WTCC : Yann Ehrlacher s’active avant Marrakech !

Yann Ehrlacher au volant de la Lada Vespa

Le jeune pilote Yann Ehrlacher, âgé de 20 ans fait ses débuts dans le Championnat du monde de voitures de tourisme (WTCC) en 2017. Il faudra garder un œil sur le Français, neveu du quadruple champion Yvan Muller, qui conduira une Lada Vesta TC1. Yann fait le point sur les essais de pré-saison à Monza et sa courte préparation hivernale, et l’aide donné par son entourage.

 

– Comment êtes-vous arrivé en WTCC ?
Yann Ehrlacher : « J’ai testé une voiture du TC1 avec un autre constructeur, cela s’était bien déroulé. Puis le projet RC Motorsport s’est bâtit. L’équipe est basée à Magny-Cours, elle travaille avec ORECA et j’ai eu pas mal d’expérience avec eux par le passé. C’était une lourde décision que de m’engager, car je n’ai pas d’expérience avec les voitures à traction, et je ne connais aucun circuit. Ils ont pris le risque et je dois leur prouver que je le mérite. »

– Comment se sont déroulés vos essais hivernaux ?
Yann Ehrlacher : « Étant donné que le contrat a été signé en une semaine et demie, je n’avais pas eu beaucoup de temps pour m’entraîner. Il y a un tas de nouvelles informations à acquérir. Dans les précédents championnats auxquels j’ai pris part, vous ne pouviez pas régler le moteur – il était gelé pour toute la saison. Mais en WTCC, on peut apporter des modifications, ce qui est assez important pour la performance. Le simulateur est aussi utile, car c’est compliqué d’apprendre des pistes comme Marrakech. Je décortique également des vidéos que mon ingénieur avait prises sur la voiture de Nicky Catsburg, cela m’aide beaucoup. Il y a un nouveau circuit en Chine, que nous ne connaissons pas, mais c’est la même histoire pour tout le monde. Les dernières années, j’étais prêt mentalement plus tôt. Mais je vais continuer à travailler et ça va le faire. »

– Vous étiez le troisième plus rapide lors des tests de pré-saison à Monza, quel effet cela vous faisait ?
Yann Ehrlacher : « Je ne m’y attendais pas ! J’apprenais la piste car je n’y avais jamais posé les roues.Mais il y a encore pas mal de travail à accomplir, car je ne suis pas sûr que les autres voitures étaient à 100 %. Nous allons mener quelques séances à Magny-Cours. Là-bas, nous avons les chronos de référence de Nicky Catsburg et Gabriele Tarquini ; à Monza c’était totalement nouveau, car le WTCC ne s’y était pas rendu en 2016. »

– Quelles ont été les sensations de pilotage à Monza ?
Yann Ehrlacher : « Je n’ai pas eu de problème, la voiture allait bien. Nous avons énormément roulé – presque 100 tours, et la voiture était parfaite. Nous avons juste eu une crevaison vers la fin. Nous nous sommes contentés d’affiner les réglages. C’étaient des séances productives. »

– Votre oncle Yvan Muller, quadruple champion WTCC, vous donne-t-il des conseils ?
Yann Ehrlacher : « J’ai suivi sa carrière dès ma jeunesse, lorsqu’il roulait dans le Championnat britannique de voitures de tourisme, le BTCC. L’esprit des courses automobiles est quelque chose que j’ai toujours connu. Mon père était footballeur professionnel en france, le sport c’est quelque chose d’important dans la famille. Yvan joue un rôle de conseiller pour moi, il connaît tout sur le sport auto, surtout en ce qui concerne le pilotage des tractions. Bien sûr, je lui poserai des questions si besoin mais maintenant qu’il a signé comme pilote d’essai chez Volvo, c’est un peu plus difficile de l’avoir avec moi, il n’est plus dans mon garage, etc. Mais c’est aussi une bonne chose, car je dois me débrouiller tout seul, et c’est le mieux pour m’améliorer, moi et ma carrière. »

D’après communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*