Blancpain Spa: Moullin-Traffort que du bonheur !

Morgan Moullin-Traffort sur le circuit de Spa

Morgan Moullin-Traffort affectionne tout particulièrement les 24 Heures de Spa. Pour le Toulousain, cette course est une parenthèse unique dans le calendrier de la Blancpain GT Series Endurance Cup, un moment intense et magique. Engagé cette année dans la catégorie Pro-AM au volant de la Mercedes-AMG GT3 du Team AKKA-ASP, Morgan a flirté avec le podium en bouclant la course, avec ses trois équipiers, à la quatrième place de la catégorie.

Au terme d’une épreuve éprouvante, et malgré une certaine déception de trébucher au pied du podium, Morgan ne boude pas son plaisir. Cette nouvelle édition du must des rendez-vous du GT international a tenu en haleine jusqu’aux ultimes minutes d’une course qui a vu la voiture sœur de l’équipe, engagée en catégorie PRO, terminer à la deuxième place au scratch. Un week-end de fou pour une course folle….

Bien calé dans le baquet de sa Mercedes-AMG GT3, Morgan Moullin-Traffort aborde le début de semaine des 24 heures de Spa 2016 avec sérénité. Les essais libres se déroulent sous les meilleurs auspices et cette mise en route confirme très vite la compétitivité de l’équipage.

A l’heure des essais qualificatifs, cette tendance se confirme malgré un trafic d’une rare intensité avec 66 voitures engagées. Mais alors qu’il s’apprête à reprendre le volant pour passer son second train de pneus, la situation bascule.

Michael LYONS, équipier de Morgan, achève son tour hors de la piste après avoir voulu éviter un concurrent plus lent au virage du Karting. Une glissade interminable sur l’astroturf gorgé d’eau et un choc violent dans le mur, de face. Si le pilote est indemne, la voiture a quant à elle beaucoup souffert au point de devoir changer le moteur.

« L’équipe a réalisé un travail de titan sur la voiture afin que nous puissions nous aligner au départ. Ce n’était pas gagné mais personne n’a économisé ses efforts pour que la #89 soit de la fête. Coup de chapeau au Team AKKA-ASP et merci au staff AMG qui a supervisé les réparations. Le changement du moteur signifiait également un départ depuis les stands. Pas franchement une bonne nouvelle mais sur une course de 24 heures, cela n’est pas non plus un élément déterminant dans le résultat. »

Cette course débute sur les chapeaux roue et très vite, évolue au rythme des sorties de piste, des drapeaux jaunes et surtout des averses. Il ne faudrait pas oublier que le massif de l’Eifel est particulièrement réputé pour ses changements de météo rapides et fréquents. L’édition 2016 des 24 Heures n’échappe pas à la règle. La #89 navigue aux trois premières places de sa catégorie durant plusieurs heures et particulièrement jusqu’aux premières heures de la nuit. La nuit, un des moments préférés de Morgan.

« La nuit donne une autre dimension à la course. Se jeter à 250 km/h dans une courbe sans trop de repères visuels est quelque chose d’assez unique, c’est une sensation indescriptible. J’apprécie cet exercice, c’est du sport à l’état pur. J’ai enchainé de nuit un triple relais sur un rythme assez soutenu, du costaud. Quand je suis rentré au stand pour passer le volant à un de mes équipiers, nous étions à la deuxième place de la Pro-AM, tout était encore possible pour la victoire »

Au terme de son relais et 4 heures plus tard, après avoir pris un peu de repos, Morgan retrouve la #89 en 7ème position de la catégorie, à deux tours du leader. D’un seul coup, tout espoir de victoire s’envole et désormais, c’est une place sur le podium qui est en ligne de mire.

« J’ai assuré un dernier relais en fin de course durant lequel je me suis fait une belle frayeur quand la pluie est venue redistribuer les cartes. La pluie avec des slicks, c’est un peu comme piloter sur des œufs, à l’affût du moindre soubresaut de la voiture. A 18 minutes du damier quand la pluie a refait son apparition, j’ai bien cru que ça ne passerait pas. Cela relève d’un petit miracle pour doser accélération et freinage. Finalement, nous terminons à la quatrième place de la catégorie Pro-AM. »

« Avec tous les événements qui se sont produits entre les essais et le drapeau à damier, nous ne nous en sortons pas trop mal, même si pour être honnête, il y a quand même un peu de déception. Mes équipiers, Daniele Perfetti, Laurent Cazenave et Michael Lyons ont fait du super boulot et je les remercie d’avoir pu partager avec eux ces moments. La voiture a été au top du début à la fin, elle est juste bluffante même avec 80 kg de lest et ne semble avoir aucune limite en terme de performances. Ses limites, ce sont celles du pilote… Merci et bravo à toute l’équipe ! »

La prochaine étape de la saison conduira Morgan dans un peu plus de trois semaines en Hongrie.

A Budapest, sur le fameux Hungaroring, pour la quatrième et avant-dernière manche de la Blancpain GT Series Sprint Cup, il retrouvera son équipier habituel, Jean Luc Beaubelique.

Race-Com – Lydie Arpizou,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*