GT4 course2 Nogaro: David et Morgan sans fausse note

© Patrick Hecq

Il est sorti de la piste en héros, sous les acclamations du public et les applaudissements de ses adversaires pilotes. David Hallyday, le nouveau venu – remarqué ! – de la catégorie GT4 s’est adjugé la pole de la seconde course aux côtés de son relayeur, Morgan Moullin-Traffort. 

Déjà lors du passage de relais, Hallyday tenait une troisième place durement acquise par le Toulousain.

Mais il n’a pas tardé a bonifier ce classement. Car dès le deuxième tour, le chanteur dépasse Rodrigues (équipier de Guilvert) et prend la place de dauphin avant de refaire son retard et déborder Estèves. « Morgan m’a laissé une voiture impeccable, les pneus étaient plutôt bons. J’ai juste suivi le train. » Puis l’écart s’est considérablement étiré avec le peloton des 2ème et 3ème. Les challengers se sont adonnés aux jeux des chaises musicales. Jouffret (équipier de Trémoulet) a pris la main sur Estèves (équipier de Beltoise) par l’intérieur de la courbe Claude Storez. Lariche (équipier Consani) a dépassé Parisy qui se retrouve au pied du podium. Et le top 5 s’est stabilisé.

« C’était une belle course. Il faut encore beaucoup travailler pour être bien », confie Halliday. « Le championnat de France GT4 à l’air vraiment formidable, même si j’étais un peu sceptique au début ! »

Consani et Lariche ont réalisé une exceptionnelle performance (en partant de la 29ème position) jaugeant à merveille la prise de risque et la volonté de monter sur le podium. « Je viens d’une autre discipline » (rallye), confie Consani. « Cet hivert nous avons beaucoup travaillé pour être présent ici. Il m’a passé le volant, je suis parti en mode guerrier. Je roulais et je voyais que je montais. Le set-up qu’on a trouvé et les pneus ont fait un très bon boulot. »

La performance d’Eric Trémoulet et de Olivier Jouffret a été toute aussi impressionnante. « Nous savons qu’il fallait attaquer à mort. On a vu que par rapport au chrono, on pouvait faire quelque chose », analyse un Jouffret incisif dans sa prise de relais. « Nous y avons cru jusqu’au dernier moment. Il me semblait que nous pouvions y arriver mais après deux petites erreurs c’était compliqué. »

« Ca s’est bien passé, j’ai pris un très bon départ », ajoute Eric Tremoulet. « Je partais 11ème et je me suis retrouvé 7ème dans le premier virage. Après, je n’avais pas le rythme pour gagner des places. Donc, nous avions prévu de rentrer dès que la fenêtre des stands s’ouvrirait. Je savais que, Olivier aurait un très bon rythme. Je me suis juste appliqué à lui ramener l’auto et les pneus dans un bon état pour qu’il finisse le travail. »

Dès l’extinction des feux, Anthony Beltoise de l’écurie Martinet by Alméras a pris les rennes de la compétition menant les débats, talonné de près par Gregory Guilvert. Les deux hommes ont eu vite fait de prendre le large. C’est là que les rebondissements ont commencés avec entre autres Ayari, parti à la faute (tout droit dans le gravier), il a perdu un temps précieux et se classe 11ème. Finalement, Beltoise et Estèves terminent 5ème et Rodrigues/Guilvert abandonnent au tour 22.

Romain Perchicot

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*