Dakar/Nicolas Gibon: « Je suis serein ! »

Nicolas Gibon © DR

Après cinq Dakar passés en famille, avec une 18ème place obtenue en association avec son père en 2007, le jeune ingénieur est devenu pilote officiel pour le team Toyota à l’occasion de l’édition 2009. Deux semaines plus tard, il était honoré sur le podium de la Rural à Buenos Aires, pour avoir remporté le titre en catégorie Production. Toujours dans le rythme avant son abandon en 2010, le Havrais s’est ensuite éloigné des pistes pour se consacrer à la construction de sa maison. Depuis son retour dans l’écurie japonaise en 2013, Nicolas a fait preuve d’une grande régularité… dans la frustration.

Trois années de suite, il a dû se contenter de la 2ème place dans la catégorie, avec un goût particulièrement amer l’année dernière alors que son coéquipier et rival Jun Mitsuhashi a manqué d’élégance en s’accrochant au titre. Six minutes les séparaient à la fin du rallye, pendant que Gibon avait passé 40 minutes à aider le Japonais, qui avait fait plusieurs tonneaux quelques jours plus tôt. La donne a changé, maintenant que Mitsuhashi est retourné à ses premières amours, engagé sur deux roues. La concurrence reste toutefois importante, mais la position de leader unique de l’écurie place Nicolas en position de favori.

« L’année dernière, je me suis rapidement retrouvé avec un gros retard à cause d’un radiateur qui a été percé par un caillou. Mais j’ai réussi à le combler et revenir à la hauteur de Jun. Ensuite il a fait 4 tonneaux, et je suis arrêté pendant 40 minutes pour l’aider à remettre sa voiture sur les roues, et c’est là-dessus que je perds le titre. C’était rageant car je termine 6 minutes derrière lui. Cette année je viens à nouveau pour gagner, et la donne est un peu différente. Akira Miura est moins rapide que Jun, et je m’entends très bien avec lui puisqu’il a été mon copilote pendant 5 ans. En même temps, je sais qu’il y aura un pilote saoudien très performant qui vient avec la même voiture que nous ; il y a aussi Patrick Syreijol qui a une mission d’assistance pour Peugeot mais qui peut aussi se retrouver en position de jouer le titre en T2. En tout cas je ne veux pas me mettre la pression, je suis serein. »

Ce soir, au terme de l’étape 4 (demi-marathon), Nicolas Gibon termine 41ème et occupe la 44ème du général. Mais, sa priorité conserver la tête de la catégorie T2 (Voiture de Production) qu’il occupe actuellement avec plus de 2 minutes de mieux que Patrick Sireyjol également sur Toyota et en charge de l’assistance Peugeot !

 

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*