E. Lavigne : « Mettre en place un dispositif standard »

Etienne Lavigne © DR

C’est de Chilecito en Argentine que Étienne Lavigne, Directeur du Dakar, gère la situation extrêmement compliquée du Dakar. Des concurrents, il y en a encore partout et en particulier des camions qui assurent la logistique de l’épreuve mais il reste aussi des assistances dans les bourbiers bien avant Salta ! Face à cette journée de crise, le boss fait face et comme il le dit lui-même avec pragmatisme !

Ce point réalisé en début d’après-midi t sous une température qui avoisinait les 35°, les concurrents vont pouvoir se réchauffer et surtout sécher leur habit de lumière en particulier, les motos, les quads et les SSV qui roulent sans pare-brise.

– Où en es-tu des opérations de rapatriement ?
Étienne Lavigne : « Nous avons 223 véhicules sur 248 qui sont passés par Salta et qui rejoignent le bivouac de Chilecito afin de reprendre la course demain (étape 10). Là, où nous sommes très serrés, un certain nombre de moyens pour l’organisation sont toujours entre Jujuy et Salta. Les camions sont bloqués et nous courrons pour récupérer le maximum de matériel, notamment des pièces de maintenance pour les hélicoptères qui assurent la sécurité. Des navettes en hélicoptère sont en cours, l’idée étant de réarmer le dispositif standard Dakar et pouvoir prendre un départ normal demain. »

– Côté concurrents qu’en est-il exactement de leur avancement ?
Étienne Lavigne : « Nous les suivons mais la route est longue de Salta à Chilecito. Il faut comprendre par rapport à ce qu’ils ont fait cette nuit. L’itinéraire normal pour rejoindre le bivouac après la spéciale était d’environ 2h 30. Nous leur avons fait emprunter une déviation en très mauvais état avec des pistes défoncées qui demandaient 6 voire 7 heures de roulage selon le véhicule. Raison pour laquelle, ils arrivent très tard à Salta et repartent aussitôt pour Chilecito, pour une nouvelle liaison très longue encore. »

– Qu’est-ce qui pourrait provoquer une annulation de l’étape 10 ?
Étienne Lavigne : « Que nous ne soyons pas en mesure d’assurer la sécurité sur laquelle je suis intransigeant. Je veux qu’elle soit convenable, correcte et  satisfaisante. »

– Es-tu optimiste ?
Étienne Lavigne : « Je suis un pragmatique. Pour le moment je gère les opérations de manière à assurer les étapes à venir en donnant le départ demain matin, même le retardé si c’est nécessaire. »

Propos recueillis par MFE

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*