Dakar Motos: Le nouveau Sam Sunderland est arrivé

Sam Sunderland félicité par Marc Coma, Directeur Sportif

Trahi par la mécanique et par son coup de guidon fougueux lors de ses deux premières participations en 2012 et 2014, victime d’une chute peu avant le départ 2015, Sam Sunderland s’est refusé jusqu’à la dernière étape à évoquer ce succès qui s’est pourtant assez tôt dessiné. N’ayant jamais terminé le rallye, le natif du Dorset est bel et bien devenu le premier vainqueur britannique du Dakar. Quatrième à Resistancia, troisième à San Miguel de Tucuman, deuxième à San Salvador de Jujuy, Sam Sunderland s’est emparé des commandes du classement général en Bolivie, à l’arrivée d’une cinquième étape conduisant les concurrents à Oruro.

Brillant sur les pistes de l’Altiplano, le pilote KTM a affiché une inhabituelle constance, que ses adversaires les plus prestigieux n’ont pas su garder.

C’est d’abord Toby Price, le vainqueur de l’édition 2016, qui s’est fracturé une jambe entre San Salvador et Tupiza qui mena les débats des deux roues. C’est durant cette même étape que l’ensemble des pilotes de l’équipe officielle Honda se sont vus imposer une pénalité d’une heure pour avoir refait le plein de carburant durant la courte neutralisation de la spéciale à la frontière argentino-bolivienne. De là, Sam Sunderland a su gérer son avantage en évitant les erreurs de navigation et les pièges de la piste. La menace la plus persistante s’est ensuite évaporée avec l’abandon de Pablo Quintanilla, victime d’une légère commotion cérébrale du côté de San Juan. C’est alors son coéquipier Matthias Walkner, lui aussi ‘finisher’ du Dakar pour la première fois en trois participations, qui s’est adjugé la deuxième place du podium.
La troisième marche s’est quant à elle jouée le dernier jour entre Gérard Farres et Adrien Van Beveren. C’est l’Espagnol, pour le compte de ‘La Roja’ d’Himoinsa, qui assure un triplé aux motos KTM… pour seulement quarante-huit petites secondes.

Sam Sunderland (KTM) – Vainqueur
« Incroyable ! Quand j’ai franchi la ligne d’arrivée de la dernière spéciale, j’ai senti l’émotion m’envahir. Avoir le poids de la course sur les épaules pendant plus d’une semaine, c’est quelque chose de très lourd à supporter. C’est le premier Dakar que je termine, et je le finis en première position. C’est un sentiment fou, je n’ai pas de mots. Ce fut difficile  et stressant, il a fallu rester calme, et c’est ce qui fut le plus dur à titre personne. Je suis là, j’ai réussi et je ne pourrais pas être plus heureux. Je suis le premier Anglais à gagner le Dakar, et j’espère bien que cela pourra créer davantage d’intérêt pour cette épreuve dans mon pays. »

Matthias Walkner (KTM) 2ème : « C’est vraiment cool, après ce qui s’est passé l’année dernière, ma chute et ma grosse blessure. Il m’a fallu toute la saison avant de me remettre sur la moto et croire en mes chances de me hisser sur le podium. Je savais qu’il y avait beaucoup d’enjeu au départ de la dernière étape. J’étais un peu tendu, mais une fois dans la spéciale, c’est devenu super agréable. J’espère que ce n’est que le début, mais c’est peut-être aussi un aboutissement parce que c’est déjà très fort. »

Gérard Farres (KTM) – 3ème
« Cela fait dix fois que je fais le Dakar, j’ai notamment été porteur d’eau pour Chaleco Lopez et pour Marc Coma, et maintenant je me retrouve sur le podium. Nous sommes une équipe privée, nous n’avons pas les mêmes moyens, les mêmes moteurs que la structure officielle, mais nous avons la volonté. Et nous sommes tout de même sur le podium de ce Dakar. C’est magique. « 

 

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*