety Car est sorti pour la seconde fois, une nouvelle vague d’arrêts aux stands m’a permis de gagner deux places. Mais j’ai soudain senti ce que j’ai pris pour une crevaison à l’arrière gauche et, à la fin du 23e tour, je suis rentré à mon tour aux stands.

« En repartant après le changement de pneus, le problème subsistait. La voiture était devenue presque inconduisible. J’ai bouclé mon tour au ralenti et je suis rentré aux stands. Les mécaniciens ont constaté que j’avais perdu des cales au niveau du porte-moyeu arrière-gauche. Impossible de reprendre la piste dans ces conditions. J’ai dû me résigner à abandonner. En faisant le tour de la voiture, nous nous sommes aussi rendu compte que le contact avec Matsushita au départ avait tordu ma biellette de direction avant-gauche.

« Je pars demain de très loin sur la grille. Dans ces conditions, je saisirai toutes les opportunités pour remonter vers l’avant de la course. Sans fausse ambition, mais sans complexe. »

Grand Prix de Monaco Course Courte :  samedi 27 mai, 16h10 – 17h50 (30 tours)

Communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*