GT4 Pau: Premier podium pour Ayari-Tardif

© Marc de Mattia

Les rues de la capitale béarnaise (Pau) accueillaient pour des spectateurs passionnés (36000 entrées), les 32 concurrents du FFSA GT4, deuxième round de la saison. Sur un tracé long de 2.760 mètres, exigeant mais apprécié de tous les pilotes, les faits de course n’ont pas manqué !

Très agile dû à son gabarit court et ses qualités de châssis, la Ginette G55 de Soheil Ayari et Nicolas Tardif a souvent figuré aux avant-postes.

« Il n’y a pas de longue ligne droite à Pau, c’est pourquoi nous n’avons pas trop souffert du manque de puissance comme c’était le cas à Nogaro. Nous avons trouvé des réglages qui nous ont permis de profiter des qualités de l’auto dans les parties techniques du circuit » a expliqué Soheil.

Cela se confirmait dès les essais libres (meilleur temps dans la 2ème séance pour Soheil) et en qualifications où Nicolas Tardif signait le 8ème chrono de la course 1 (samedi en nocturne), et Soheil la pole position de la course 2 (dimanche).

Disputée en nocturne, la première manche voyait la remontée de la #26 dont le mérite fut aussi bien d’éviter les pièges d’un peloton déjanté, que de dépasser sur un tracé où les possibilités sont quasi inexistantes. Résultats, un podium bien mérité qui fait du bien à l’équipe CMR et son duo, après le décevant meeting de Nogaro.

Le lendemain, les espoirs de victoire étaient légion pour la #26 avec une pole position placée du côté droit de la piste sur la grille de départ, offrant une réelle garantie de passer le Virage de la Gare à la corde… et poursuivre la course en tête. Soheil ne s’en priva pas ! Il mettait à profit sa parfaite connaissance d’un tracé où il a brillé dans plusieurs catégories. Au rythme de 0 »5 par tour, il creusait l’écart sur les Porsche lancées à ses trousses.

La stratégie du pilote CMR était hélas mise à mal par la sortie de piste d’une autre Ginetta, qui imposait un safety car. L’écart de 6’’ creusé par Soheil sur le 2ème s’annulait en un tour, et tout était à refaire. Le pilote CMR s’employait au restart à rouler à une cadence de qualifications, et signait le meilleur tour en course. Il ramenait l’auto avec une avance de 3’’ sur ses adversaires.

Lorsqu’il reprenait la piste, Nicolas Tardif était immédiatement sous la menace de la surpuissante BMW M4. Il défendait son leadership quelques tours mais, il se voyait contraint de céder sans pouvoir vraiment résister lorsque la voiture allemande se portait à sa hauteur en pleine ligne droite, mieux placée pour le freinage suivant. Avec 13’’ d’avance sur le 3èm, la seconde place semblait tendre les bras à l’équipage Ayari-Tardif lorsqu’un nouveau fait de course allait changer la donne. Heurtant très violemment le rail, la Porsche de Henri Hassid laissait beaucoup de débris au Virage de la Gare, freinage le plus important du circuit. Nicolas Tardif se faisait surprendre et glissait sans pouvoir se rattraper, les éléments de carrosserie en subissait les conséquences. La Ginetta finissait sa course dans le mur de pneus. Nicolas parvenait à repartir mais le capot avant meurtri s’envolait un peu plus loin, course terminée.

« Malgré cet abandon dans la course 2, le week-end s’avère positif. Nous savons que sur un tracé un peu serré nous pouvons gagner. Sans le premier safety car qui a annulé notre avance, nous aurions pu viser la victoire. Mais à Pau, les incidents étaient à prévoir… » a commenté Soheil.

Sassan Ayari,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*