Dakar: Le parcours au Pérou, en Bolivie et en Argentine

Pérou, Bolivie et Argentine : c'est le Dakar 2018

Pour sa 40ème édition, qui sera également la 10ème sur le continent sud-américain, le Dakar retrouve l’Océan Pacifique et surtout les dunes du Pérou, que les pilotes affronteront après avoir profité pendant quelques jours de la capitale Lima. La sélection se poursuivra en Bolivie, où la journée de repos sera observée dans une ambiance survoltée à La Paz. En termes d’enthousiasme et de bonne humeur, les aficionados argentins rivalisent parfaitement, en particulier ceux de Córdoba, où sera pour la première fois jugée l’arrivée finale du Dakar.

 

LE PEROU
Épicentre du pouvoir et de l’expansion coloniale espagnole au XVIe siècle, le Pérou est resté malgré la séparation avec la Bolivie (anciennement appelée le Haut-Pérou) le 3ème plus vaste pays du continent sud-américain. La rareté des précipitations a entretenu des zones totalement désertiques, que le Dakar a déjà commencé à explorer en 2012 et 2013. Lors de la première arrivée du Dakar au Pérou, seuls les plus valeureux des pilotes du cru ont connu la fierté de monter sur le podium de Lima. Et l’année suivante, c’est une petite consécration qu’ont vécu les fans péruviens en voyant l’un de leurs pilotes, Ignacio Flores, s’imposer en quad dans la première étape à Pisco. Pour son retour sur la carte du Dakar, le pays tablera sur une délégation encore plus étoffée, et certainement renforcée par Nicolas Fuchs, 12ème en auto en janvier dernier pour ses débuts sur l’épreuve.

LIMA
La capitale du Pérou se classe au 5ème rang des villes les plus peuplées d’Amérique latine. Elle se distingue surtout par les édifices anciens de son coeur historique, classé au patrimoine mondial par l’UNESCO. Dans la Cité des Rois, les pilotes et équipages qui ont achevé le Dakar 2012 ont connu l’éblouissement de la Plaza de Armas, où un million de spectateurs avaient afflué. Les aficionados se sont rendus aussi massivement sur le front de mer de Magdalena pour les ‘vérifs’ en 2013 et au podium départ de Chorillos. Un nouveau rendez-vous leur est fixé.

BOLIVIE
En plus de ses visiteurs habituels, la Bolivie a reçu pour la première fois en 2014 les concurrents du Dakar pour une incursion qui a permis aux motards de découvrir le somptueux Salar d’Uyuni, plus vaste désert de sel du monde. En 2015, les équipages autos ont eux aussi goûté l’accueil unique que sont capables de réserver les Boliviens au rallye, et c’est un bivouac au complet qui était installé à Uyuni en 2016. Sur l’édition 2017, ils ont été récompensés de leurs encouragements à Tupiza par la victoire d’étape en quad d’un de leurs porte-drapeaux, Walter Nosiglia. Le séjour sur l’Altiplano, perturbé par des conditions climatiques hors-normes, a néanmoins confronté les pilotes du Dakar à une phase de sélection sévère. Ils poursuivront en 2018 l’exploration du pays d’adoption de Simon Bolivar, le Libertador du continent.

LA PAZ
Les pouvoirs administratifs du pays sont répartis sur deux capitales, Sucre hébergeant les instances judiciaires suprêmes. La Paz se distingue surtout comme la capitale la plus élevée au monde à 3 600 mètres d’altitude… où l’eau bout par exemple à 87° ! Dans cette atmosphère à oxygène raréfié, les concurrents du Dakar ont surtout été bluffés par l’énergie et l’enthousiasme déployés par les habitants venus les soutenir l’année dernière à la journée de repos.

ARGENTINE
Les Argentins ont connu de grands moments de joie avec les pilotes qui les ont représentés sur le rallye. La saga Patronelli a alimenté la chronique avec cinq trophées conquis en quad par Marcos et Alejandro entre 2010 et 2016… Les couleurs albiceleste sont aussi défendues valeureusement dans la catégorie reine par Orlando Terranova, prétendant régulier au podium et encore 6e en janvier dernier. L’Argentine a ensuite fait étalage de sa polyvalence en faisant émerger des jeunes motards comme Kevin Benavides (4ème en 2016) et maintenant Franco Caimi (8ème en 2017), tandis que Federico Villagra a mené à bien sa reconversion dans la catégorie camions en se classant 3ème en 2016, puis 4ème en 2017. Les titres sont dans le viseur…

CORDOBA
La deuxième ville d’Argentine est aussi l’un des phares de la vie intellectuelle et culturelle. Elle doit en partie son dynamisme à la jeunesse estudiantine qui représente 12% de sa population, l’un des taux les plus élevés au monde. Pour les amateurs de rallye, il s’agit surtout de l’une des manches les plus prestigieuses du championnat du monde. Carlos Sainz y a laissé des souvenirs encore vivaces dans le coeur des spectateurs, tandis que Sébastien Loeb en avait fait l’un de ses jardins favoris (8 victoires consécutives entre 2005 et 2013 !). C’est pourtant sur ces pistes qu’il a perdu toutes ses chances de victoire lors de l’avant-dernière étape du Dakar 2017 !

Les dates clés de l’édition 2018 :
– 15 Mai 2017 : Ouverture des inscriptions
– 15 Juillet 2017 : Clôture des inscriptions et sélection des concurrents Moto/Quad
– Fin Novembre 2017 : Présentation du parcours et du plateau à Paris
– Fin Novembre 2017 : Embarquement des véhicules Européens
– 3 au 5 Janvier 2018 : Vérifications administratives à Lima
– 6 – 20 Janvier 2018 : 40ème Edition du Dakar Lima-La Paz-Cordoba

LES 11 ETAPES
1 – Lima – Pisco
2 – Pisco – Pisco
3

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*