Desert Challenge : Regrettable bilan pour Overdrive

Nasser Al-Attiyah et Jean-Marc Fortin

– Aron Domzala contraint à l’abandon, victime du mal des transports sous la canicule des Émirats

La série de sept victoires consécutives d’Overdrive Racing en Coupe du monde FIA des rallyes tout-terrain s’est brutalement interrompue lors de l’Abou Dhabi Desert Challenge : Nasser Saleh Al-Attiyah, tenant du titre de la Coupe du monde FIA, a en effet commis une erreur peu courante et a été victime d’une sortie de piste avec son Toyota Hilux lors de l’ultime spéciale qu’il menait largement l’épreuve.

 

Le double vainqueur du Dakar avait entamé l’ultime secteur sélectif de 219,76 km avec une avance énorme d’1 h 46 min 03 sec, mais il s’est fait surprendre sur une piste rapide et son Toyota a fait un tonneau. Du fait de son abandon, il a offert la victoire et cédé les rênes de la Coupe du monde à son vieux rival Sheikh Khalid Al-Qassimi.

Les précédents leaders de la compétition, Aron Domzala et son navigateur Szymon Gospodarczyk, n’ont pas pu conserver la position qu’ils occupaient en arrivant à Abou Dhabi. Le mal des transports dans les dunes a harcelé le pilote polonais pendant plusieurs jours, et malgré des conditions plus fraîches lors des deuxième et troisième journées, le deuxième pilote d’Overdrive Racing n’a pas pris le départ de l’avant-dernière spéciale et n’a donc pas pu améliorer son total de points. « Je suis très déçu, car l’équipe faisait du très bon boulot », a indiqué un Jean-Marc Fortin, le directeur général d’Overdrive Racing, abattu.

Les choses avaient pourtant bien démarré pour Al-Attiyah, impérial lors de la super-spéciale disputée au complexe sportif international d’Al-Forsan. Le Qatari attaquait ainsi en tête la première des cinq étapes de désert dans le  Rub Al-Khali avec 4 sec 4 d’avance alors que Domzala était en embuscade à la cinquième place.

Le premier secteur sélectif, long de 279 km, était beaucoup plus difficile que les années précédentes, du fait d’une chaleur éprouvante et du sable mou, mais Al-Attiyah attaquait fort durant les 70 premiers km et parvenait à doubler les cinq voitures qui le précédaient. Il prenait ainsi la tête pour ne plus la lâcher jusqu’à l’arrivée. Il se retrouvait ainsi avec une avance de 11 min 35 sec 1 au classement général. Derrière, Domzala était à la peine dans les dunes sous un soleil de plomb qui le rendait malade, mais il parvenait à récupérer pour signer le 14e temps de la spéciale, glissant à la 13e place de l’épreuve.

Rien ni personne ne pouvait stopper Al-Attiyah lors de la deuxième étape, ce qui permettait au Qatari de porter son avance sur Al-Qassimi à 23 min 23 sec 1. Domzala, lui, éprouvait les pires difficultés pour s’adapter à la chaleur et était victime d’un accès de mal des transports au plus fort du soleil de midi et était incapable de terminer la spéciale du jour.

La troisième étape était une copie conforme de la précédente. Al-Attiyah distançait nettement ses rivaux pour remporter la spéciale et augmenter son avance à 39 min 38 sec. Si le mercure redescendait dans des zones plus fraîches que les deux jours précédents, Domzala était à nouveau frappé par le mal des transports et ne bouclait qu’une partie de la spéciale avant de filer directement au bivouac.

Résultat, le Polonais ne se présentait pas au départ de la quatrième spéciale et Overdrive Racing concentrait donc toutes ses ressources sur Al-Attiyah, en piste pour une huitième victoire consécutive au volant d’un Toyota Hilux. Le Qatari n’allait pas décevoir en engrangeant une cinquième victoire d’étape consécutive, si bien que le team Toyota se retrouvait nanti d’une avance conséquente de 1 h 46 min 03 sec à l’attaque de la dernière journée.

C’est alors que survint l’épisode dramatique que l’on sait. Du coup, Al-Attiyah se retrouve à 51 points d’Al-Qassimi, à deux semaines de l’épreuve du Qatar qui aura lieu sur ses terres.

D’après communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*