WEC/Pedro Lamy : 27 ans d’histoires à Spa-Francorchamps

Pedro Lamy © DR

De tous les pilotes au départ des WEC 6 Heures de Spa-Francorchamps 2017, Pedro Lamy (Aston Martin Racing) est celui qui entretient la plus longue relation avec le toboggan des Ardennes belges.

De tous les pilotes au départ des WEC 6 Heures de Spa-Francorchamps 2017, Pedro Lamy (Aston Martin Racing) est celui qui entretient la plus longue relation avec le toboggan des Ardennes belges.

 

Pilote de référence de la catégorie LMGTE Am, le Portugais court toujours après son premier titre en Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC) qu’il a souvent été en position de remporter, mais qui n’a cessé de lui échapper ces quatre dernières saisons. Il avait certes marqué le plus grand nombre de points avec Larbre Compétition lors de la saison inaugurale du WEC en 2012, mais à cette époque, le Trophée Endurance FIA des Pilotes LMGTE Am n’existait pas encore.

Pour Pedro Lamy, Spa est un théâtre rêvé de vitesse et de détermination, où il se régale d’une année à l’autre. « J’ai roulé pour la première fois ici en 1990 en Formule Lotus Euroseries, contre des gars qui s’appelaient Rubens Barrichello, Gil de Ferran ou encore David Coulthard, » se souvient le pilote de l’Aston Martin #98. « La compétition était dure, et c’était un circuit très difficile, mais formidable. Le tracé était quasi identique à ce qu’il est aujourd’hui, mais avec moins de zones de dégagement. L’Eau Rouge, c’était un grand frisson. Je me souviens que la première fois où je l’ai pris à fond, je me suis dit : « Waow, cet endroit est fantastique ! »

Après avoir couru à Spa-Francorchamps en formules de promotion monoplace, la première apparition de Pedro Lamy sur ce circuit dans le cadre d’un Grand Prix a lieu en 1995. Mais son meilleur souvenir date de l’année suivante, avec une dixième place au volant d’une Minardi.

« Cette année-là, le châssis était bon, mais pas le moteur, » poursuit le Portugais. « Aujourd’hui, ce résultat nous aurait rapporté un point mais à cette époque, mais on ne marquait rien pour une dixième place. Ce fut quand même un beau souvenir car ce jour-là, j’ai surclassé des pilotes dont les voitures étaient meilleures que la mienne. »

Pedro Lamy réussit son résultat le plus remarquable à Spa-Francorchamps en 2007, lorsqu’il s’impose lors de la course Le Mans Series sur Peugeot, associé au Français Stéphane Sarrazin. « La Peugeot 908 HDi FAP était spéciale, très difficile ici mais magique à piloter, » confirme Pedro Lamy. « Nous avions gagné à Spa cette année-là sur la route du titre Le Mans Series, avec également deux autres victoires. »

En quête d’une troisième victoire consécutive ce week-end en catégorie LMGTE Am avec ses coéquipiers Mathias Lauda et Paul Dalla Lana, Pedro Lamy considère ses performances et résultats récents comme d’un niveau aussi élevé que ceux de ses 27 ans de carrière et de sa bonne vingtaine de visites à Spa-Francorchamps.

« Ce que nous avons réussi avec l’Aston Martin #98 est également très spécial, » conclut-il. « Nous adorons courir ici à Spa. Pour l’instant nous sommes en pole position, mais la course sera très dure. On ne décroche jamais un bon résultat à Spa si on ne le mérite pas. »

Sam Smith,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*