Dakar Etape 3 Trio Racing: Dans le Top 20

Bernard et Vigneau dans l'étape 3

La troisième étape de ce Dakar était annoncée à la fois usante et dédiée à la navigation. Des promesses tenues qui se sont soldées par la réussite d’Eric Bernard et Alexandre Vigneau. Particulièrement appliqué dans la préparation de son road book, Alexandre avait à coeur de réaliser le sans-faute dont tous les copilotes rêvent.

Mission presque accomplie puisque, hormis une petite perte de temps en début de parcours, ses bonnes infos associées au pilotage de Eric ont permis de décrocher une excellente 19ème place aujourd’hui. A noter que la spéciale du jour avait la particularité d’être scindée en deux parties, avec entre les deux, une zone de liaison hors piste où les concurrents atteignaient une altitude de 5300 mètres !

Eric Bernard :  » Nous sommes très contents de boucler cette journée de cette manière. Le classement à l’arrivée est évidemment une très bonne nouvelle mais je garde la tête froide. Par expérience je sais qu’un Dakar c’est long et que tout peut arriver. Dès demain le niveau de difficulté augmente encore avec au programme des dunes en altitude. C’est assez technique car les moteurs perdent de la puissance et les franchissements sont plus délicats. Associé au caractère technique de l’étape il y aura aussi beaucoup de navigation. Je fais confiance à Alex, il est excellent dans ce domaine depuis le début. Bref, nous devons rester concentrés !  « 

Alexandre Vigneau :  » L’étape du jour était assez éprouvante. Il y avait un gros travail de navigation et mis à part un petit jardinage d’une dizaine de minutes en début de journée j’ai réussi à trouver les bons caps. Cette année les GPS ne se recalent plus automatiquement, c’est une vraie difficulté pour le travail de copilote. En termes de tracé les spéciales étaient assez roulantes et Eric a su imprimer un super rythme.Demain nous abordons une phase compliquée du rallye avec le début d’une série d’étapes en altitude. »

La quatrième étape du Dakar conduira les équipages en Bolivie, à Tupiza. Un tracé très technique dans lequel il faudra combiner l’art de franchir les dunes et les capacités à naviguer, notamment dans la partie bolivienne des 416 kilomètres de spéciale.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*